L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Maria Galanta interdit d’accoster à Anjouan avec des expulsés

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Les autorités comoriennes avaient prévenu il y a quelques jours qu’elles n’étaient pas disposées à accueillir les personnes qui seront expulsées de Mayotte. Ce lundi, le gouvernement de Moroni a mis à exécution sa menace. Un bateau en provenance de Mayotte n’a pas été autorisé à accoster alors que jusqu’à vendredi, ces opérations étaient encore possibles.

Interrogé, le porte-parole du gouvernement comorien, Houmed Msaidie assume la décision qu’il avait lui-même annoncée, jeudi. « Comme vous le savez, l’opération Wuambushu a commencé et nous l’avons déjà fait savoir précédemment, les Comores ne sont pas prêtes à accueillir les expulsés », a souligné, ce lundi après-midi, le ministre comorien. Une note de la société comorienne des ports publiée ce lundi 24 avril et adressée au responsable de la SGTM, évoque quant à elle « des travaux de zonage et la mise en place d’un dispositif de sécurité au port de Mutsamudu », à Anjouan. « Actuellement, plusieurs changements sont en cours, nous vous informons par la présente que le port n’est pas en mesure d’assurer l’embarquement et débarquement de passagers jusqu’au 26 avril », lit-on dans le document qui ne fait nullement mention de l’opération Wuambushu.

En tout cas, à entendre la déclaration du porte-parole du gouvernement, la possibilité pour l’archipel de revenir en arrière n’est pas à exclure. C’est juste une question de temps. « La convention signée en 2019 stipulait bel et bien qu’il devait y avoir des concertations au préalable. Et celles-ci sont en cours. Pour le moment, aucun accord n’a été trouvé. Je crois que toutes les parties espèrent une entente. Dès qu’il y en aura, vous serez informés », a conclu Houmed Msaidie.

« Reprendre les rotations rapidement »

A Tsoundzou 1, le préfet de Mayotte Thierry Suquet s’est dit navré pour ces personnes qui étaient en vacances ou allaient rendre visite à leur famille. Car, si le bateau accueillait bien des personnes entrant dans le cadre d’une procédure d’expulsion, la décision comorienne a causé un grand désagrément pour les 64 passagers qui avaient déjà payé leur billet pour voyager. « Ce sont les personnes victimes de ce qui est en train de se passer. Ce qu’on espère, c’est continuer le dialogue entre nous et les Comores. On espère reprendre les rotations rapidement sur un mode normal », argue-t-il, faisant valoir qu’il y a aussi des expulsions réalisées vers Madagascar et l’Afrique de l’Est.

« Pour rappel, tout ce qui concerne l’immigration clandestine et la sauvegarde de la vie humaine en mer en pensant venir au paradis à Mayotte, on a des accords avec les Comores et des intérêts communs pour lutter contre cette mise en danger des personnes », rappelle le représentant de l’État, qui connait ici un coup de frein dans le programme d’expulsions massives promis récemment par Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer.

Côté Dzaoudzi, le retour du bateau et de ses passagers n’a pas fait que des heureux. Des Mahorais ont rejoint le quai pour empêcher le débarquement de ceux que les Comores ne veulent pas non plus.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...