L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

En attendant l’arrivée de Gérald Darmanin …

À lire également

“C’est par l’éducation que la femme mahoraise peut s’émanciper

Cela fait à peine deux mois qu’elle a pris ses fonctions et pourtant Taslima Soulaimana, la nouvelle directrice régionale aux droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes a de grandes ambitions pour la femme mahoraise. Elle est cependant consciente que la tâche ne sera pas si facile. 

Le viol, une perversion cachée dans la société mahoraise

Le viol est un mal invisible, et à Mayotte on profite de cette invisibilité pour ne pas en parler. Dans une société où le sexe est tabou, les victimes d’agressions sexuelles sont trop souvent réduites au silence. Cependant, les langues commencent à se délier, et les victimes veulent désormais se faire entendre malgré les nombreuses barrières qu’elles doivent franchir.

Pauvreté : La dichotomie mahoraise

Le chiffre est l’un des plus parlants pour décrire la situation de Mayotte. Régulièrement employé, il va désormais changer. La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté national passe en effet de 84% à 77%. Une baisse qui ne doit pas masquer une autre réalité : les inégalités de vie se sont creusées.

Mayotte : “On veut que l’État nous prenne en charge comme tous les demandeurs d’asile qui vivent en France”

C’est un ras-le-bol qui a poussé les demandeurs d’asile africains à manifester ce lundi 20 juillet devant la mairie de Mamoudzou. Ils réclament de meilleures conditions de vie et une meilleure prise en charge de la part des associations et de l’État, mais les moyens mis à disposition à Mayotte ne sont pas suffisants. 

Branlebas de combat tous azimuts en prévision de l’opération « Wuambushu » du ministère de l’Intérieur et des Outre-mer, qui doit commencer en avril. L’affaire prend la tournure d’un débat public, entre partisans et adversaires, sur l’île. Cet article marque le début d’une série en plusieurs volets avant ladite opération.

Décidément, qu’en sera-t-il concrètement de l’opération « Wuambushu » ? Annoncé comme « une action spectaculaire » par Gérald Darmanin lors de son dernier déplacement à Mayotte en janvier, cet événement destiné à marquer les esprits (des Mahorais, comme des Comoriens et des Hexagonaux), pourrait avoir atteint son but bien avant le mois d’avril. Partout et à toute heure, dans toutes les couches de la société, les gens parlent du décasage annoncé et de l’expulsion des occupants vers leurs pays d’origine. Pour l’heure, l’inquiétude des habitants de Mayotte a déjà atteint son paroxysme, pour des raisons multiples. Les annonces n’émeuvent plus personne. « C’est l’enfer dans lequel baigne tout un chacun depuis quinze ans, y compris du temps où ce même Gérald Darmanin était aux affaires dans un autre gouvernement », fait remarquer un opérateur économique local, au cours d’une traversée de barge. La question à laquelle s’accroche les gens (qu’ils soient en faveur ou contre l’opération), c’est pourquoi maintenant seulement ? Et pourquoi cette méthode ? La question se pose même chez les élus du même bord que le gouvernement. Le mot n’est plus tabou, ici on évoque les risques d’émeutes grande ampleur. Certains, issus de milieux divers osent prononcer les mots de « guerre civile », comme le député Mansour Kamardine. L’évidence pour tous est qu’il y aura à Mayotte, « un avant et un après l’opération Wuambushu », et l’on s’interroge si l’État a réellement pris toute la mesure de cette affaire. 

« Un volcan sous-marin social »

