test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

El Anrif Hassani : Le monsieur sport du CD

À lire également

Miss Mayotte : “Je voudrais que les gens retiennent un côté positif de Mayotte”

Dernière ligne droite pour Eva Labourdere. Du haut de ses 20ans, la Mahoraise représentera son île demain soir, lors de l’élection de Miss France2020, retransmise en direct depuis le Dôme de Marseille. Une belle occasion de mettre le territoire sous le feu des projecteurs et peutêtre, de faire mieux qu’Esthel Née, 3ème dauphine de Miss France 2009, la meilleure place jamais gagnée par une femme de l’île à ce concours.

Safia Remery : Une femme mystérieuse devant la caméra

Son visage est connu du grand public. Safia Radjabou Remery a tourné dans des publicités mahoraises, mais on parle surtout d’elle pour ses rôles...

Isma Kidza, un photographe sous tous les plans

Des ses propres mots, Isma Kidza est un “fou de la photo”. Autodidacte qui s’affranchit des règles de la photographie, ce quadragénaire capte chaque...

Salama Youssouf, un parcours exemplaire pour la première notaire mahoraise

Son nom vous est peut-être inconnu mais Salama Youssouf est entrée dans l’histoire de Mayotte depuis peu. Elle est désormais la première notaire mahoraise...

Conseiller départemental de Mamoudzou 1 et président de l’Office départemental des sports, El Anrif Hassani est aussi et surtout un passionné de sport, et notamment de football. S’il ne porte plus le maillot de l’AS Rosador Passamaïnty ou de la sélection de Mayotte, il le mouille toujours, entraînant les joueuses du Club Unicornis, tout en portant les sujets sport au sein de l’hémicycle Younoussa Bamana.

« Il nous arrivait de jouer trois matchs le week-end ! », se remémore avec délice El Anrif Hassani, qui, avec quelques-uns de ses camarades, enchaînait football, basketball et handball en deux jours, sous les couleurs de l’AS Rosador Passamaïnty, à l’époque où le club était multisports. « J’avais la chance d’être doué dans les trois disciplines », déclare-t-il. Le jeune homme garde cependant le football dans son cœur, étant capitaine du club de 2000 à 2013. Il était aussi joueur et capitaine par intermittence de la sélection de Mayotte. Après l’école de foot de Rosador, il y a quatre ans, il crée le club féminin d’Unicornis, rencontrant un succès immédiat : pour sa première année, l’équipe monte directement en Régionale 1. De plus, El Anrif Hassani est nommé meilleur entraîneur de Mayotte en féminines, une chose qu’il est fier de raconter. L’ancien joueur se révèle toujours aussi combatif et n’a aucunement perdu son esprit de sportif, la même année, il réussit successivement les CFF1, 2 et 3 (Certificat fédéral de football) et le BMF (Brevet de moniteur de football), devenant ainsi éducateur certifié. Après seulement deux ans d’existence, le club a été labellisé par la Fédération française de football. Il s’affiche, cette année, deuxième du championnat R1 féminin, ainsi qu’en U16. Et l’élu n’est pas peu fier de ses équipes.

Désormais, ce sont tous les sportifs de l’île que le conseiller départemental représente. En plus d’être encore actif sur le terrain, en entraînant son équipe féminine, il se charge d’essayer de faire rayonner les sportifs mahorais. « Je travaille beaucoup avec la vice-présidente Zouhourya Mouayad Ben, et nous sommes très écoutés par le président, déclare-t-il. Il faut que le sport trouve sa place au niveau du département ». Pour cela, l’élu préside notamment l’Office départemental du sport (ODS), « que le CD a toujours voulu » pour le maintien et la gestion des équipements sportifs de l’île. Et ainsi, il cherche à pallier la lenteur de l’administration. « À Mayotte, on sait construire, mais on a du mal à entretenir, affirme-t-il. On a beaucoup de soucis sur l’entretien des équipements sportifs. Rien que pour changer une ampoule, ça peut prendre des mois. »

L’ODS gère notamment l’entretien des stades de foot et des gymnases. Les entretenir est essentiel pour permettre aux jeunes d’accéder aux différentes pratiques sportives. El Anrif Hassani évoque aussi des projets futurs comme la piscine de Kawéni, prévue pour 2025 et qui permettrait de consolider la candidature de Mayotte à l’organisation des jeux des îles en 2027. Celle-ci serait constituée de deux bassins de 50 et 25 mètres de longueur, en plus de toboggans. Un autre des projets qu’il porte est la création du centre de haut niveau de Miréréni, qui regroupera un centre d’athlétisme, une beach arena ainsi qu’un gymnase. Au total, ces nouvelles infrastructures vont coûter respectivement 25 et 47 millions d’euros. Ces constructions seront toutes gérées par l’Office départemental du sport. Tous les moyens sont mis en œuvre pour que la jeunesse mahoraise se perfectionne. Sans oublier que les Jeux des îles 2027 vont être un tremplin pour l’île et pour ses athlètes. Une compétition qui est déjà attendue impatiemment.

Prochain défi pour le conseiller : la création de sections sportives locales pour enrôler tous les jeunes talents mahorais qui ne peuvent pas aller en pôle espoirs. « On s’est rendu compte que seulement deux jeunes partaient en espoirs chaque année, constate-t-il. L’idée, c’était de créer des sections sportives locales pour détecter plus de jeunes ». En effet, peu de jeunes Mahorais ont la chance d’intégrer le pôle espoirs de La Réunion. Pourtant, selon le conseiller départemental, 80 à 100% de ceux qui sont retenus réussissent en pôle espoirs. Les nouvelles infrastructures qui seront construites grâce à l’intervention de l’Office départemental du sport faciliteront donc l’accès des jeunes au sport. Les Jeux des îles de l’océan Indien 2027, que Mayotte espère accueillir, pourraient également donner envie à la jeunesse de pratiquer une activité physique. L’ancien footballeur est d’ailleurs très impliqué. Il espère véritablement que les jeunes sélectionnés en pôle espoirs seront en mesure de représenter l’île au lagon lors des futures compétitions. À côté de cela, l’ancien sportif nous confie qu’en plus du foot, le rugby cherche aussi à mettre en place des sections sportives locales. Une tâche intensive pour El Anrif Hassani, qui travaille en collaboration avec plusieurs élus du CD pour faire avancer ces problématiques sociales et culturelles.

Retrouvez l’intégralité du dossier consacré à la guerre d’influence sur Wuambushu dans le numéro 1042 de Mayotte Hebdo, disponible gratuitement ici : https://www.mayottehebdo.com/mayotte_hebdo/

Qu’il s’agisse de foot, de basket ou de hand, El Anrif Hassani était toujours le plus grand de l’équipe.

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...

Sania Toumani, la petite fée du Magic de Passamaïnty

A 22 ans, la jeune sportive Sania Toumani est immanquablement l’une des meilleures joueuses de basket-ball de Mayotte. Son club, le Magic basket de...

Le double projet de loi Mayotte au point mort

Propositions, discussions, tractations, et au final abandon ?  Le double projet de loi Mayotte est de nouveau mis au placard par les ministres du gouvernement...