test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Opération Wuambushu : Les Comores invitent l’État français à renoncer à son plan

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Le gouvernement comorien appelle les autorités françaises à privilégier plutôt le dialogue multilatéral avec les pays dont les concitoyens se trouvent en situation irrégulière à Mayotte, au lieu de maintenir son projet d’expulsions massives. Celui-ci risque de déstabiliser la région selon lui. 

C’est la première réaction officielle du gouvernement des Comores sur l’opération Wuambushu. Après plus d’un mois de tergiversations, Beit-Salam s’est exprimé, ce lundi 10 avril, sur ce projet chapeauté par le ministre français de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, visant à détruire les bidonvilles et à chasser les sans-papiers résidant à Mayotte. Jusqu’à présent, tout porte à croire que l’État français compte bien respecter son calendrier. Les gendarmes attendus sur l’île devraient commencer les expulsions à partir du 21 avril prochain. « Ainsi, soucieux d’entretenir la bonne qualité des liens séculaires qui unissent les Comores et la France, et de contribuer à la préservation de la paix, la stabilité dans la région de l’océan Indien et sur le continent africain, le gouvernement comorien interpelle sur le danger d’une telle opération et demande aux autorités françaises d’y renoncer », demande toutefois un communiqué de la présidence comorienne, publié en début de soirée. Depuis que la presse a révélé la préparation de cette opération de décasage de masse, porté par Gérald Darmanin, seule la société civile comorienne était montée au créneau pour la dénoncer, en raison surtout des conséquences humanitaires qu’elle risque d’engendrer.  

Visite annulée du ministre des Armées

Le président Azali Assoumani, qui depuis février dernier a pris la tête de l’Union Africaine, ne souhaitait pas s’exprimer en se basant sur des informations relayées uniquement par voie de presse soutenait il y a un mois, le porte-parole du gouvernement comorien, Houmed Msaidie. Ce dernier, disait attendre d’abord des actions sur place avant de se prononcer car les deux pays n’avaient à l’époque pas discuté du sujet. Est-ce désormais chose faite ? Peut-être, puisque le 18 mars, soit quelques jours après cette déclaration des autorités comoriennes, le président français, Emmanuel Macron s’était entretenu avec son homologue comorien et a avait exprimé son inquiétude sur « la situation sécuritaire et sociale à Mayotte », rapportait un communiqué de l’Elysée. Aussi, pas plus tard que le 6 avril, une délégation conjointe française de haut niveau conduite par les ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères, a effectué à Moroni une visite de plusieurs jours. Selon les quelques informations laconiques publiées à l’issue d’une rencontre qui a eu lieu au ministère comorien des Affaires étrangères, les discussions portaient sur la sécurité maritime, les migrations régionales et les liens avec Mayotte. Le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, devait lui aussi se déplacer aux Comores, le 9 avril, avant que sa visite ne soit annulée à la dernière minute, sans explications. 

Le dialogue d’abord

Il faut dire qu’à trois semaines du début de Wuambushu, ce ballet diplomatique ne fait que renforcer la thèse selon laquelle Paris et Moroni échangent sur ce projet d’envergure qui divise encore les différents collectifs citoyens à Mayotte dont certains s’affrontent par des communiqués interposés. « Depuis l’annonce de cette opération,  les associations de la société civile aussi bien comoriennes que françaises pour ne citer que celles-là ont, dans leur diversité manifesté leur opposition à ce projet, dénonçant non seulement les conditions de sa préparation mais aussi les séquelles qu’elle laissera et le précédant qu’elle créera », souligne, la présidence comorienne qui suggère aux autorités françaises de privilégier le dialogue et la concertation, non seulement avec l’Union des Comores , mais aussi avec les autres pays dont les concitoyens se trouveraient illégalement à Mayotte. Tout cela, dans le but de « trouver ensemble, les réponses humanitaires de relogement et de formation nécessaires, mais aussi celles de régularisation, pour ceux dont le statut le nécessite ».

Dans son communiqué de deux pages, Beit-Salam estime par ailleurs qu’une telle « action spectaculaire », pour paraphraser Gérald Darmanin, basée sur des destructions de bidonvilles et d’expulsions d’habitants de Mayotte jugés en situation irrégulière ne doit pas aller dans le sens de la déstabilisation de toute une région à un moment où la communauté internationale s’emploie à consolider la paix et la stabilité. Devons-nous nous attendre à une rupture des relations diplomatiques ? Les chances d’arriver à un tel stade sont minces, temporisent certains observateurs. Ceux-ci, restent convaincus que si Azali Assoumani a bel et bien bénéficié du soutien de Paris pour accéder à l’Union Africaine, il ne prendra jamais une décision qui risquerait de fâcher les autorités françaises. 

Du côté de la société civile, l’on invite à présent le gouvernement à durcir le ton en refusant par exemple d’accueillir les reconduites qui souvent sont débarqués à Anjouan, comme ce fut le cas en 2018. Si le comité Maore envisage de saisir les Nations Unies, le collectif « Stop opération Wuambushu », lui, a annoncé une série de manifestations prévues courant avril dans plusieurs villes françaises et à l’île de la Réunion. A Moroni, un rassemblement citoyen aura lieu samedi prochain. 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...

Sania Toumani, la petite fée du Magic de Passamaïnty

A 22 ans, la jeune sportive Sania Toumani est immanquablement l’une des meilleures joueuses de basket-ball de Mayotte. Son club, le Magic basket de...

Le double projet de loi Mayotte au point mort

Propositions, discussions, tractations, et au final abandon ?  Le double projet de loi Mayotte est de nouveau mis au placard par les ministres du gouvernement...