L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« La violence n’est pas gratuite, elle est voulue »

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Plusieurs affaires de violence ont rythmé la matinée du tribunal correctionnel de Mamoudzou, ce mardi 30 janvier. Qu’elle soit de la vengeance, sous l’effet de l’alcool ou de la rébellion, elle a mené à chaque fois à des peines de prison.

Au mauvais endroit au mauvais moment

Le 27 mai 2022, un lycéen de Pamandzi âgé de 16 ans a été la victime de violences en réunion, devant son établissement scolaire. Au total, quatre jeunes du quartier de la Vigie l’ont lynché et lui ont volé sa sacoche, mais un seul a été identifié. Ce mardi, au tribunal judiciaire de Mamoudzou, il justifie son acte violent par une quête de vengeance liée à une rivalité avec une bande de Pamandzi. Selon l’agresseur lui-même, la victime « n’y est pour rien, mais des gens de Pamandzi ont volé notre vélo ». Cette dernière a subi des blessures sur sa hanche, son torse et ses mains, laissant des marques physiques et émotionnelles. Condamné entretemps pour des faits de violence, notamment une expédition punitive, il y a deux mois, à Labattoir, le prévenu d’origine comorienne ne nie pas les violences et explique qu’en prison, « il a beaucoup réfléchi ». La procureur adjointe, Louisa Aït Hamou, est dubitative. Elle souligne que « la violence n’est pas gratuite, elle est voulue ». « Ce monsieur a fait le choix de ne pas donner les noms de ceux qui l’accompagnaient. Il s’est attaqué et a empêché la fuite d’un garçon de 16 ans qui avait simplement le malheur d’être identifié comme étant de Pamandzi. » Le tribunal a suivi ses réquisitions, à savoir huit mois de prison ferme.

Le vol d’une bouteille de vin finit en pugilat

Gier Houmadi, un jeune homme de 22 ans, a ajouté une ligne de plus à son casier judiciaire, ce mardi. Sa soirée du 7 juillet 2023 se déroule en deux temps. Cela commence par sa tentative de vol d’une bouteille de vin d’une valeur de 25 euros dans un restaurant de Combani. Alcoolisé (il est déjà à deux litres de bière), il surgit dans l’établissement avec un autre homme pour attraper la bouteille dans le frigo. S’ensuit une bagarre avec un client habituel et la servante du restaurant. Le prévenu quitte, furieux, les lieux non sans avoir jeté des pierres sur les restaurants et ayant des idées de vengeance. Car quelques heures plus tard, celui qui est sous contrôle judiciaire et n’a pas normalement l’autorisation de quitter Koungou (où il réside) débarque dans un bar-dansant de M’roalé avec une vingtaine de personnes pour s’en prendre au client du restaurant précédent. Les coups avec des armes divers pleuvent pour la victime qui dit s’en être sortie « miraculeusement ». Interpellé le 13 juillet 2023, Gier Houmadi fait l’objet d’une nouvelle condamnation avec mandat de dépôt, ce mardi. Il devra faire un an de plus à Majicavo, auquel s’ajoute une autre année avec sursis.

Un groupe alcoolisé qui s’en est pris aux gendarmes

Accusés de violence sur trois gendarmes (deux se sont constitués partie civile), trois jeunes hommes d’une vingtaine d’années devaient répondre de rébellion lors de leur interpellation le 10 juillet 2023. Ce jour-là, les trois jeunes Mahorais boivent ensemble et provoquent l’intervention de la gendarmerie. Ils résistent et un sac jeté blessent légèrement les militaires. Maître Soumetui Andjilani, qui défendait l’un des trois prévenus, retenu à La Réunion, a demandé la nullité de la citation, une autre concernant le procès-verbal de l’interpellation et une dernière pour la garde à vue. Son client alcoolisé avait été maintenu attaché à un banc pendant plusieurs heures faute de cellules disponibles. « Les gendarmes disent qu’il était positif, mais qu’ils ont été incapables de le faire souffler dans l’appareil », fait-il remarquer. La procureure adjointe a répondu en indiquant que les militaires avaient tout à fait le droit de ne pas l’auditionner, l’estimant « pas en état ». Elle ajoute que le prévenu lui-même a reconnu avoir bu du rhum. Les demandes ont été rejetées et les trois ont été finalement condamnés à quatre mois d’emprisonnement avec sursis.

