L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Assises de Mayotte : Quinze ans de prison pour « l’homme à la hache »

À lire également

Justice à Mayotte : “On va tout faire pour que l’histoire de Stam soit la dernière de ce genre”

On l’appelait Stam. Et l’actualité que connaissent les États-Unis comme la métropole quant aux violences policières faites aux noirs ne peut que faire écho à son histoire. Celle d’un jeune père de famille de Mayotte, tué par balle de la main d’un policier le 23 février à Kawéni. 

Relation sexuelle à 14 ans : une mineure de plus victime des failles de la justice mahoraise

Une simple affaire d’atteinte sexuelle sur une mineure de moins de quinze ans a fini par prendre de l’ampleur au tribunal correctionnel mercredi dernier. Rappelant que le débat sur le consentement, en particulier des mineurs, est toujours cruellement d’actualité, deux ans après l'adoption de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. 

Protection animale à Mayotte : « Quand on s’en prend comme ça à des chiens, c’est qu’on n’a plus de limites »

La thématique de la délinquance a mis en lumière, ces dernières semaines, le rapport de jeunes bandes avec les chiens. Torturé par sadisme, utilisé comme arme et objet de rivalités, le « meilleur ami de l’homme » a la vie dure sur le territoire où associations et forces de l’ordre tente tant bien que mal d’endiguer le phénomène.

Rapt de Petite-Terre : après l’appel devant la chambre de l’instruction, case prison et « tournure politique »

Rendue ce jeudi en appel devant la chambre d’instruction de La Réunion, la décision de placer les quatre hommes mis en cause dans l’affaire du rapt de Petite-Terre n’est pas sans soulever de questions selon leur avocat. Me Nadjim Ahamada dénonce notamment une violation des droits de la défense et une motivation politique à l’endroit des divers collectifs contre l’insécurité qui affichent un soutien farouche à ses clients.

Lors du troisième et dernier jour d’audience, ce mercredi, devant la cour d’assises, deux hommes ont été reconnus coupables de tentative de meurtre, le 28 janvier 2016, à Mamoudzou. Alors que l’avocat général dépeint un accusé « assoiffé de sang » et l’autre, « lâche et manipulateur », la défense relève un manque de preuves et demande une requalification des faits. En vain.

« C’est quelqu’un assoiffé de sang », tranche l’avocat général Paul-François Thibault, en ce troisième jour de procès aux Assises de Mayotte pour juger deux hommes au motif de tentative de meurtre sur des faits commis il y a huit ans. Le verdict a été rendu ce mercredi : ils sont tous les deux jugés coupables. « C’est ce genre d’individus qui ont commencé la violence à Mayotte […] C’est eux qui ont montré l’exemple », avance l’avocat de la partie civile, maître Ibrahim Abdel-Lattuf, qui se souvient d’un territoire encore « apaisé » en 2016 même si déjà gangréné par des conflits entre bandes rivales de quartiers différents (là Kawéni dont Recto-Verso contre Barakani). « Ils ont voulu tuer. » Plus encore, « ils étaient préparés à faire couler le sang ».

Parmi trois jeunes pris à parti par une quinzaine voire une trentaine de personnes dans le quartier de Barakani, à Mamoudzou, dans la soirée du 28 janvier 2016, un adolescent de tout juste 15 ans a reçu plusieurs coups, dont les plus graves à la tête, par une hache, avant que la police intervienne. La victime, toujours absente de ce procès et que la cour n’a pas réussi à recontacter, avait ensuite réussi à atteindre l’hôpital et y est restée un mois. Désormais, « [elle] a du mal ne serait-ce qu’à prendre un verre d’eau » et « souffre de douleurs au soleil », informe son avocat. C’est sa main qui lui a permis de parer un troisième coup de hache.

« La violence, c’est l’air qu’il respire »

Si le premier accusé, Mohamed Touiouilou, tout juste dix-huit ans au moment des faits, confie sa culpabilité depuis le début de cette audience, le second maintient ne pas avoir participé à l’agression, ni de l’avoir assisté en lui tendant la hache comme cela lui est reproché. Sur la base des auditions réalisées avant l’audience, l’avocat général tacle ce père de famille d’une trentaine d’années de « menteur », de « lâche » et de « quelqu’un de manipulateur qui tente de berner la cour ». « La violence, c’est l’air qu’il respire », reprend-t-il au sujet de « l’homme à la hache », comme il appelle le premier accusé, victime de violences sexuelles lorsqu’il était mineur et scolarisé jusqu’au CM2, qu’il targue de « psychopathe. » Les mots « Daech », « Mohamed Merah » [terroriste auteur de tueries en 2012 à Toulouse et Montauban] tatoués sur ses bras l’interpellent. L’homme assis sur son banc, le regard dirigé vers le sol, déjà condamné par exemple pour une affaire d’agression au tournevis après les faits, serait « fasciné par la violence ».

Il souffre en réalité, selon le rapport de l’époque, de tendances psychopathiques, un déséquilibre caractériel et une tendance addictologique (alcool et chimique, dont il ne se souvient pas s’il s’en était administrée le jour de l’agression). Selon la défense, l’homme avait aussi continué les soins psychiatriques même après une obligation de soins décidée par la Justice.

« Des accusations faciles »

« On a quand même un sérieux problème », plaide maître Askani Moussa, avocat du complice encore présumé, Sayr Hadidja, en contrôle judiciaire depuis 2016. Il déplore un manque de preuves matérielles lors de ce procès telles qu’une expertise ADN ou alors un certificat médical « complet ». L’identification de son client repose « seulement » sur des déclarations faites lors de l’instruction désignant un homme grand et réunionnais qui adresse aussi des coups et traîne la victime sur le sol. « Ce sont des accusations faciles […] Dans un groupe d’une vingtaine, de trentaine de personnes, ne pourrait-ce pas être quelqu’un d’autre ? »

« Je pense qu’il voulait faire mal mais pas qu’il voulait tuer », tente maître Fatih Rahmani, avocat de Mohamed Toiouilou, rappelant qu’il n’a pas agi seul, a visé l’arrière de la tête alors qu’il aurait pu s’y prendre autrement et relevant un écart de plusieurs minutes entre l’intervention de la police et l’arrivée de la victime à l’hôpital. Un laps de temps pendant lequel elle aurait pu avoir reçu d’autres coups par d’autres personnes, ou même être poursuivie par son client « s’il avait eu cette volonté de tuer ». Il réclame à recaractériser les faits en violence avec armes plutôt que tentative de meurtre.

Demande refusée. La cour déclare les deux accusés coupables respectivement de tentative de meurtre et de complicité. Mohamed Touiouilou, qui a déjà purgé une partie de sa peine en détention provisoire, écope de quatorze ans ferme. Sayr Hadidja de cinq ans, dont trois ans avec sursis. Une peine entièrement aménageable. L’avocat général avait, lui, requis vingt ans de réclusion criminelle dont treize ans de sûreté derrière les barreaux pour le premier accusé désormais coupable, qui avait ouvert la bouche pendant l’audience sans en comprendre le sens, et douze ans de réclusion criminelle pour celui désormais reconnu comme complice.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...