Droits de l’enfant à Mayotte : « il y a une vraie mobilisation à créer par le bas, qui doit être unanime sur cette question»

À lire également

Un rare phénomène en cours dans le canal du Mozambique

Alors que la fin de la saison cyclonique dans l’océan Indien est prévue, comme chaque année, pour la fin du mois de juin, la météo des dix prochains jours ne sera pas pour autant au beau fixe à Mayotte. En cause, un rare phénomène climatique actuellement en cours dans le canal du Mozambique. Un fait exceptionnel oui, mais pas inquiétant. Directeur territorial de Météo-France, Laurent Floch fait le point. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : « Actuellement, la priorité c’est non pas d’intercepter, mais de refouler »

Si les expulsions vers les Comores sont toujours suspendues, la préfecture a renforcé ses activités de lutte contre l’immigration clandestine en mer. Dans un premier temps, la fermeture des frontières et la peur de la propagation du virus avait fortement limité les flux migratoires, mais l’activité semble reprendre peu à peu. Selon Julien Kerdoncuf, sous-préfet en charge de la lutte contre l’immigration clandestine, plusieurs kwassas sanitaires seraient même arrivés la semaine dernière, sans pour autant être en lien avec le Covid. 

Rachat de Vindemia à Mayotte : GBH dément toute position dominante

Une étude d’impact met en garde contre les risques que font peser pour la concurrence le rachat de la deuxième entreprise de distribution à Mayotte - qui comprend les enseignes Jumbo, Score, SNIE et Douka Bé - au Groupe Bernard Hayot, partenaire de Carrefour. Hausse des prix et disparitions des épiceries de proximité sont dans le viseur du rapport. Michel Lapeyre, directeur général de GBH pour la zone Afrique, Maghreb et Océan Indien, et Amaury de Lavigne, le directeur général chez Carrefour à La Réunion, réagissent aux conclusions de l’étude. Et récusent tout risque pour l’équilibre du marché de la grande distribution à Mayotte.

Mayotte : Joseph Rakotoarimalala, destin d’un comptable devenu son propre patron

Titulaire d’un BTS en comptabilité obtenue à La Réunion, Joseph Rakotoarimalala, plus communé-ment connu sous le nom de R-Lala, a longtemps cherché à s’insérer, en vain, dans ce domaine avant d’atterrir en tant qu’agent de sûreté à l’aéroport de Mayotte. Après 7 ans et demi de beaux et loyaux services, il a quitté son poste pour se lancer dans l’entreprenariat. Portrait d’un natif de Po-roani, aujourd’hui à la tête de deux entreprises et d'un club de Régional 1.

Le collectif associatif CIDE a profité de la venue du secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles, Adrien Taquet, pour lancer à Mayotte la 2ème édition de l’anniversaire de la convention internationale des droits de l’enfant. Lydia Barneoud, la vice-présidente du réseau Haki Za wanatsa et représentante du collectif, a été la maitresse de cérémonie qui s’est déroulée à l’hémicycle Younoussa Bamana au conseil départemental en présence du président du département, des différentes associations chargées de la protection de l’enfance et de quelques enfants. L’enveloppe de 2 millions d’euros annoncée par Adrien Taquet est accueillie de manière positive par Lydia Barneoud, mais cette somme n’est qu’un premier pas dans l’application des droits de l’enfant à Mayotte.

Flash Infos : Pourquoi avez-vous organisé cette rencontre avec le secrétaire d’État chargé de l’enfance et des familles ?

Lydia Barneoud : Cette rencontre a été organisée par notre collectif CIDE qui regroupe 13 associations. Nous avons voulu inviter l’ensemble des acteurs de Mayotte, à commencer par les institutions, les associations, et aussi les enfants pour les inciter à la concertation et à l’action.

FI : Adrien Taquet a annoncé une enveloppe de 2 millions d’euros pour les associations qui se chargent de la protection de l’enfance. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

B. : Nous venons d’apprendre la nouvelle et c’est une bonne chose pour nous parce que nous manquons de moyens. Donc quand on nous en donne, nous les acceptons. Cet argent va nous permettre de partir sur de nouveaux projets pour les enfants, notamment sur l’accès aux droits, la création de lieux de vie et de jeunesse, nous pourrons mieux nous occuper des enfants handicapés.

