L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le collège de M’gombani et le lycée Bamana ont fermé leurs portes ce mardi

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Le collège de M’gombani et le lycée Younoussa-Bamana, à Mamoudzou, ont tous les deux fermé leurs portes à midi ce mardi. Le premier en raison d’affrontements à ses abords, l’autre en raison du manque de personnel et de collation dû aux barrages. Dans les deux cas, les tensions que traversent l’île depuis plusieurs semaines ont joué un rôle prépondérant.

Le collège de M’gombani, à Mamoudzou, a fermé ce mardi midi, en raison d’échauffourées qui ont eu lieu à ses abords. « Il y a eu des premiers caillassages à 8 heures aux abords du collège, puis une intervention de la BAC (brigade anti-criminalité) a permis un retour au calme », commence Benjamin Lazard-Peillon, directeur de cabinet du rectorat de Mayotte. Une fois que les élèves ont pu reprendre les cours, les violences ont repris aux abords du lycée vers 10 heures. « Une bande de jeunes équipés de cailloux et de barres de fer sont descendus vers l’établissement. Les élèves et le personnel ont été mis en sécurité à l’intérieur, mais il y avait de très fortes tensions aux abords du collège », poursuit-il. La complexité de la situation renforcée par le manque de personnels en raison des barrages, la décision a été prise de suspendre les cours dès midi, pour ne pas prendre de risques. La fermeture se prolonge, ce mercredi.
Plus de peur que de mal, car de son côté, le commissaire Hervé Derache, qui a lui même tourné une heure et demie avec la BAC autour de l’établissement dans la matinée, décrit de « petits affrontements sporadiques auxquels on est habitués entre collégiens ». Des individus de M’tsapéré seraient ainsi venus « perturber le bon déroulement des transhumances scolaires autour de M’gombani ». Si plusieurs jeunes ont été interpellés, le commissaire parle de « non événement » qui ne justifiait pas, selon lui, de fermer l’établissement. À midi, la situation était sous contrôle. Un épisode qui montre la période de tensions que traverse le personnel pédagogique, sur le qui-vive et en manque d’effectifs depuis le début des barrages, et qui endure, tout au long de l’année, la violence aux abords de leurs établissements.

Un lycée en défaut d’encadrement

De son côté, le lycée Younoussa-Bamana, à Mamoudzou, a également du fermer ses portes à midi. Les élèves nous conferment des tensions dans le quartier liées à des affrontements semblables à ceux devant le college. En outre, le manque important de personnel en raison des blocages barrant les routes a poussé le rectorat à suspendre les cours. « Le lycée s’est retrouvé en défaut d’encadrement au niveau de la vie scolaire. Pour des raisons de sécurité, on s’est retrouvés obligés de mettre fin aux cours à midi », précise le directeur de cabinet du rectorat. De plus, la livraison des collations n’a pas pu se faire, empêchant l’établissement d’être en capacité de distribuer un repas aux élèves, qui est parfois le seul de la journée. « On ne peut pas garder les enfants si on ne peut pas leur garantir un repas. Les élèves ne peuvent pas rester le ventre vide en cours toute la journée », stipule Benjamin Lazard-Peillon. Contrairement à M’gombani, le lycée sera ouvert, ce mercredi.
Depuis le début du mouvement social, la décision de fermer ou non tel collège ou tel lycée se prend au jour le jour par le rectorat, qui prend en compte deux éléments prépondérants : le déficit d’encadrement, que ce soit au niveau du nombre d’enseignants ou de membres de la vie scolaire, et l’absence de livraison de collations.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1084

Le journal des jeunes

À la Une

Disparition inquiétante de Fabien Trifol, directeur Aménagement à la Cadema

Ce dimanche, vers 16h30, Fabien Trifol a quitté son domicile de Petite-Terre où il vit avec sa compagne pour une balade sans préciser son...

Plusieurs affrontements ce week-end alors que Wuambushu 2 doit commencer cette semaine

Mayotte ressort d’un week-end mouvementé. Dans la nuit de vendredi à samedi, des véhicules abandonnés ont été incendiés à Doujani 2, dans la commune...

Boulevard urbain : Cap vers une validation du plan de financement

Examen de passage réussi devant la Commission nationale du débat public (CNDP) à Paris. Le Département de Mayotte a reçu le feu il y...

TME 2024 : Catégorie Jeune entreprise

Dernières pousses de l’économie mahoraise, les cinq nommés de notre catégorie Jeune entreprise montrent déjà toutes les qualités pour bien s’implanter dans le paysage...

Désert médical : « Tant que le souci d’effectif ne sera pas réglé, les gens viendront mais ne resteront pas »

Dans sa stratégie d’attirer des professionnels de santé au centre hospitalier de Mayotte (CHM), l’agence May’Santé recrutement réalise depuis mars jusqu’au mois de juin...