L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Un habitant de Trévani condamné pour agression sexuelle sur sa jeune voisine

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Un homme de 45 ans a été condamné à un an d’emprisonnement, dont six mois de sursis, pour une agression sexuelle sur mineur, ce mardi, par le tribunal correctionnel de Mamoudzou. Cet habitant de Trévani avait touché les seins et fait des propositions d’ordre sexuelle à sa voisine de 14 ans. L’affaire a pu sortir du cadre familial et se faire connaître de la justice en novembre 2020 grâce à la psychologue scolaire et au courage de l’adolescente.

Au cours de l’année 2019, une fille de quatorze ans a été victime d’une agression sexuelle à Trévani. Les faits se sont déroulés dans la cour commune de l’ancien domicile de la jeune fille. Ce jour-là, profitant de l’absence des parents, le propriétaire et voisin a pénétré dans la maison de la victime, sans autorisation. Il a d’abord interrogé l’adolescente sur des sujets intimes. « Est-ce que tu as déjà embrassé ? », a-t-il demandé à l’adolescente, en présence de son petit frère. Se sentant mal à l’aise, elle a quitté la cour commune et a cherché refuge dans une chambre de sa maison. Cependant, l’homme l’a suivie. Dans la pièce, « il a effleuré mes seins, car je l’ai senti. Ensuite, il a tenté de mettre sa main sous ma jupe et il m’a demandé de toucher son sexe », témoigne-t-elle de nouveau à la barre, ce mardi, au tribunal correctionnel de Mamoudzou.

Du côté du prévenu âgé de 45 ans, par ailleurs éducateur sportif, les déclarations n’ont pas arrêté de changer. Admettant d’abord avoir voulu toucher les seins de la jeune fille, il nie tout contact, lors de l’audience, ou alors qu’il s’agissait « d’un accident ». Des modifications répétitives qui n’ont pas échappé à la vigilance du substitut du procureur, Paul Thibault. « Il est impossible d’obtenir la même réponse, lorsqu’on pose la même question deux fois d’affilé », constate-il.

« Il a tout nié, j’étais bouleversée »

« Est-ce que c’est grave pour un homme d’une quarantaine d’années de toucher les seins d’une petite fille de 14 ans ? », demande le juge Clément Le Bideau. A cette question claire, le père de huit enfants a eu du mal à prononcer le mot « oui ». Son comportement fuyant, mêlant dénégations et série d’excuses comme « je ne le ferais plus », est à l’opposé de celui de la brillante lycéenne. Déterminée, claire dans son récit, elle raconte aussi le calvaire psychologique vécue alors. L’adolescente avait toujours considéré le voisin comme digne de confiance, ce qui rend l’incident encore plus dévastateur. Pareil quand une confrontation a eu lieu en présence de sa mère, son voisin et son épouse. « Il a tout nié, j’étais bouleversée », admet celle qui a fini par se confier à la psychologue de son établissement. À 18 ans aujourd’hui, elle affirme devant le tribunal correctionnel que « ça va mieux ». Mais les ombres du passé demeurent présentes dans son esprit. Les idées noires qui ont assombri une partie de sa jeunesse ne s’effacent pas si facilement. « Je n’arrivais même pas à manger, j’avais envie de me suicider », reconnaît-elle.

Reconnu coupable, l’employé municipal qui n’a jamais eu affaire à la justice auparavant se voit infliger une peine de douze mois d’emprisonnement, dont six mois avec sursis probatoire. De plus, il est soumis à une interdiction d’exercer toute activité en lien avec des mineurs pour les cinq prochaines années, ainsi que d’une inéligibilité de même durée. Son nom sera inscrit au Fijais (fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes). Enfin, il devra dédommager la victime à hauteur de 2.000 euros.

Les agresseurs des agents de l’OFB aux Assises

La cour d’assises de Mayotte juge, depuis ce lundi, deux hommes âgés respectivement de 21 ans et 43 ans pour un vol avec arme et violences volontaires. Le 12 mars 2021, deux agents de l’Office français de la Biodiversité (OFB) patrouillaient dans le sud de Mayotte pour empêcher le braconnage de tortues, quand ils ont aperçu un kwassa s’approcher des côtes. Ils ont suivi l’embarcation jusqu’à la plage de Mgnambani. Là, ce sont eux qui ont été finalement piégés, l’un des agents ayant été même attrapé et blessé grièvement. Une arme de service a été également subtilisée. Leurs agresseurs, de nationalité comorienne, sont jugés jusqu’à ce mercredi. Ils encourent vingt ans de prison.

Deux ans de prison pour quatre coups de couteau

Un jeune homme, qui aura 20 ans dans quelques jours, a été extrait de la prison de Majicavo-Koropa pour son procès, ce mardi matin. Originaire d’Iloni, le prévenu était en détention provisoire pour avoir poignardé à quatre reprises un autre jeune homme à Dembéni, le 3 juin 2022. Alors qu’il le décrit comme « poli » et « à qui on donnerait le bon dieu sans confession », le substitut du procureur Paul Thibault estime cependant « que ses déclarations sont battues en brèche par la froide réalité des faits ». Car les auditions n’ont fait qu’évoluer jusqu’au jour même du procès. Le jeune homme se dit au départ la cible de coups portés de plusieurs agresseurs, dont fait partie la victime, dans un contexte d’affrontements entre bandes. Ce n’est qu’en étant à terre qu’il aurait sorti son couteau de sa sacoche pour porter les quatre coups. « Comment ? Avec un bras élastique ? », interroge le substitut du procureur face un interlocuteur qui reste silencieux. Il demande de la prison ferme, rappelant qu’il fait l’objet d’une condamnation pour vol.

Le tribunal correctionnel a finalement décidé de le condamner à 24 mois de prison dont six mois avec sursis. Il a également une obligation de travailler ou de suivre une formation.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Disparition inquiétante de Fabien Trifol, directeur Aménagement à la Cadema

Ce dimanche, vers 16h30, Fabien Trifol a quitté son domicile de Petite-Terre où il vit avec sa compagne pour une balade sans préciser son...

Plusieurs affrontements ce week-end alors que Wuambushu 2 doit commencer cette semaine

Mayotte ressort d’un week-end mouvementé. Dans la nuit de vendredi à samedi, des véhicules abandonnés ont été incendiés à Doujani 2, dans la commune...

Boulevard urbain : Cap vers une validation du plan de financement

Examen de passage réussi devant la Commission nationale du débat public (CNDP) à Paris. Le Département de Mayotte a reçu le feu vert il...

TME 2024 : Catégorie Jeune entreprise

Dernières pousses de l’économie mahoraise, les cinq nommés de notre catégorie Jeune entreprise montrent déjà toutes les qualités pour bien s’implanter dans le paysage...

Désert médical : « Tant que le souci d’effectif ne sera pas réglé, les gens viendront mais ne resteront pas »

Dans sa stratégie d’attirer des professionnels de santé au centre hospitalier de Mayotte (CHM), l’agence May’Santé recrutement réalise depuis mars jusqu’au mois de juin...