Free Porn

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Tsingoni : un budget toujours dans le rouge, tacle la CRC

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Les magistrats financiers ont rendu leur avis sur le budget de la commune, en redressement depuis 2016. Et la situation ne s’arrange pas vraiment…

Redresser les finances ? À Tsingoni, c’est un peu l’Arlésienne. La commune a de nouveau été épinglée par la chambre régionale des comptes au sujet de son budget primitif, après un premier rapport rendu public le 28 juillet dernier. Code des collectivités territoriales oblige, et au vu du plan de redressement dont la ville fait l’objet depuis 2016, le préfet était tenu de transmettre à la chambre le budget prévisionnel pour 2020. Un mois plus tard, les sages ont rendu leur avis, et leur constat est sans appel : “Les mesures de redressement prises par la collectivité pour résorber partiellement son déficit au titre de l’exercice 2020 sont insuffisantes.” Conséquence : la CRC enjoint le préfet à modifier ce budget primitif pour résorber une partie du déficit au cours de l’exercice actuel.

Déjà, dans son dernier rapport sur les exercices 2015 et suivants, la chambre pointait une “situation financière et budgétaire déjà fragile, (qui) s’est détériorée alors même que la collectivité fait l’objet d’un plan de redressement depuis 2016”. Le déficit avoisinait alors les trois millions d’euros portés par “des charges de fonctionnement en forte hausse entre 2015 et 2018”, supérieures désormais aux produits de gestion. Parmi ces dépenses, les charges de personnel enregistraient une croissance rapide, en passant de 4,7 millions d’euros à 7,3 millions d’euros. Le fruit d’un joli cocktail mêlant sur-rémunération, recrutements importants, manque de transparence dans les procédures, absentéisme…

Déjà 5 agents titularisés en 2020

Or, dans son nouvel avis, la CRC note que “les mesures de redressement proposées par la chambre dans son dernier avis comme dans son rapport d’observations définitives n’ont pas été suivies, notamment en matière de dépenses de personnel”. Seule proposition des élus pour maîtriser le déficit : une hausse de la fiscalité qui a permis en 2019 de colmater un peu le creux, de 2,4 millions d’euros à 1,8 millions d’euros. Or, l’avis souligne également qu’il “est impossible de proposer des mesures susceptibles de réduire le déficit sur l’exercice en cours, celui-ci étant pratique achevé”. Il est donc impératif de contenir les dépenses de personnel en dessous de 7,5 millions d’euros. Le hic ? C’est que la municipalité a “stagiairisé” – étape par laquelle passe un contractuel ayant réussi un concours de la fonction publique avant d’être titularisé – 31 agents en 2019, dont déjà 5 ont été titularisés en 2020. “Il appartient à la commune de supprimer sans délai les emplois sur lesquels elle comptait recruter les agents au terme de leur stage”, avertissent les experts des chiffres.

Vente de terrains et hausse de la fiscalité

Le message passera-t-il cette fois ? Rien n’est moins sûr. “Il n’y a pas de volonté de la majorité actuelle de maîtriser les charges salariales, alors même que des leviers sont actionnables avec les départs à la retraite”, déplore Ibrahima Ambdoulhanyou, candidat malheureux (MDM) aux dernières élections municipales et élu de l’opposition à Tsingoni. “Au contraire, leur vision des choses, c’est de donner de l’emploi dans la commune.” Alors pour parvenir à l’équilibre, la commune “est en train de vendre notre patrimoine foncier”. Une situation que le Mouvement pour le développement de Mayotte dénonçait déjà en août dernier. Un projet de vente de plusieurs hectares de terrain vague pour 48 euros le m2, voté le 27 juillet dernier, à une entreprise dont l’immatriculation ne remontait qu’à juin 2020, avait attiré l’attention de l’opposition qui s’était alors fendue d’un communiqué à la presse. “Ce prix nous paraît dérisoire au regard de la valeur actuelle du foncier dans la commune de Tsingoni qui peut aller jusqu’à 300 euros le m2”, pouvait-on y lire.

L’autre solution, c’est malheureusement le contribuable mahorais qui devra la payer. “Nous avons pu équilibrer le budget avec la fiscalité, et j’ai constaté que celle-ci a presque doublé”, rapporte ainsi Ibrahima Ambdoulhanyou, présent au moment du vote. Un constat partagé par les magistrats financiers, qui concluent leurs observations sur la “pression fiscale” que la collectivité “n’aura d’autre choix que de maintenir au moins jusqu’en 2022”, faute d’une maîtrise des charges de fonctionnement. La facture risque d’être salée…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

Un couple agressé à Ongojou : l’homme a été placé en coma artificiel

Mayotte a été le théâtre de plusieurs agressions ce lundi. Un couple a été pris pour cible à Ongojou au niveau d’un barrage en...

Cinq ans de prison pour les jumeaux à la hache

 Jeudi dernier, le procès de frères jumeaux pour tentative de meurtre et complicité s’est ouvert devant la cour d’assises de Mayotte. En février 2021,...

Loi Mayotte : « Notre objectif réel n’est pas de nous contenter du minimum »

Co-rapporteuse des propositions du territoire, Maymounati Moussa Ahamadi a participé à la réunion du 17 mai, à l’Élysée. La conseillère départementale du canton de...

Foncier : Un nouveau délai qui peut intéresser les propriétaires en devenir

La loi du 9 avril entérine un changement capital pour la problématique foncière à Mayotte. Le délai de prescription, qui ouvre le droit aux...

Les élèves de Chiconi expliquent Mayotte sur les ondes nationales

Une vingtaine d’élèves du collège Ali-Halidi, à Chiconi, ont été invités par la radio Franceinfo afin d’enregistrer des interviews et des citations pour animer...