Premier jour de grève pour les syndicats de l’agence régionale de santé de Mayotte

À lire également

Mayotte : la cause de la mort de personnes atteintes du Covid-19 passée sous silence ?

Le conseil d’État a été saisi par une entreprise locale de pompes funèbres concernant de graves accusations de dysfonctionnement dans la gestion de morts atteints du Coronavirus. Si aucune décision n’a encore été rendue, Jean L’Huilier, croque-mort, détaille les raisons qui l’ont motivé à intenter une telle action en justice. 

Mayotte dans le spectre d’une pénurie alimentaire

Les aides alimentaires semblent partir d’une bonne intention. Pourtant, cette initiative pourrait rapidement vider les rayons des magasins et provoquer une pénurie sur l’île, dans quelques semaines, si les acteurs sociaux ne changent pas de stratégie.

 

Le coronavirus a fait son entrée au CRA de Mayotte

Alors qu’associations et syndicats de police s’inquiétaient le mois dernier des conséquences sanitaires qu’impliquait la réouverture du centre de rétention administrative, les derniers ours viennent leur donner raison. Plusieurs cas de coronavirus y ont en effet été détectés, sans que les mesures nécessaires à contenir la propagation du Covid-19 ne soient prises.

“J’ai dû mentir sur ma fièvre pour être pris en charge”, un policier malade témoigne

Un policier, hospitalisé depuis ce lundi au CHM après avoir contracté le Coronavirus regrette la prise en charge dont il a été l’objet jusqu’à présent. Selon son témoignage, ce père de famille aurait été conduit à mentir sur son état pour, qu’enfin, un dépistage lui soit proposé.

 

Ce jeudi 8 avril marquait le premier jour de grève des syndicats de l’agence régionale de santé de Mayotte. Depuis sa création le 1er janvier 2020, c’est la deuxième fois que les syndicats se mettent en grève, signe selon eux, que de nombreux dysfonctionnements existent. Ils réclament une ARS de plein exercice dans les règles de l’art.

Les tensions subsistent au sein de l’institution de santé. Alors que les syndicats prônent une agence régionale de santé de plein exercice, digne de ce nom pour le département, la direction ne semble pas aller tout à fait dans le même sens. “À Mayotte, on est déjà en retard ! Si on souhaitait se séparer de l’ARS Réunion, c‘était pour mettre en place un système adapté ici”, peste Kamaldine Dahalani, représentant du personnel pour la CFDT. Ambiance… Et aux yeux des manifestants du jour, le compte n’y est pas depuis le passage sous ce régime tant désiré le 1er janvier 2020. Les syndicats réclament un plan régional de santé précis qui “définira l’avenir et les projets à mettre en place au niveau des infrastructures, de la e-santé, etc”.

L’une des priorités évoquées ? La formation de personnels soignants directement sur place. Mais les agents de l’ARS ont le sentiment de parler dans le vide face à une hiérarchie peu l’écoute. “On fait appel aux evasan alors que c’est supposé être uniquement un moyen de soulager les services… Nous on a toujours besoin d’être soulagés”, décrit Kamaldine. Concernant le supposé désert médical que les agents constatent, ils demandent la mise en place d’un organigramme clair, créé spécifiquement pour Mayotte. Une demande réitérée depuis des mois. En vain.

 

Un manque de communication interne

 

Il faut le vivre pour comprendre ce qu’il se passe”, explique Anchya Bamana. “La gestion du personnel n’est pas digne d’une institution de cette ampleur.” Les syndicats font remonter un manque de communication interne, voire sa totale absence, alors qu’ils jugent être les mieux placés pour analyser la situation sur l’île, travaillant au quotidien avec les problématiques du territoire. Selon Kamaldine Dahalani, “le dialogue n’existe pas, la direction méprise les gens, elle veut imposer au lieu de parler du dialogue social. Les collègues sont en souffrance mais ils ont peur de parler”. Le système serait selon eux politique et non pas administratif.

C’est ce manque d’écoute qui les pousse à planter le piquet de grève. Pour que la population s’empare de la question et réalise qu’une ARS de plein exercice en bonne et due forme sur le territoire serait un plus pour Mayotte, et ses habitants. Kamaldine prend l’exemple de l’e-santé, sur lequel beaucoup a été investi lorsque le 101ème département dépendait encore de la tutelle de l’île voisine. Toujours selon les syndicats, la direction de l’ARS souhaiterait que La Réunion soit en charge de ce dossier, alors que les agents mahorais ont peur que l’histoire se réitère et que rien ne soit fait. “L’État a donné les moyens de le faire mais rien ne bouge.” La goutte d’eau qui fait déborder le vase visiblement…

On se bat pour que Mayotte puisse commencer à construire un système de santé digne”, termine le représentant du personnel. Jointe par téléphone, l’ARS n’a pour l’instant pas souhaité réagir. Un commentaire qui pourrait s’expliquer en raison de l’absence de la directrice générale de l’institution sanitaire, Dominique Voynet, en déplacement jusqu’à lundi prochain.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...