A peine libéré, un jeune de Mandzarsoa retourne en prison

Outre la violence, trois jeunes hommes du quartier Mandzarsoa, à M’tsapéré, ont été jugés pour recel de bien provenant d’un vol, ce mardi. Le 17 juillet 2023, ils se sont retrouvés en possession d’une carte bancaire subtilisée dans le coffre d’un scooter. Si l’auteur du larcin n’a pas été identifié, leurs versions divergeant, ce qui est sûr, c’est qu’un paiement a été effectué au Somaco de Baobab pour acheter à manger. Quelques heures plus tard, la carte a failli servir à acheter de l’alcool dans le Douka Bé de Mandzarsoa, mais le propriétaire ayant fait opposition, celle-ci n’a pas fonctionné. Voyant les relevés, le scootériste a mené sa propre enquête et, dans le deuxième magasin, a pu identifier les trois jeunes sur la vidéosurveillance grâce à l’aide du vendeur. Il s’agit de trois habitants du quartier, dont deux connus par les forces de l’ordre pour des vols et des violences en réunion. Ils ont été rapidement interpellés.
Ce mardi matin, au tribunal, seul un des protagonistes est présent, car il purge une peine de prison dans d’autres affaires. Face aux juges, il admet de nouveau sa participation. « « Domi » a dit qu’il avait trouvé une carte. J’ai dit qu’il fallait l’utiliser », explique-t-il, avant d’ajouter : « On croyait qu’elle était perdue ». « Mais même si elle perdue, vous savez qu’elle n’est pas à vous », réplique Wendy Thy Tine, l’une des trois juges. La procureure adjointe, Louisa Aït Hamou, s’inquiète du parcours du prévenu. « Dans ces conditions, il va recommencer. Il n’a pas de travail, pas de projets et pas de situation régulière », constate-elle. Elle requiert six mois de prison avec sursis contre lui, la même chose contre celui qui n’a pas de casier. Par contre, contre le chef de la bande, elle demande huit mois de prison ferme, notant qu’il y a la récidive, ses dénégations et le fait qu’il ne soit pas présent au procès, alors qu’il vient de sortir de prison (le 19 janvier). Le tribunal suit les réquisitions, sauf pour le primo-délinquant dont la sanction est ramenée à deux mois de prison avec sursis.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1078

Le journal des jeunes

À la Une

Retour autorisé des manzaraka et des pool parties

La préfecture de Mayotte continue de desserrer la vis grâce à une saison des pluies particulièrement abondante qui a permis de remplir à la...

Une plainte déposée dans l’affaire des conteneurs de Bandraboua

Mayotte Nature Environnement (MNE), une association pour l’environnement à Mayotte, annonce avoir porté plainte à cause des conteneurs, bacs de tri et déchets présents...

Barrages : Une réunion de « sortie de crise » aboutit à un consensus

C’est officiel. Les barrages des Forces vives sont levés afin d’accorder « le bénéfice du doute » au gouvernement, après l’annonce de nouvelles mesures attendues au...

« C’est important que la population sache vers quels élus se tourner »

Alors que les barrages se lèvent, plusieurs manifestants veulent pouvoir suivre le travail des élus devant répondre à leurs revendications. C’est pour cela qu’à...

Habitat informel : Le délai de flagrance porté à 96 heures contre 48 heures auparavant

Le projet de loi sur la rénovation de l’habitat dégradé a été voté à l’unanimité, ce mercredi soir, au Sénat. Il inclut un changement...