asd

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Ça vous dissuadera de lancer des cailloux sur les voitures de gendarmes »

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Dans la journée du 22 février 2022, des élèves avaient bloqué le lycée de Pamandzi. La situation avait vite dégénéré. Trois jeunes comparaissent, ce mardi 30 mai, pour avoir participé à ces attroupements et exercé des violences. 28 gendarmes ont porté plainte.

C’est sans avocat que trois jeunes lycéens se présentent à la barre, ce mardi 30 mai, au tribunal judiciaire de Mamoudzou, une jeune fille et deux garçons. Le 22 février 2022, devant le lycée de Pamandzi, ils s’étaient joints au blocage de leur établissement. La manifestation avait dégénéré et les lycéens avaient caillassé les forces de l’ordre. Les deux prévenus ont de suite reconnu les faits et le font encore aujourd’hui. Jugés pour violence sur un militaire, ils le sont aussi pour participation à un attroupement avec une arme et le visage dissimulé, ainsi que des dégradations d’une voiture de police. Quant à la jeune fille, le tribunal lui reproche simplement sa participation. Ce mardi matin, les trois ont exprimé leur envie d’être jugés rapidement, peu importe si l’avocat qui les a assistés en garde à vue n’est pas là. En effet, ils espèrent partir faire leurs études en métropole l’année prochaine.

Le premier garçon concède : « je m’excuse, je voulais juste partir sans être suivi. On était bloqué, on ne pouvait pas partir ». Il soutient avoir caillassé les gendarmes, pour les provoquer et ainsi qu’ils jettent des bombes lacrymogènes. De plus, il réfute avoir caché son visage délibérément, « le masque était devenu une habitude, mais il était baissé, car je n’arrivais pas à respirer à cause du gaz », affirme-t-il. Le jeune prévenu informe le tribunal que comme il travaillait dans une pizzeria, c’était obligatoire et que de toute façon, c’était encore le cas dans les établissements scolaires.

« J’ai suivi le mouvement »

Son camarade reconnaît tout de suite les faits qui lui sont reprochés. Il déclare : « j’allais simplement au lycée et à un moment, ça a dérapé. Quand la manifestation a commencé, les gaz m’ont énervé, j’ai suivi le mouvement ». Il avoue avoir lancé des cailloux sur les forces de l’ordre. Par la suite, il répond plutôt laconiquement aux questions du président du tribunal correctionnel, Benoît Rousseau, ou hoche simplement la tête. Comme son compère, il était lui aussi très reconnaissable sur les photos prises ce jour-là.

La troisième membre du groupe soutient, elle, ne pas avoir participé à l’attroupement. « J’étais là pour manifester ». Malgré les sommations des gendarmes de se disperser, elle ne voulait pas bouger. Les forces de l’ordre ont même qualifié son comportement d’hystérique et d’outrageant. Elle se défend : « j’étais en colère contre les gendarmes, qui s’en prenaient à la mauvaise personne. On voulait partir, on n’était pas violent ».

« Ça leur servira d’avertissement »

Le substitut du procureur, Max Goldminc, explique aux jeunes : « vous devez obéir aux gendarmes ». Il affirme toutefois que ces lycéens n’ont pas le profil de délinquants. Agés tout juste 18 ans, ils espèrent aller en métropole pour faire des études et ont un casier vierge. Il demande la relaxe pour la jeune fille, car « elle n’avait pas les mêmes projets que les autres. Il faut remettre les choses dans le contexte. Elle est trop confuse ». Pour les deux autres, il déclare qu’ils « doivent assumer et il faut qu’ils mesurent la gravité de leurs actes ». Il demande quatre mois de prison avec sursis. « Ça leur servira d’avertissement », espère-t-il.

Finalement, le tribunal les a tous les trois condamnés à des travaux d’intérêt généraux, 35 heures pour la jeune fille et 105 heures chacun pour les deux garçons. Ces derniers ont été relaxés pour les faits de violence sur une personne dépositaire sur une autorité publique, car il était impossible de déterminer quel gendarme exactement ils ont atteint. Le tribunal n’a pas non plus pris en compte la dissimulation de leur visage. Ils payeront seulement les dommages sur la voiture, soit un peu plus de 6.000 euros. Bruno Fisselier, assesseur, assure : « la prochaine fois, ça vous dissuadera de lancer des cailloux sur les voitures de gendarmes ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Dans l’attente de leurs papiers, des jeunes apprennent à créer un jeu vidéo

L’association Web Cup a animé la semaine dernière une formation de création de jeu vidéo au sein du Centre régional information jeunesse de Mayotte...

A Mlezi Maoré : « On a pu amortir les perturbations »

L’année 2023 a été compliquée chez Mlezi Maoré. Faute de financements, l’association qui œuvre dans le social et la santé a dû procéder à...

« Un contrôle interne insuffisant » de l’association Mlezi Maoré

La Chambre régionale des comptes a rendu public vendredi 12 juillet son rapport d’observations sur l’association Mlezi Maoré. Il souligne notamment un « contrôle interne...

Salime M’déré « a tout perdu »

Suite à l’arrêté du préfet de Mayotte du 25 juin dernier, portant démission d’office Salime M’déré a perdu son poste de premier vice-président du...

Fin de la grève à La Poste après trois semaines de mobilisation

Depuis le 26 juin, des salariés de La Poste s’étaient mis en grève. Ils demandaient une prime contre la vie chère et les paiements...