test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le gouverneur d’Anjouan interdit aussi « les refoulés » dans les aéroports

À lire également

Avec le confinement, les demandeurs d’asile à Mayotte prisonniers du désespoir

Habitués à une galère quotidienne en espérant, un jour, obtenir le précieux statut de réfugiés, les demandeurs s’asile vivent le confinement comme un nouveau fléau. Les empêchant de se nourrir et d’alimenter encore un peu leur foi en une vie meilleure.

 

Les enfants des kwassas, symboles des reconduites expéditives à Mayotte

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné jeudi 25 juin la France dans l’affaire de la reconduite aux Comores de deux enfants en 2013. Sept violations ont été retenues, dans cette histoire qui illustre la politique de rattachement des mineurs à un tiers pour accélérer les procédures d’éloignement. 

Chronique judiciaire : Du réseau de passeurs au business de l’immigration clandestine à Mayotte

Entre 2014 et 2017, une équipe de passeurs à Mayotte a mis en place un business pour acheminer des clandestins des Comores à l’îlot Mtsamboro, puis de l’îlot aux côtes mahoraises. Et les passagers apprenaient au dernier moment qu’ils devaient payer les deux traversées….

Sans accord avec les autorités aux Comores, la politique “incohérente” de la LIC à Mayotte

Interpellations et expulsions ont repris, alors même que les frontières des Comores restent officiellement fermées. Une situation que dénoncent syndicats et associations.

Alors que seul le port de Mutsamudu exigeait jusque-là de ses passagers la présentation obligatoire de pièce d’identité (voir par ailleurs), le chef d’exécutif de l’île d’Anjouan par mesure de sécurité a étendu la mesure jusqu’à l’aéroport de Ouani. Une décision qui complique encore l’arrivée de Comoriens expulsés de Mayotte.

le-gouverneur-danjouan-interdit-aussi-les-refoules-dans-les-aeroports
Anissi Chamsidine, gouverneur d’Anjouan, craint une instabilité politique en accueillant les ressortissants comoriens expulsés de Mayotte dans le cadre de l’opération Wuambushu.

Le bras de fer autour de la question du renvoi vers l’archipel des ressortissants comoriens en situation irrégulière à Mayotte se poursuit. Après le directeur général des sociétés comoriennes des ports (Scp), vient le tour du gouverneur de l’île autonome d’Anjouan, Anissi Chamsidine, d’interdire le débarquement de personnes passagères au port et aéroport de Ouani. Le passager doit, selon l’arrêté répondre obligatoirement à ces conditions ; présenter en plus de son titre de voyageur une pièce d’identité, légalement établie, avoir accompli les formalités administratives de départ à la frontière du lieu de provenance et enfin, être en mesure d’informer la police des frontières sur le lieu de résidence du voyageur dans l’île. « C’est devant la menace réelle et sérieuse que représente le déplacement massif de la population de Maore vers le reste de l’archipel que ces débarquements sont interdits », explique le chef de l’exécutif d’Anjouan, dans son arrêté, publié le 29 avril. Quiconque tentera d’introduire dans l’île des passagers en violation des dispositions du présent document fera l’objet de poursuites judiciaires, a conclu la décision du gouvernorat, toujours vent debout contre l’opération Wuambushu.

Revoir la relation France-Comores

La preuve, dans les rares entretiens accordés à la presse locale ces derniers temps, le locataire de Dar Nadjah ne mâche pas ses mots et s’en prend à la politique de son voisin français. Très récemment dans les colonnes du quotidien de service public, Al-Watwan, il a demandé officiellement au pouvoir de Moroni de revoir sa relation avec la France car, estime-t-il, parler d’amitié entre les deux pays parait illusoire. Pendant qu’il était en Arabie Saoudite pour l’accomplissement de la Oumra, le gouverneur de l’île avait autorisé son cabinet à organiser une conférence-débat sur les conséquences de l’opération de l’État français, ainsi que celles sur les trois îles comoriennes. Pas plus tard que le 29 avril, juste après la publication de son arrêté, Anissi Chamsidine a également sorti une déclaration dans laquelle il sollicitait l’accompagnement des autorités fédérales pour empêcher l’arrivée des expulsés, appelés « refoulés », venant de Mayotte afin de garantir la stabilité, la sécurité et la paix de la population d’Anjouan. Il lance d’ailleurs un appel à la France. « Nous sommes persuadés que la France avec un peu de bonne volonté dispose des moyens de juguler cette crise, de régler ces évènements, de réinsérer ces jeunes, d’assurer la sécurité de Mayotte, sans avoir à se livrer à des déportations de population. Car l’opération en cours risque de nous coûter à tous », prévenait-il.

Depuis que le gouvernement d’Azali Assoumani, actuel président de l’Union africaine, a refusé l’admission de personnes reconduites, société civile, politiciens et parlementaires n’arrêtent pas de saluer l’interdiction qui frappe la compagnie SGTM de transporter des « refoulés » sous peine de perdre sa licence d’exploitation. Si samedi, à Moroni, une manifestation de soutien a été organisée, à Anjouan, ce sont les maires qui ont manifesté leur soutien aux autorités centrales, lesquelles espèrent parvenir à un accord avec la France afin de sortir de cette crise.

Quoique honni ici et là, Azali Assoumani se rachète, ces derniers jours, une crédibilité aux yeux qui l’accusaient « d’avoir vendu Mayotte » depuis l’accord cadre de 2019 signé avec la France dans lequel l’Union s’est engagé à accueillir les expulsés.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Théophane « Guito » Narayanin ne sera pas candidat aux élections législatives

Battu par Estelle Youssouffa en 2022, au second tour des élections législatives, Théophane « Guito » Narayanin a indiqué par un communiqué, ce vendredi,...

Le Rassemblement national sera défendu par Anchya Bamana

Anchya Bamana est investie officiellement candidate Rassemblement national pour les élections législatives du 30 juin et 7 juillet dans la deuxième circonscription de Mayotte....

Élection au Medef : L’assemblée générale de ce vendredi ajournée par la justice

Saisi par Nizar Assani Hanaffi via un référé, le tribunal judiciaire de Mamoudzou annule ce jeudi les décisions prises par le conseil d’administration du...

Sania Toumani, la petite fée du Magic de Passamaïnty

A 22 ans, la jeune sportive Sania Toumani est immanquablement l’une des meilleures joueuses de basket-ball de Mayotte. Son club, le Magic basket de...

Le double projet de loi Mayotte au point mort

Propositions, discussions, tractations, et au final abandon ?  Le double projet de loi Mayotte est de nouveau mis au placard par les ministres du gouvernement...