test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le festival de l’Image sous-marine de Mayotte s’ouvre à l’international

À lire également

Larissa Salim Bé, une miss qui excelle

Elle a été élue le 31 octobre à Ouangani. Larissa Salim Bé est la nouvelle miss excellence Mayotte et a tout pour plaire. Elle...

Catégorie Entreprise dynamique : Sublime Institut

C’est un salon d’esthétique pas comme les autres. Sublime institut traite en profondeur les problèmes de peau, sur le visage mais également sur le...

Crêpage de chignon autour de l’événement Miss Mayotte

L’événement n’en finit plus de faire jaser. Alors que la prochaine Miss Mayotte sera élue le 7 novembre, une jeune association culturelle, Model Agency...

Miss Excellence France 2021, Larissa Salim Bé a ramené la couronne à la maison

Son retour à Mayotte était très attendu. Larissa Salim Bé, fraîchement élue Miss Excellence France 2021, est rentrée sur son île natale ce mercredi...

Cette année, le festival international de l’Image sous-marine de Mayotte revient pour une 28e édition. Une année qui bat un record de participation avec plus de 40 films, 800 photographies et quatre films scolaires reçus. Du 24 au 28 mai prochains, les amateurs de cinéma et d’images subaquatiques pourront profiter des projections prévues à Mamoudzou, mais aussi à Chirongui. 

Le festival de l’Image sous-marine, qui a pour objectif de sensibiliser le public à la beauté et à la richesse de l’environnement marin, s’ouvre à de nouvelles destinations et devient le festival international de l’Image sous-marine de Mayotte (FIISMM). Cette ouverture mondiale est marquée par l’augmentation des participations transmises depuis la Nouvelle-Calédonie, l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique ou encore la Norvège. 

« C’est la première année où l’on a autant de films et de photos qui arrivent de l’extérieur », explique Laurent Mounier, gérant d’Angalia lors de la conférence de presse, ce mardi matin. Un travail de longue haleine de la part de l’équipe de Mayotte, avec la participation du FIISMM au Salon de la plongée à Paris et au festival Galathea à Hyères, a permis à l’événement d’avoir une visibilité à l’extérieur de l’île. Autre changement majeur cette année, le concours de dessin devient le concours Jack Passe, en l’honneur du créateur du festival. Pour Laurent Mounier, « il est important que le nom de Jack Passe perdure avec le temps ».

Une édition de records

« La force du festival, c’est qu’il s’articule autour de plusieurs concours », ajoute-t-il. En effet, quatre ont été ouverts aux photographes et vidéastes, amateurs ou initiés. Comme lors de chaque édition, des concours films, photos, dessins et musique sont mis en place. Au total, ce sont plus de 40 films, 800 photographies et 496 dessins d’écoles mahoraises qui ont été reçus. « Cette année, on a battu un record », lance fièrement l’organisateur. Pour la catégorie « films » ce sont 13 grands formats (52 minutes), 17 petits formats et 7 clips vidéo qui sont en compétition. Pour les organisateurs, « la chose dont on est le plus fier, c’est la réception de quatre films scolaires. C’est la première année que l’on a autant de films dans cette catégorie ». En 2022, uniquement le collège de Bandrélé avait été candidat. Aussi, cette nouvelle édition a vu naitre une nouvelle catégorie, celle des clubs de Mayotte. Mis en place avec l’objectif de mettre en avant les plongeurs de l’île, leurs œuvres et le lagon mahorais, cette catégorie permet de faire découvrir toutes les richesses de Mayotte. Pour cette première, quatre centres de plongée ont participé avec treize photographies. 

Onze projections sur quatre jours

Les amateurs du monde subaquatique pourront profiter des projections en plein air à Mamoudzou, mais également au pôle culturel de Chirongui. Le programme concocté cette année propose sept séances dans le chef-lieu, quatre séances dans le sud et pratiquement quinze séances scolaires, réaffirmant le désir du festival de répondre aux attentes de son public et de renforcer sa mission scolaire. A Mamoudzou, ce sont quatre soirées de projections du mercredi à samedi, à raison de deux séances par jour, tandis qu’à Chirongui, les films seront diffusés uniquement le vendredi et le samedi. Le festival prend également un tournant digital, avec la mise en place d’une billetterie en ligne. « Ce qui vous permet de choisir les séances sans faire la queue », argumente Laurent Mounier.

Afin de départager les œuvres, un jury de huit membres, amateurs ou avertis dans l’image sous-marine, a été constitué. Ce jury est présidé par Nicolas Barraqué, photographe du monde marin depuis plus de 40 ans et inventeur de la photo panoramique sous-marine. Lors de cette édition, chaque grand vainqueur sera récompensé par un Hippocampe d’Or. Pour la première fois depuis la création du festival, des Hippocampes d’argent et de bronze seront également décernés, l’organisation étant partie du constat que « ceux qui participent aux concours étaient sensibles à avoir un prix, même si ce n’est pas le premier ». Pour leur part, les trente petits artistes vainqueurs du concours de dessin pourront participer aux joies d’un baptême de plongée au Lagon Maoré, afin de découvrir les fonds marins. 

Du mercredi 24 au samedi 27 mai, festival international de l’Image sous-marine de Mayotte, à Mamoudzou et Chirongui. Tarifs : 5 euros pour une séance, 9 euros pour deux séances. Site internet : soireesdelimagesousmarine.fr

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1093

Le journal des jeunes

À la Une

Crise de l’eau : la non-conformité est levée pour Passamaïnty et Bouyouni ce mardi soir

Les contrôles sanitaires sur les unités de distribution d’eau potable de Bouyouni-est et Passamaïnty avaient conclu à une non-conformité de l’eau, il y a...

Élections législatives : Une bataille plus rude au sud avec huit candidats contre quatre au nord

Ils sont finalement douze à s’être inscrits auprès de la préfecture de Mayotte, la semaine dernière, pour se présenter devant les électeurs mahorais, les...

L’art donne vie au futur lycée de Longoni

Prévus jusqu’en 2025, les travaux du futur lycée des métiers du bâtiment de Longoni avancent. Pour marquer le coup, le chantier a ouvert, ce...

Des employeurs prêts à « casser les stéréotypes » sur le handicap

Alors que les entreprises de plus de vingt salariés doivent compter 6 % de travailleurs handicapés, à Mayotte, ce taux est de 0,7 %....

Kawéni 2 remporte “Questions pour une école championne”

Commencée en février, la compétition « Questions pour une école championne » s’est achevée mercredi dernier, avec la victoire d’une des équipes du collège Kawéni 2....