test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un marchand de sommeil de Doujani condamné à un an de prison avec sursis

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Occupant un terrain à Doujani depuis 1997, un homme de 58 ans a été condamné à douze mois de prison avec sursis, ce mardi, pour avoir hébergé des personnes dans des conditions indignes.

L’argument avancé par « le propriétaire » est celui de l’entraide. Originaire de Madagascar, cet ancien du BTP s’est installé en 1997 sur un terrain de Doujani appartenant au conseil départemental de Mayotte. Au fil du temps, sa maison a grossi tout comme le nombre de cases en tôles sur la parcelle qu’il occupe. Une trentaine ont été comptabilisées par la police et l’Agence régionale de santé qui a constaté l’insalubrité des lieux. « Je les laisse accéder à mon terrain pour les aider », répète-t-il, au tribunal correctionnel, ce mardi matin. Les raccordements plus que sommaires, des familles étrangères avec ou sans titres de séjour entassées dans des cases de 20 à 50m2, pas d’eau courante, l’absence de sanitaires montrent pourtant qu’il fait fi des conditions de vie.

La situation aurait sans doute perduré, si l’un des locataires ne s’était pas manifesté. En l’occurrence, son beau-fils est allé se plaindre des conditions indignes, alors qu’ils n’avaient plus d’électricité pour des problèmes d’impayés, les familles cotisant pourtant « entre 25 et 100 euros » chacune pour le seul compteur présent. Et s’il se prévaut « d’aider », tous les occupants hormis une femme, ont indiqué verser un loyer chaque mois au « propriétaire » de « 50 à 130 euros ». Selon lui, il s’agit d’un retour de service puisqu’il ne vivrait que « de bricoles » ou de sommes envoyées par ses enfants ou sa sœur installés en métropole.

Les témoignages évoquent pourtant une organisation plus proche du marchand de sommeil classique avec des menaces d’expulsion en cas de loyers non réglés. Max Goldminc, substitut du procureur, note que c’est toujours « un motif noble » qui est avancé dans ce genre d’affaire. Il rappelle que même si ce n’est pas son terrain (argument avancé pour ne pas faire les travaux de sécurisation), « il en a la responsabilité, il en est l’occupant de fait ». « Il essaye de faire passer ça pour de la charité, ce n’est pas très convaincant », fait-il remarquer.

Conformément aux vœux du magistrat, « le propriétaire » est condamné à douze mois de prison avec sursis, mais la note devrait être plus salée. La direction régionale et interrégionale des finances publiques était représentée au tribunal et s’intéresse de près à son cas.

Un artisan de Pamandzi condamné pour abus de confiance

Un entrepreneur réunionnais, installé à Mayotte depuis six ans, a été condamné à douze mois de prison dont six mois avec sursis. En juillet 2021, il avait été embauché par une habitante de Pamandzi pour installer deux portes à son domicile. Le coût était de 6.000 euros, pour une installation dans les quatre à six semaines. Cependant, celle-ci n’a jamais été effectuée, l’artisan de 60 ans se dérobant à chaque fois. D’ailleurs, selon la victime et parce que la Petite-Terre est un petit milieu, l’homme et son associé mahorais seraient coutumiers du fait et ont déjà eu affaire à la justice. L’essentiel de leur activité serait non déclaré. Elle demande uniquement le remboursement de ses portes, sachant qu’elle a dû faire appel à un autre entrepreneur entretemps. Le substitut du procureur requiert dix-huit mois de prison dont six mois avec sursis et une interdiction de gérer une entreprise pendant cinq ans.

Le tribunal condamne le sexagénaire pour abus de confiance. Il réduit la peine demandée à douze mois de prison dont six mois avec sursis et prononce une obligation d’indemniser la victime (6.000 euros). Il lui est interdit également de gérer une société pendant cinq ans.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Un jeune homme de 22 ans tué à Bonovo ce samedi

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été retrouvé mort avec une large plaie à l’arrière du cou, dans la soirée de samedi,...

Elections législatives : douze candidats à l’assaut des deux circonscriptions mahoraises

La liste des candidats mahorais pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet est désormais connue. Quatre seulement se présentent dans la...

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...