test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Maison vandalisée à Kwalé : « J’avais en face de moi des meurtriers »

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

L’opération Wuambushu n’en est qu’à ses balbutiements mais la tension est déjà montée d’un cran à Mayotte. Les actes de violences se multiplient. L’histoire de Zahara* a ému toute l’île ces derniers jours. Sa maison a été vandalisée alors qu’elle se trouvait à l’intérieur. Ces faits d’une rare violence l’ont traumatisée. Elle revient pour nous sur ce moment, où elle a cru que tout allait basculer.

Il est midi, ce dimanche 23 avril à Kwalé, dans le village de Tsoundzou 1, lorsque Zahara entend du bruit à l’extérieur de chez elle. « Les jeunes ont été repoussés par les CRS. Puis ils sont revenus et ils se sont rendu compte qu’on avait une caméra qui donnait sur la rue. Et ils ont commencé à caillasser la maison », raconte-t-elle. Son domicile se trouve au bout du quartier, il est le plus exposé. Les délinquants s’acharnent et cassent toutes les vitres de la maison. « On ne pouvait pas les raisonner ! », lance-t-elle. Ils demandent à avoir la caméra de surveillance mais Zahara leur répond qu’ils ne peuvent pas la débrancher. « Cette histoire de caméra n’était qu’un prétexte car après ils nous ont dit que comme nous étions Mahorais, ils allaient nous violer, nous tuer, et brûler notre maison », relate-t-elle d’une voix tremblante.

« J’ai eu très peur. C’était les 30 minutes les plus longues de ma vie », ajoute-t-elle. Les voisins tentent de leur porter secours, en vain. Zahara appelle alors la police qui réagit rapidement. « Dans tout le calvaire qu’on a vécu, je remercie l’intervention des forces de l’ordre car lorsqu’on les a appelés, ils ont fait au plus vite. J’ai eu quelqu’un de formidable au téléphone qui m’a rassurée tout le long », se souvient-elle. Elle a porté plainte mais reste très marquée par cet évènement. Toute la famille a donc décidé de quitter la maison quelques jours, car elle ne se sent plus en sécurité. Selon la jeune femme, « Kwalé est devenu une zone de non droit. Et ça va devenir ingérable et très dangereux. »

Après le traumatisme, la colère

Depuis l’annonce de l’opération Wuambushu, chacun y va de son avis et les spéculations vont bon train. Une situation que Zahara ne supporte plus. « Je ne peux plus entendre le mépris et la condescendance des gens en métropole qui ne savent rien de ce qu’on vit ici. J’avais en face de mois des meurtriers qui voulaient nous tuer, c’est clair et net », poursuit-elle. Elle ne dit pas être en faveur ou contre l’opération, mais elle ne souhaite qu’une chose, c’est d’éradiquer la violence sur l’île. « Les forces de l’ordre doivent se concentrer sur ces délinquants et les mettre en prison. Il faut arrêter de donner des peines à la légère comme des travaux d’intérêt général » indique-t-elle, faisant référence au jeune qui a proféré des menaces de mort sur les réseaux sociaux et a obtenu 280 heures de travaux d’intérêt général. « On dit que ce sont des mineurs, mais pour moi ce sont des criminels, ils n’ont aucune empathie. Ils sont en dehors de la réalité. Ils sont conscients de nuire, conscients de ce qu’ils font. Et ils doivent avoir des peines à la hauteur de leurs actes ! » insiste-t-elle.

Aujourd’hui, Zahara se dit fatiguée de tout. « Je suis épuisée psychologiquement. Pas seulement à cause de ce qu’on a vécu, ça a été la goutte de trop, mais c’est aussi à cause des cambriolages qu’on subit tous les jours à Kwalé. Je suis aussi fatiguée d’être tout le temps sur mes gardes quand je sors et quand je suis chez moi. Ce qui m’est arrivé peut arriver à n’importe qui. Jusqu’à quand va-t-on vivre cette vie ? » Elle avoue ne se sentir en sécurité nulle part, et espère que toutes les forces de l’ordre mobilisées dans le cadre de l’opération Wuambushu pourront arrêter les bandes qui terrorisent l’île. Cependant, elle s’interroge déjà sur le futur. « Je me demande ce qu’on va devenir quand tous ces policiers et gendarmes partiront… » Une question déjà soulevée par de nombreux Mahorais.

* Le prénom a été modifié

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....

« Cette dissolution bouleverse la synchronisation des élections présidentielles et législatives »

Thomas M’Saïdié, maître de conférences HDR à l’« Université de Mayotte » (l’universitaire s’oppose au statut d’institut universitaire), revient sur la dissolution de l’Assemblée nationale effectuée...