FI : Avez-vous seulement besoin d’argent pour pallier à tous les problèmes liés aux droits de l’enfant à Mayotte ?

B. : Bien sûr que non ! Nous pouvons continuer à demander de l’argent et en recevoir mais à un moment donné, il faut qu’il y ait une mobilisation générale. L’argent ne fera pas tout. Le problème à Mayotte, c’est que ça part dans tous les sens, et malheureusement c’est nuisible à tous. Si nous allons tous dans des directions différentes, nous n’irons nulle part. C’est la raison pour laquelle nous avons créé ce collectif pour faire le ciment entre les différentes associations. Cela nous permettra de pouvoir avoir un poids un peu plus important et un dialogue peut-être plus constructif avec les institutions et les collectivités locales.

FI : Qu’attendiez-vous de la venue du secrétaire d’État ? A-t-il répondu à vos attentes ?

B. : Le secrétaire d’État nous rassure dans le sens où il nous réaffirme son soutien total dans notre implication quotidienne sur le terrain. Il venait aussi pour prendre la température et je pense que c’est important qu’il le fasse. Maintenant, nous ne pouvons pas tout attendre de l’État ou du conseil départemental. Il y a une vraie mobilisation à créer par le bas, qui doit être unanime sur cette question.

FI : Pourquoi avons-nous autant de mal à faire appliquer les droits de l’enfant à Mayotte ?

B. : Parce qu’indubitablement, il y a trop d’enfants à Mayotte. Les familles viennent y trouver refuge, en espérant trouver des conditions de vie plus dignes. Mais nous pouvons tout de même agir un peu localement. Plus nous nous investissons dans les quartiers, dans les écoles, plus nous pourrons mettre une pression adéquate et pertinente pour résoudre ces problèmes. Chaque citoyen peut y contribuer. Et le collectif CIDE continuera à se développer tant que le dialogue ne sera pas instauré ou tout du moins consolidé. Il faut installer des outils communs pour travailler ensemble, notamment à l’utilisation de l’argent que nous recevons, qui est de toute façon bien loin d’être suffisant si nous regardons les conditions de vie actuelles des enfants sur l’île.

FI : Le 26 octobre sera lancé le mois d’actions et de sensibilisation pour agir avec les enfants. En quoi cela consiste ?

B. : Les 13 associations du collectif, avec les communes partenaires et les établissements scolaires partenaires grâce à l’appel à projets lancé par le rectorat, vont faire de la sensibilisation et montrer que nous pouvons tous être acteurs et nous mobiliser. Au reste des partenaires ensuite de nous accompagner dans ce combat de chaque instant.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°955

Le journal des jeunes

À la Une

Loi Mayotte : Les motifs impérieux s’invitent dans les débats, portés par un groupe de médecins du CHM

En pleine audience du préfet pour la consultation sur la loi programme, des personnels soignants ont décidé d'interpeller le représentant de l’État au sujet...

Réouverture des salles de sport à Mayotte : une bouffée d’oxygène après trois mois sous tension

Après trois longs mois de fermeture, les salles de sport de Mayotte peuvent à nouveau accueillir du public depuis ce lundi. Malgré les difficultés...

Ramlati Ali : « Le gouvernement n’a pas découragé Air France, la discussion est en cours »

Piste longue, non-venue d'Air France, campus connecté, grève des sages-femmes. Au cours de la dernière semaine, la député de la majorité, Ramlati Ali, a...

Le CNAM et le rectorat de Mayotte s’allient pour la formation professionnelle

Le conservatoire national des arts et des métiers et le rectorat de Mayotte viennent de signer un accord cadre pour mutualiser leurs réseaux afin...

Tortues : deux braconniers condamnés à 18 mois de prison ferme par la chambre d’appel de Mamoudzou

Ce jeudi 6 mai avait lieu le procès en appel de deux braconniers de tortues interpellés au mois de février en Petite-Terre. Résultat ?...