100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Les enfants prématurés, l’autre enjeu des 10.000 naissances annuelles

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Chaque année, quelque 1.000 prématurés naissent au centre hospitalier de Mayotte. Si ce chiffre est semblable aux autres territoires d’Outre-mer, il met surtout en lumière les multiples facteurs de risque, le difficile suivi de grossesse et les conséquences néfastes pour les nouveau-nés. Un enjeu de santé publique rappelé à l’occasion de la journée mondiale de la prématurité, qui repose sur la nécessaire coordination des actions.

« Il s’agit d’un enjeu de santé publique. » Président du réseau périnatal de Mayotte (Répéma) depuis quatre ans, le docteur Soumeth Abasse ne cache pas son inquiétude au moment d’évoquer les quelque 1.000 prématurés annuels du 101ème département. « Dans les Outre-mer en général, ici comme en Guyane ou chez nos voisins de La Réunion, nous sommes aux alentours de 10 ou 11% contre 7% en métropole… C’est énorme ! » Un pourcentage qui se justifie notamment par la présence plus nombreuse de maladies maternelles, telles que le diabète et l’hypertension artérielle, mais aussi d’infections utérines ou urinaires dans les territoires ultramarins.

enfants-prematures-enjeu-10000-naissances-annuelles

Des facteurs qui s’ajoutent à un suivi de grossesse local moins complet qu’ailleurs… « Il est conseillé que les femmes enceintes puissent voir mensuellement leur sage-femme, leur gynécologue ou leur médecin pour faire le point et prendre part aux trois échographies », poursuit le professionnel de santé à l’occasion de la journée mondiale de la prématurité qui se déroule ce 17 novembre. Or, bien souvent, ce quota est loin d’être respecté. Pour une raison principalement socio-économique : un accès à la santé limité pour certaines, une arrivée à la dernière minute sur le territoire pour d’autres. Sans oublier l’âge puisque celles qui ont moins de 18 ans ou plus de 35 ans multiplient les risques.

Des altérations sur le développement psycho-moteur

Si les bébés proches du terme – après la 33ème semaine d’aménorrhée – présentent des complications mineures après la naissance, c’est une autre paire de manche pour les extrêmes prématurés (nés à partir de 25 semaines ou avec un poids de 500 grammes), susceptibles de subir des séquelles et des altérations sur le développement psycho-moteur, telles qu’une paralysie cérébrale, des troubles d’apprentissage et de langage, etc. Selon les données présentées lors du colloque sur la grande prématurité de 2016, leur durée d’hospitalisation en néonatologie varie d’un à quatre mois. Pour un coût annuel de prise en charge dans le service de l’ordre de cinq millions d’euros.

Une fois sorti du système hospitalier, il est indispensable qu’il y ait « un suivi médical et éducationnel jusqu’à 7, 8 ou 9 ans », insiste le docteur Soumeth Abasse. Et sur ce point, les réponses apportées restent encore en-dessous des attentes… Heureusement, le réseau périnatal de Mayotte peut toutefois compter sur le centre d’action médico-sociale précoce pour assurer, par exemple, le dépistage. « Nous partions de loin lors de mon arrivée il y a dix ans. Désormais, il faut que tout le monde, pas seulement le centre hospitalier de Mayotte, tire dans le même sens pour suivre l’évolution de ces enfants vulnérables et avoir une homogénéité. »

Un long chemin reste donc à parcourir, notamment en termes de ressources humaines, de concertation et de coordination. « Il faut faire en sorte que les PMI (protections maternelles et infantiles) puissent recevoir sans difficultés les femmes enceintes et que les médecins libéraux apportent les bons conseils », martèle le praticien en néonatologie, tout en évoquant les tournées du camion mobile du Répéma aux quatre coins de l’île pour se rendre dans les quartiers reculés et rencontrer une population de plus en plus précaire. « Il n’y a que de cette manière que nous arriverons à lutter contre ce taux élevé. Certes, nous avons l’impression qu’il y a un petit mieux depuis 2010, mais nous pouvons faire beaucoup plus ! »

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°976

Le journal des jeunes

À la Une

Aïcha, Nazla, Samira, Nayla, Soilahoudine et Noël, ambassadeurs des JO 2024

Du 9 au 17 octobre, six élèves de la classe Pierre de Coubertin-Alice Milliat sont allés enrichir leurs connaissances des Jeux Olympiques à Paris...

Les Naturalistes et 50 bénévoles paient un brin de toilette à l’îlot Mbouzi

Samedi matin, une cinquantaine de volontaires répondait à l'appel des Naturalistes de Mayotte pour une opération de nettoyage de l'îlot Mbouzi. Interdite aux visiteurs,...

Tsunamis et séismes à Mayotte, la nouvelle campagne de prévention est lancée

Le vendredi 26 novembre à la Case Rocher avait lieu le lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation aux risques sismique et tsunamique à...

Les fonds européens se dépoussièrent au service des porteurs de projets mahorais

Le groupement d’intérêt public de Mayotte consacré aux fonds européens s’est présenté aux porteurs de projets privés et publics ce vendredi 26 novembre à...

Les taxis mabawa veulent plus que les miettes

Alors que les taximen mahorais ont déjà fort à faire avec les projets de transports interurbains que développe le département, ils doivent aussi faire...