Attaque au commissariat de Mamoudzou : pas de lien avec une entreprise terroriste à ce stade de l’enquête

À lire également

À Mayotte, deux mourengué dégénèrent en simultané

Comme un goût de déjà-vu. Dans la nuit de mardi à mercredi, à M'tsapéré, les forces de l’ordre qui tentaient de disperser les participants d’un mourengué ont finalement été attaquées sur le remblai. Quelques heures plus tôt, la même scène se jouait à Combani.

Plusieurs jeunes tuent un père de famille à M’tsapéré

Au moins une dizaine de jeunes ont molesté à mort un homme de 35 ans ce lundi soir à M'tsapéré. Un premier suspect aurait déjà été identifié comme meneur. Ce jeune majeur est un délinquant notoire, puisqu'il avait déjà été enfermé à Majicavo pour des faits de violences.  

Un quartier en feu à Trévani, Mayotte

C’est une vraie scène de guérilla qui s’est déroulée dans la nuit de mercredi à jeudi à Trévani. Le quartier appelé Troca était en feu. L’incendie a volontairement été déclenché par une quarantaine de jeunes. Aucun blessé n’est à déplorer, mais des familles se retrouvent sans domicile. 

Drame à Hamjago : La crainte de représailles inquiète les habitants

Après un regain de violences le week-end dernier, un nouvel affrontement entre bandes rivales s’est tenu, mardi en pleine journée, à Hamjago. Un événement qui aurait, selon les habitants, provoqué la crise cardiaque d’une commerçante, décédée en tentant de sauver un jeune en train de se faire agresser. Un scénario différent de celui relaté par les forces de l’ordre, mais qui laisse toutefois craindre une possible riposte.

Le mis en cause, un Palestinien isolé et marginalisé a été placé en détention provisoire. Une information judiciaire est ouverte pour tentative de meurtre.

Fausse alarte. L’attaque ce mardi d’un fonctionnaire de police au commissariat de Mamoudzou par un homme qui avait crié “Allah Akbar” n’est pas en lien avec une entreprise terroriste. L’auteur, un Palestinien isolé arrivé sur le territoire depuis la métropole en 2020, n’a pas non plus revendiqué d’appartenance à un groupe terroriste. C’est du moins ce qui ressort de l’enquête judiciaire, menée “en liens étroits” avec le parquet national anti-terroriste “qui n’entend pas se saisir de l’affaire”, a annoncé le procureur de la République Yann Le Bris lors d’une conférence de presse jeudi soir.

Une interrogation persistante demeure sur l’intention au moment du passage à l’acte”, a expliqué le magistrat du parquet. C’est-à-dire si les coups portés constituent une violence aggravée sur personne dépositaire de l’autorité publique avec arme et dans une enceinte administrative, un délit puni de 7 ans de réclusion, ou une tentative de meurtre avec intention de tuer, où la peine maximale est de trente ans de prison. Une information judiciaire a donc été ouverte pour tentative de meurtre et fait l’objet d’une enquête avec un juge d’instruction de Mayotte. En attendant, l’individu a été mis en examen et placé en détention provisoire.

 

Un homme “en voie de clochardisation”

 

L’homme, qui avait demandé l’asile en France métropolitaine en 2014, était arrivé à Mayotte à la demande d’un ami qui lui avait proposé un emploi et lui avait payé le billet d’avion. “Le profil psychologique de cette personne étant incompatible avec le poste, l’employeur avait mis fin au contrat de travail”, a retracé le procureur. L’individu, qui était inconnu de la justice, sauf pour des faits mineurs sans condamnation, s’est alors retrouvé isolé. Avant son passage à l’acte, il vivait seul dans un banga, en totale marginalisation, avec “un environnement amical extrêmement pauvre”, et même “en voie de clochardisation« . “C’est dans ce contexte social que les faits s’inscrivent.” Il vivait de plus comme une persécution son absence de droit à l’allocation chômage.

Le jour des faits, “il a décidé de faire parler de lui”. Il se rend d’abord devant La Poste, et un restaurant où il hésite à commettre des violences, avant de se raviser et d’atterrir au commissariat. Là encore dans une logique d’attirer l’attention sur lui, pour obtenir son droit au chômage, au point même de pouvoir y perdre la vie. L’expertise psychiatrique menée au moment de sa garde à vue n’a pas permis d’identifier de maladie mentale, ni même d’altération du discernement. Et s’il a crié les mots “Allah Akbar”, l’homme n’a aucun moment revendiqué une participation à un djihad.

En ce qui concerne la victime, elle est ressortie du CHM avec quelques blessures liées à sa chute et une incapacité temporaire de travail de 8 jours, en plus du choc psychologique lié à l’attaque.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...