Mayotte : Les transports scolaires reprennent la route… pour le moment

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

À Mayotte, “le confinement a révélé la capacité perverse de certains à faire du mal aux autres sans qu’ils ne s’en rendent compte”

Deux mois de confinement peuvent en dire long sur un individu, mais ils peuvent également dévoiler les pires et les meilleurs aspects d’une société. La crise sanitaire a mis en évidence les failles de la société mahoraise, partagée entre la conscience de certains et l’irresponsabilité des autres. Le sociologue Combo Abdallah Combo nous explique pourquoi il est urgent de tirer les leçons de ce confinement et essayer de changer la donne. 

Camille Miansoni, procureur de Mayotte : “Mon rôle est de protéger la société avant tout”

L’affaire du rapt en Petite-Terre qui suscite l’émoi dans l’ensemble du Département est révélatrice de nombre de maux dont souffre la société mahoraise au sein de laquelle nombre de personnes semblent valider l’idée que l’on puisse se faire justice soi-même à défaut d’une carence supposée de l’État. Le procureur de la République, Camille Miansoni, revient ici sur ces éléments. C’est aussi l’occasion pour lui de rappeler le rôle qu’il occupe et la vision qui l’anime alors que les critiques pleuvent sur sa personne.

Les chauffeurs des bus scolaires se sont mis en grève illimitée le 25 novembre à la suite des affrontements de Dzoumogné la veille, qui ont conduit à la blessure de l’un des leurs. Ils ont donc appelé toutes les autorités de l’île à prendre leurs responsabilités. Après deux jours de conflit, un accord a été signé le 27 novembre.

Il aura fallu 4 heures de négociation pour que les syndicats des transports scolaires et les acteurs politiques du territoire trouvent un accord. Signé, le protocole met fin à la grève illimitée entamée le 25 novembre. “Nous avons fait ce qu’il fallait faire et presque tous les points que nous avons proposés ont été actés”, se réjouit Anli Djoumoi Siaka, secrétaire général FO Transport logistique UNCP Mayotte. La préfecture, le conseil départemental, le rectorat, l’association des maires, la société Matis et GIE Tama Ya Leo Na Messo prennent chacun des engagements pour assurer la sécurité des transporteurs et des élèves. “Le déploiement des effectifs de la gendarmerie et la police sur la zone de compétence et sur les tronçons de routes identifiés à risque” fait partie des grandes mesures prises par l’État. Les forces de l’ordre seront également autorisées à fouiller les sacs dans ces zones en question.

De son côté, le rectorat s’engage à “réactiver les évacuations d’urgence en cas d’atteintes graves” ou encore à contrôler les titres de transports, entre autres. L’académie se concentre particulièrement sur Dzoumogné, où des patrouilles des forces de l’ordre seront postées aux abords du collège et lycée. Deux nouveaux postes dAED (assistant d’éducation) et d’APS (assistant de prévention et de sécurité) ainsi que deux services civiques vont également renforcer l’équipe déjà présente sur les lieux. Attendu au tournant, le Département doit augmenter le “nombre de médiateurs à 50 en contrat précaire ». « Ils seront transférés dans l’accompagnement et 15 agents supplémentaires en temps complet. » Et si cela vient à ne pas suffire, il fera appel aux entreprises privées de sécurité.

Autre sujet de débat lors de la réunion : l’itinéraire des bus scolaires. Les deux sociétés de transports et le conseil départemental doivent proposer “un plan de transport” qui sera appliqué si les caillassages se répètent. Au total, ce ne sont pas moins de 23 mesures qui ont été prises et les autorités sont priées d’assurer leur mise en oeuvre car “quand nous parlons de sécurité, il ne s’agit pas de politique mais de vies en jeu”, souligne le syndicaliste.

“Satisfait n’est pas le mot adapté”

Une nouveauté est à souligner dans ce protocole. Conviée à la table des négociations, l’association des maires va mettre à disposition la police municipale ou les agents ASVP afin de sécuriser les arrêts de bus. Une participation indispensable selon Anli Djoumoi Siaka. “Les maires ont su prendre l’ampleur de la situation. Ces violences se produisent chez eux, ils ont donc leur part de responsabilité. Ils doivent sécuriser.”

Malgré cette fin de conflit sur le papier, les syndicats restent sur leur garde. “Je ne peux pas dire que nous sommes satisfaits, ce n’est pas le mot adapté. Nous sommes plutôt attentifs et vigilants. Parce que nous avions déjà signé un précédent accord, mais il n’a eu aucun effet”, rappelle le secrétaire général FO Transport logistique UNCP Mayotte. Les deux semaines restantes avant les vacances scolaires serviront à tester l’efficacité de ce protocole. En parallèle, des discussions pour préparer la rentrée et le reste de l’année seront entamées. Mais tous gardent en tête que tout peut basculer en quelques heures à Mayotte.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Pour Mansour Kamardine, « les moyens affectés sont en deçà des besoins réels »

Face aux risques de nouvelle flambée épidémique à Mayotte, le député LR Mansour Kamardine martèle depuis plusieurs semaines l'absence de moyens déployés par le...

Crise sanitaire : À la mosquée de Passamaïnty, dernière prière avant le couvre-feu

Les fidèles accueillent avec peu d’enthousiasme les nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du variant de Covid-19 à Mayotte. Surtout au vu des...

Couvre-feu : Les commerçants mahorais obligés de se réorganiser à nouveau

Couvre-feu oblige, les commerçants doivent revoir leur organisation. Horaires aménagés pour les salariés, baisse du chiffre d'affaires… La nouvelle mesure vient aggraver la situation...

Cordées de la réussite : permettre aux élèves mahorais de dépasser leurs limites

Le dispositif Cordées de la réussite fait son entrée à Mayotte cette année, après plus de 12 ans d’existence sur le territoire nationale. 27...

Malgré la fermeture des vols internationaux, Ewa Air pense déjà à rebondir

Éternel optimiste, le directeur général délégué de la compagnie aérienne d'Ewa Air, Ayub Ingar, ne perd ni le sourire ni ses ambitions malgré l'arrêt...