L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La couture comme fil conducteur vers l’insertion et l’emploi

À lire également

La réserve de la gendarmerie, l’atout pour anticiper l’insécurité à Mayotte

Lundi se tenait la cérémonie de clôture de la préparation militaire gendarmerie au lycée de Tsararano. Les dix-huit nouveaux réservistes vont ainsi renforcer les...

Ouverture imminente d’une école hôtelière de prestige à Mayotte

La prochaine rentrée scolaire 2021 sera marquée par l’ouverture d’un établissement hôtelier et de tourisme à Mayotte. Et ce n’est autre que la prestigieuse...

Portes ouvertes : à l’école de la mode de Mayotte, le quartier et la région marchent sur le podium

Vendredi et samedi avaient lieu les premières portes ouvertes de l’École régionale des métiers de la mode, à M’Gombani. Un baptême de feu réussi...

Ouverture du pôle formation de la CCI à Dembéni : déjà 35 jeunes sur la route de l’emploi

La Chambre de commerce et d’industrie, aux côtés du conseil départemental, du rectorat, de la mairie de Dembéni et du CUFR ont inauguré ce...

Au sein de la maison de quartier intercommunale Dagoni La Vigie, chaque semaine les volontaires viennent apprendre les rudiments de la couture. Un atelier qui répond aux vocations de sa structure d’accueil que sont l’apprentissage et la diffusion populaire des savoir-faire artisanaux.

Aiguilles, épingles, fils, ciseaux, mètres ou encore machines à coudre, les apprentis de la maison de quartier intercommunale Dagoni La Vigie ont tout le matériel nécessaire pour se tisser un avenir radieux. Leur professeur, Mohamed Chambeni, aborde avec eux les bases de cet art ancestral. Un bon moyen pour les élèves d’obtenir par la suite un métier et s’insérer dans la société.

“Nous avons commencé cet atelier il y a trois mois”, explique Mohamed Chambeni, couturier professionnel et médiateur social. “Aujourd’hui, nous travaillons à l’élaboration de costumes pour le spectacle de fin d’année des élèves de l’école du civisme.” Entrepreneur la semaine et professeur les week-ends, il partage sa passion et ses connaissances. “J’ai d’abord été formé à la création de vêtements pour hommes avant d’apprendre à en confectionner pour les femmes”, détaille le professionnel de la mode. Ses apprentis quant à eux se plongent directement dans le grand bain. Jupes, chemises, pantalons… En quelques heures de cours, ils abordent tous les modèles et tous les styles.

Une formation aux multiples aspects

Si la couture demande dextérité et créativité, les élèves doivent également maîtriser quelques bases théoriques. “Nos élèves doivent avoir un minimum de bagages mathématiques pour faire des additions rapides et en français pour lire les fiches de cours”, expose-t-il en montrant du doigt les documents. Découper à la bonne taille, prendre les mesures sur un mannequin et créer un vêtement qui épouse parfaitement ses formes, voilà qui demande beaucoup de concentration. Dans le calme de la classe où seul résonne le bruit des machines à coudre, Fourhia sourit une étoffe à la main. “J’aime beaucoup faire cela. La couture me passionne et j’adorerais en faire mon métier”, partage l’habitante de Pamandzi. Si elle avoue n’avoir jamais touché à une machine à coudre avant de débuter cet atelier, elle n’imagine plus sa vie sans cette activité. “Ce que je préfère, c’est créer des vêtements pour moi et ma famille”, s’exclame la jeune femme.

Travail d’équipe et objectifs

D’ici le 30 juin, les couturiers de La Vigie devront réaliser pas moins de vingt costumes pour habiller les enfants des deux classes de l’école du civisme. En seulement deux heures par semaine, la tâche est ardue mais leur professeur croit en leurs capacités. “Chaque week-end, on accueille une dizaine de personnes, hommes et femmes désireux d’en apprendre davantage. Certains ne connaissaient rien de la couture avant d’intégrer ce cours et je suis très fier de leur progression”, se félicite Mohamed Chambeni. Si cette formation aborde les bases de la discipline, ici, tous espèrent pouvoir par la suite se professionnaliser en devenant salariés dans des entreprises ou en créant, pourquoi pas, leur propre enseigne.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...