22,6 millions d’euros pour refaire une beauté à Mamoudzou

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Le vendredi 2 octobre, le maire de Mamoudzou et le directeur de l’AFD à Mayotte ont signé une convention de financement de 15 millions d’euros. Ce montant donnera un coup de pouce aux projets d’Ambdilwahedou Soumaïla qui voit grand pour sa ville.

Il y avait comme un air de déjà vu vendredi dernier à la mairie de Mamoudzou. Même lieu, même agence, même objectif. Seul le maire et son équipe étaient différents. Ambdilwahedou Soumaïla a signé avec l’Agence française de développement un prêt de 15 millions d’euros, auxquels il faudra rajouter 7,6 millions d’euros. Le chef-lieu bat donc son propre record puisqu’au mois d’août 2019, le premier magistrat de l’époque, Mohamed Majani, avait signé une convention de financement avec l’AFD, pour la modique somme de 17 millions d’euros. Il s’agissait alors d’une somme inédite à Mayotte. Cette année, le nouveau édile veut marquer son territoire et demande un nouveau prêt, Le taux de ce nouvel emprunt est de zéro, mais l’AFD tire ses bénéfices ailleurs. “C’est un prêt [qui] se traduit par la bonification du ministère de l’Outre-mer. Elle est plus ou moins élevée en fonction du secteur d’intervention et elle nous permet d’abaisser le taux”, explique Yves Rajat, directeur de l’AFD à Mayotte. Et cette fois-ci la bonification sera maximale puisqu’il s’agit d’un prêt vert. Les projets financés prendront en compte l’environnement et le changement climatique. Ils respecteront également la charte Maynergie plus.

L’art de faire du neuf avec du vieux

Le programme d’Ambdilwahedou Soumaïla ne se différencie pas beaucoup de celui de son prédécesseur, du moins pour cette convention avec l’AFD. Le nouvel homme fort de la commune veut investir ce montant dans l’éclairage public, dans la construction de nouvelles classes d’école, des espaces verts ou encore dans la rénovation du gymnase de Cavani, auquel le rectorat se serait engagé à aider, selon le maire de Mamoudzou. À l’époque de Mohamed Majani, il était déjà question d’éclairage public et de rénovation du gymnase de M’Gombani. Toutefois, Ambdilwahedou Soumaïla veut s’inscrire dans une nouvelle ère et pour cela, il sait pertinemment qu’il doit conquérir ses administrés. “Nous allons construire 24 nouvelles salles de classe. Quant à l’éclairage, il concernera tout Mamoudzou. C’est vrai qu’il y a encore des zones non-éclairées dans la commune. L’objectif est de rénover l’existant tout en mettant le maximum d’éclairage possible sur les zones qui ne sont pas du tout éclairées, ne serait-ce que pour la sécurité publique”, détaille-t-il. Pour ne pas perdre de temps, un pré-financement de 7,6 millions d’euros sera signé dans quelques jours entre le maire et l’AFD. Cette somme devrait être rapidement débloquée pour financer les projets prioritaires, à l’exemple du gymnase de Cavani, des écoles Cavani 1 et 2 ou encore un groupe scolaire aux Hauts Vallons dans le cadre de la ZAC (zone d’aménagement concertée) du Soleil levant.

Un prêt, une marque de confiance

La commune commencera à rembourser ce prêt de 22,6 millions d’euros à partir du 31 mars 2024, sur les vingt prochaines années. À cela s’ajoutent les 17 millions de l’an dernier, dont le remboursement est également échelonné sur 20 ans. Le chef-lieu est-il capable de supporter cette dette ? La chambre des comptes a évalué les comptes de la commune, et a visiblement statué en faveur de ce nouveau projet. “Ce prêt est la preuve que la ville de Mamoudzou est bien gérée, c’est une marque de confiance. La commune prend ses engagements pour tenir ses comptes”, déclare Ambdilwahedou Soumaïla. Il lui faudra tout de même trouver des moyens plus efficaces de faire des recettes avant d’être dans le rouge.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Mayotte : La première sirène d’alerte inaugurée à Dembéni deux ans après les secousses

Les missions d’étude du volcan responsable des séismes de 2018 ont mis en évidence le risque de tsunami qui menace Mayotte. Pour s’en prémunir,...

Carole Lambert : “Exister c’est se montrer, accepter qu’il y ait des films, des livres qui parlent de Mayotte”

Carole Lambert - dont le dernier long métrage est Gueule d’ange, avec Marion Cotillard - est la productrice du film Le destin de Mo,...

Un cluster à la mairie de Mamoudzou mène à la fermeture des services

La mairie de Mamoudzou n’est pas épargnée par les clusters qui se multiplient sur l’île. 5 agents ont contracté la Covid-19, ce qui a...

Sur la route de Mouboukini à Combani, « soit on mouille les chaussures, soit on ne traverse pas »

La réfection d'une voirie peut parfois créer de larges polémiques dans une commune. C'est le cas pour la route de Mouboukini à Combani où...

Protection de l’enfance : les professionnels de Mayotte face à Adrien Taquet

Pour sa deuxième journée, le secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles est allé à la rencontre des professionnels qui font face...