test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Économie entravée : « On ajoute de la crise à la crise »

À lire également

Un groupe de randonneurs dépouillé au Mont Choungui

Une nouvelle agression s'est produite le vendredi 23 juillet à l'occasion de l'ascension du Mont Choungui. Si aucun blessé n'est à déplorer, l'organisateur de...

Violences à Miréréni-Combani : « Nous nous demandons si nous vivons en France ou en Afghanistan »

Depuis un an, les habitants de Miréréni et de Combani ne dorment plus sur leurs deux oreilles et se renvoient constamment la balle face...

Interpellation musclée à la barge : la nécessaire protection de l’identité des policiers à Mayotte

D’après le représentant syndical, Bacar Attoumani, les individus arrêtés ce mardi à la descente de la barge à Mamoudzou tentaient d’intimider un policier hors...

Les habitants du lotissement Sim de Kwalé montent au créneau

Suite aux violences survenues à Koungou fin février dernier, les habitants du lotissement Sim de Kwalé sont sur leurs gardes. En effet, le programme...

Malgré la conviction du bien-fondé du mouvement des Forces Vives à Mayotte, beaucoup en paient déjà le prix et s’attendent à un surcoût si les barrages persistent. Des directeurs d’entreprises témoignent de ces impacts et partagent leurs solutions. A retrouvez dans le nouveau Mayotte Hebdo

« Le magasin est vide. » Sophiata Souffou tient une quincaillerie à Chirongui. À cause des barrages, elle n’arrive plus à approvisionner ses stocks. « C’est vraiment grave pour l’activité économique car les travailleurs qui se déplacent sont ceux qui alimentent les entreprises dans le secteur de l’alimentation, des commerces. » Or, « les gens ont toujours besoin de manger », contraste-t-elle. Ces manques créent, selon elle, des tensions dans son village. Notamment pour le gaz. « Même si je dis que je n’ai plus rien, il y a la queue », citant les 200 personnes qui attendaient mardi devant son magasin. « Les cuisines ne sont plus équipées pour chauffer au bois sec et au charbon comme on le faisait anciennement. »

Si son magasin avait du stock sur les deux premières semaines de contestation, elle n’a désormais plus grand chose pour poursuivre l’activité. Une partie de son personnel est en congé, une autre en chômage partiel. « Je sais que la violence [en référence à l’insécurité contre laquelle se battent les Forces vives] n’arrange pas les affaires mais il faut aussi penser aux besoins de la vie qui continue. Entre la violence quotidienne et les barrages quotidiens, quand est-ce qu’il y aura une tranquillité économique pour les commerçants ? »

Sur un échantillon de 90 adhérents, Carla Baltus, présidente du Mouvement d’entreprises de France (Medef) à Mayotte et, en tant que telle, représentante du patronat, informe que, « dans le meilleur des cas », 25 % arrivent à travailler. « L’économie est totalement paralysée. » Quasiment 100 % des travailleurs du BTP auraient arrêté l’activité car ils ne peuvent traverser les barrages. Les clients de l’hôtellerie désistent leurs réservations tandis que ceux des restaurants désertent les établissements. « Des commerçants n’arrivent pas à récupérer leur marchandise au port » et, donc, à la revendre. Un manque qui pourrait être difficile à combler, estime-t-elle, à l’approche de moments aussi importants dans un chiffre d’affaire que la Saint-Valentin et du Ramadan.

Circulation verrouillée, approvisionnements bloqués et stocks saturés

« C’est dramatique », poursuit celle qui a fait le point avec 60 de ses adhérents lundi. « Il y a des chefs d’entreprise qui sont totalement démoralisés. Il y a des risques de perte d’emplois. Beaucoup d’acteurs du privé n’ont pas pu payer les salaires de janvier », déroule-t-elle. « On nous propose le chômage partiel qui paie à 60 % mais est-ce que les travailleurs l’accepteront ? On ajoute de la crise sur de la crise. » Et si l’activité continue, comme celle de sa compagnie de transports, il faut encore pouvoir être payé. Difficile, remarque-t-elle, quand les collectivités, les mairies sont fermées et ne peuvent donc traiter les factures. « Si vous n’avez pas une banque qui croit en vous, ça peut vite devenir compliqué. »

À cela, il faut ajouter les surcoûts liés au stockage des marchandises au port qui ne peuvent être acheminées sur l’île, ou ne peuvent plus arriver jusqu’à Mayotte, car « le fret est saturé », indique la présidente.