Car, avance-t-on sur les places publiques, ce n’est pas « un spectacle de quelques semaines, quelques mois, qui va refroidir un volcan sous-marin social que l’on a laissé bouillonner deux décennies durant qui s’effacera avec des renforts de force de l’ordre. Les arrangements politiciens du Quai d’Orsay avec les gouvernements successifs des Comores nous ont tout droit conduit dans ce cauchemar », fait observer un agent d’une collectivité locale. Il estime qu’une fois que le ministère de l’Intérieur aura atteint ses objectifs, tout l’armada de renforts de gendarmes et policiers qui vont être déployés, trois mois apparemment, sur le territoire, repartira comme elle est venue, et l’insécurité reviendra comme dans le passé. « Au sommet de l’État, des gens ont laissé les choses s’empirer et là, sans doute pour des raisons électorales, on nous annonce cette opération. Nous, tout ce que nous appelons de nos vœux, c’est la fin de cet enfer et la sécurité de nos enfants quand ils vont à l’école. Marine Le Pen ou Emmanuel Macron, ces gens nous prennent tous ici pour des marionnettes », avance Fatima Abdou de Passamaïnty. Les questions fusent de partout et sont toutes légitimes d’un camp à un autre. En effet, réunies sur la place de la République à Mamoudzou, ce lundi, sous un soleil de plomb, les femmes leaders tiennent elles un autre son de cloche. Elles soutiennent l’opération annoncée et insistent même sur le besoin de sa pérennité tous les ans vaille que vaille.

Aucune place d’hébergement disponible

Du spectacle, il y en aura certainement ! Il y a au menu 1.050 gendarmes mobilisables avec un doublement de l’effectif déjà présent, 120 policiers supplémentaires doivent venir grossir les rangs des troupes existantes pour atteindre un chiffre total de 820 agents (dont 10 officiers de police judiciaire). La justice administrative est également mobilisée et prévoit jusqu’à six audiences par jour (trois le matin et trois le soir) par visioconférence depuis le département voisin de La Réunion. Absolument toutes les places d’hébergement de l’île sont réquisitionnées pour loger le bras armé de l’État, y compris la moindre petite structure de chambres d’hôtes. 

Face à ce qui se prépare, la partie adverse ne se veut pas en reste. « Au nom du respect des droits humains, du respect des règles de droit en France et en Europe, mais aussi de l’image de la France dans le monde », nous dit-on, un collectif d’avocats des barreaux réunionnais est déjà sur le qui-vive. Il est même décidé à noyer les magistrats du tribunal administratif (TA), sous une montagne de recours en annulation de procédures. La question du relogement obligatoire des familles en situation régulière va souvent se poser. Tout comme pour la réquisition des lieux d’hébergement d’urgence tels que les gymnases dans les huit communes où cette politique de gros muscles va s’appliquer.

Des sources pensent que ce même tribunal « pourrait rejeter l’intérêt d’agir » des associations et organisations (Ligue des droits de l’homme, Cimade, Médecins du Monde) œuvrant en faveur des ressortissants étrangers en pareilles circonstances. Il est vrai que même dans les rangs de la fédération locale de Renaissance (ex-La République en marche), le parti d’Emmanuel Macron, certains ne cachent pas, en privé bien sûr, la crainte de probables dérapages et un usage disproportionné de la force publique. 

D’autres sources minimisent un tel risque : « Il sera contenu par le recours massif de policiers ayant déjà servi à Mayotte, maîtrisant bien le terrain sur tous les plans, lesquels vont encadrer leurs collègues qui viendront pour la première fois ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Un préavis de grève déposé à l’Université de Mayotte

L’intersyndicale du campus de l’Université de Mayotte (ex-CUFR), CGT et Snesup-FSU, a déposé un préavis de grève, ce jeudi, pour un commencement dès le...

Logement : Dzoumogné au carrefour des nouvelles constructions de la SIM

Village central du nord de Mayotte, Dzoumogné compte un nouvel ensemble de 18 logements sociaux construits par la société immobilière de Mayotte (SIM), à...

Crise de l’eau : Près d’un million de bouteilles collectées au concours organisé par Citeo

Du 18 mars au 13 avril, Citeo a organisé un concours, intitulé « Hifadhuichisiwa », pour inciter les habitants à collecter le plus de bouteilles en...

Une CCI de Mayotte prête à jouer davantage une fonction de support

Il y a du changement à la Chambre de commerce et d'industrie de Mayotte (CCIM) avec l’arrivée d’un nouveau directeur général des services en...

Wuambushu 2 : Une opération qui prend de court les policiers ?

Deux porte-paroles de syndicats policiers regrettent le manque de concertation dans les derniers préparatifs de « Mayotte place nette », le nouveau nom donné à l’opération...