test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Un rideau de fer » maritime qui se met déjà en place

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Parmi les dernières annonces de Gérald Darmanin, « un rideau de fer » maritime serait mis autour de Mayotte pour endiguer l’immigration clandestine. Selon nos informations et celles du média L’Informé, il est même déjà testé. 

Il l’a promis, dès que « le rideau de fer » maritime se mettra en place, François-Xavier Bieuville le présentera aux médias. « On commence à avoir l’armature », a indiqué prudemment le nouveau préfet de Mayotte, ce mardi matin. En réalité, il est même déjà en expérimentation par la police aux frontières et sous l’égide de Frédéric Sautron, le sous-préfet à la lutte contre l’immigration clandestine. Pendant l’opération Wuambushu, en marge de la présentation de nouveaux intercepteurs, le 5 mai 2023, le même sous-préfet avait laissé entendre qu’il s’intéressait à de nouvelles technologies pour détecter plus tôt les kwassa-kwassa avant qu’ils ne réussissent à « beacher ». Car selon les derniers (rares) chiffres sur l’immigration clandestine, 29% des embarcations détectées par les forces de l’ordre arrivaient quand même à atteindre les plages (données de l’opération Shikandra du 1er janvier au 30 septembre 2023).

Nous avions eu la confirmation récemment que des nouvelles technologies étaient testées aux abords des côtes, notamment des drones de surveillance, sans avoir les détails. Dans un article daté du 7 mars pour le média en ligne L’Informé, le journaliste Antoine Hasday annonce le nom d’entreprises spécialisées dans la défense susceptibles de répondre aux appels à projet pour Mayotte et qui ont eu le droit à quelques tests au-delà du lagon. La société toulousaine Diodon, par exemple, en ferait partie. Ses drones à structure gonflable, qui peuvent donc se poser sur l’eau, auraient été testés dans les eaux mahoraises « début 2023 » selon l’article. D’autre matériel incluant des bouées « équipées de capteurs de détection acoustique » ferait partie de l’arsenal déployé, tout comme « des caméras mobiles de surveillance terrestre, autonomes en énergie et capables de détecter les mouvements de véhicules et de personnes, mais aussi sur les jumelles de vision nocturne adaptées à l’environnement maritime et tropical ».

Et la marine ?

Lors d’un déjeuner avec la presse, Gérald Darmanin avait ajouté que le rideau de fer comprendrait une collaboration avec l’armée, un navire aux abords des eaux territoriales devant dissuader les bateaux, notamment ceux transportant des migrants d’Afrique continentale, d’approcher des côtes. Le ministre de l’Intérieur et des Outremer s’est également engagé à remplacer les radars vieillissants.

Autre information donnée par L’Informé, « un centre de commandement et de contrôle (C2) dédié à la surveillance maritime » sera déployé. Des grands noms du secteur (CS Group, Nexeya, Capgemini, Atos, Airbus et Thales) figurent sur la liste des possibles fournisseurs.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...