Safdar Ballou est à la tête de quatre magasins de vente d’appareils électroménagers sur l’île. Un bateau est en route vers Mayotte pour livrer une cargaison. « Mais je ne vois pas où on va la mettre », réagit-il. Depuis le début des barrages, il chiffre sa perte à 90 % sur le chiffre d’affaires. « Les clients ne peuvent pas venir et nous on ne peut pas livrer. » L’enseigne Ballou représente une soixantaine de salariés, une partie de ses magasins est fermée. « On sort de la période post-Covid, on est encore en crise de l’eau… Il faut que ça s’arrête. » Sa société distribue normalement une quarantaine de quincailleries. « On est en train de tuer des familles mahoraises », se désole-t-il.

« On aurait pu s’associer »

« Sur le fond de la lutte, on est tous d’accord. On vit l’insécurité au quotidien. Mais sur la forme on fait du mal à l’économie mahoraise », poursuit ce chef d’entreprise qui dénonce l’ampleur et la durée de ces blocages.

Il y avait, selon lui, d’autres manières d’agir. Comme le fait de s’inspirer des blocages des agriculteurs en métropole. « Le monde économique aurait pu s’associer aux Forces vives et tout bloquer, ensemble, 48 heures. Ça aurait eu un retentissement plus conséquent. On donne nos revendications et on impose un délai pour nous répondre », propose-t-il. C’est d’ailleurs ce qu’il aurait déjà exprimé auprès de certains membres, en 2011 et 2018, lors des anciens blocages. « On ne se rend pas compte des conséquences. Trop c’est trop. Il faut une reprise lundi. » Mais aussi, juge-t-il, un retour du dialogue avec le préfet, représentant de l’état à Mayotte.

« Certains entrepreneurs ne vont pas se relever », appuie la présidente du Medef Mayotte, qui n’hésite pas à parler de la situation dans les médias, comme ce mercredi matin, au micro de France Inter, afin d’obtenir ce fameux médiateur que réclament la population et le Département.

Une bouée de secours et un bateau

Pour préparer une bouée de secours aux entreprises, le Medef Mayotte a formé une intersyndicale avec la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), l’Union des entreprises de proximité (U2P), la Fédération mahoraise du bâtiment et des travaux publics (FMBTP), l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), la Chambre de commerces et de l’industrie (CCI) et la Chambre de l’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture de Mayotte (Capam).

Elle vise à faire des propositions à l’état : la demande d’un chômage partiel qui paie à 100 % au lieu des 60 en vigueur, la mise en place d’un fonds de solidarité comme en métropole et à La Réunion au moment des Gilets Jaunes, la possibilité de décaler le paiement des charges sociales ou encore, un accompagnement des banques sur la trésorerie afin de payer les factures et crédits d’impôts en attendant que la situation se rétablisse. Quant au mouvement de protestation, elle espère du côté des Forces Vives de la patience dans la mise en place de mesures concrètes par le gouvernement dans le cas où il y en ait, « car tout ne se fera pas d’un coup ».

Et si en plus d’une bouée, on imaginait un bateau ? La patronne de la quincaillerie de Chirongui, Sophiata Souffou, est persuadée que sur le long terme, un bateau sur l’océan Indien qui formerait des jeunes aux métiers de la mer, comme la pêche, et de sécurisation pour contrôler les allers et venues des kwassas, serait un atout économique. « Mayotte a beaucoup d’avantages à apporter au pays. Avec le canal du Mozambique, on peut se rapprocher du marché africain et européen », explique-t-elle. « La population metropolitaine est vieillissante. Nos jeunes peuvent devenir une lumière », assure celle qui accueille dans son entreprise des stagiaires et des alternants. « Il faut faire confiance à cette jeunesse. Un jeune qui dérape à l’école montre autre chose dans un espace professionnel. »

A retrouvez dans le nouveau Mayotte Hebdo

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...