Dès la rentrée 2021, un campus connecté accueillera des étudiants pour des formations supérieures, à distance

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

Alors que l’accès à l’enseignement supérieur reste limité dans le 101ème département, Mayotte vient de décrocher un plan d’investissements d’avenir de 250.000 euros et une labellisation du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche pour lancer son campus connecté. Les 15 premiers étudiants 2.0 sont attendus devant les écrans à la prochaine rentrée.

Décrocher son diplôme d’ingénieur Bac+5, le tout sans sortir un orteil de Mayotte ? C’est le pari qu’ont fait pour les étudiants le rectorat, le CUFR, le Département, la CCI et la Cadema, en répondant à un appel à projets afin de créer le premier “campus connecté” de l’île. Objectif : “favoriser l’accès à l’enseignement supérieur”, résume Aurélien Siri, le directeur du centre universitaire. “Vous connaissez l’histoire du CUFR, et la croissance que nous avons connue, mais malgré cela, nous n’arrivons pas à répondre à tous les besoins. Le campus connecté va apporter une offre complémentaire avec des formations certifiantes et diplômantes pour des métiers peu pourvus, et pour lesquels le CUFR ne forme pas”, développe-t-il.

Avec guère plus de 1.600 places, la petite université de Dembéni peine en effet à instruire les jeunes cerveaux de l’île, et nombreux sont ceux qui doivent poursuivre leurs études supérieures à La Réunion ou en métropole. Pour les plus chanceux… “Beaucoup d’étudiants ne peuvent pas se déplacer pour des raisons financières ou familiales, et nous avons souhaité participer à ce projet pour que ces jeunes puissent suivre un cursus universitaire tout en restant proches de leur famille”, expose Sarah Mouhoussoune, la 7ème vice-présidente de la communauté d’agglomération Dembéni-Mamoudzou.

 

Des formations en lien avec les besoins des entreprises

 

Et c’est tout l’intérêt de ce “campus connecté”, qui accueillera dès la prochaine rentrée une première promotion d’une quinzaine d’élèves. Concrètement, les lycéens, invités à candidater via leur espace Parcoursup, pourront débuter leurs études supérieures à distance, en intégrant “une formation non présente sur le territoire et en lien avec les besoins des entreprises de Mayotte”. Une vision globale du développement du territoire, qui explique la participation de la chambre de commerce et d’industrie. “Mayotte bouge, et Mayotte avance, quoi qu’on en dise”, salue Mohamed Ali Hamid, le président de la CCI.

Droit, marketing, gestion… “Nous avons identifié beaucoup de formations à distance, qui vont jusqu’au niveau Master. Nous allons pouvoir diplômer nos jeunes jusqu’à Bac+5 ! Et quand on voit leur taux d’employabilité à Mayotte, c’est indispensable”, se gargarise Aurélien Siri. Plus précisément, des formations d’IAE (instituts d’administration des entreprises), d’écoles d’ingénieurs, ou encore dans le secteur du tourisme pourraient bien se retrouver en haut de la pile pour la première promotion. À noter que 20% des places pourront être dédiées aux actifs en reconversion, aux femmes et mères au foyer à la recherche d’une formation, ou encore aux demandeurs d’emploi.

 

Un PIA de 250.000 euros pour commencer

 

Pour les détails techniques, ce projet s’inscrit dans une démarche de labellisation, nationale, de 49 nouveaux campus connectés, entamée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, pour une enveloppe totale de 25 millions d’euros, financés par le Plan d’investissements d’avenir (PIA). Mayotte, elle, a décroché un joli chèque de 250.000 euros pour le lancement du campus. “Toutes les académies n’ont pas été servies, et surtout pas toutes les académies d’Outre-mer. Il ne s’agit pas de se réjouir du malheur des autres, mais plus de mesurer notre chance”, se réjouit le recteur Gilles Halbout. Avant de glisser, sur une note plus grave au regard des récents événements qui ont endeuillé son institution : “Il y a des mauvaises nouvelles sur l’île, presque chaque semaine, et il y a aussi des très bonnes nouvelles et des très belles réussites collectives”.

Collectives, car tout le monde a mis la main à la patte, et en un temps record, une fois n’est pas coutume. Contactée en novembre, la Cadema “n’a pas hésité à participer”, souligne Sarah Mouhoussoune. Ni même à mouiller la chemise. En l’espèce, un budget de 300.000 euros voté d’emblée pour aménager un tiers-lieu, capable de recevoir ces étudiants 2.0. Pour l’instant, le local a élu domicile dans la Maison pour tous d’Hajangoua. Mais à terme, les partenaires espèrent bien voir le campus sortir de terre, non loin de là, sur un terrain déjà identifié à côté de l’école primaire. “Nous tablons sur deux ans”, mise l’élue communautaire. En tout, le budget du projet pour Mayotte se chiffre à à 1,7 million sur cinq ans, dont 700.000 euros pour la Cadema, 360.000 euros pour le conseil départemental, 60.000 euros pour la CCI, et près de 620.000 euros pour le CUFR et le rectorat. Et un ticket gagnant pour Mayotte, un !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Participation, victoire, second tour… les premiers enseignements du scrutin à Mayotte

Le premier tour des élections a déjà livré ses premières leçons et surtout dévoilé les visages de deux conseillers départementaux à Dzaoudzi, avec le...

Des personnes radiées des listes électorales à Mayotte sans aucune explication

Le tribunal judiciaire de Mamoudzou était également pris d’assaut en ce jour de scrutin. Une centaine de personnes radiées des listes électorales se sont...

Le jeu de la drague électorale à Mayotte

À Mayotte comme dans les autres départements, les campagnes politiques sont des périodes riches en événements. Mais loin des meetings classiques que l’on peut...

Sénateur Thani Mohamed Soilihi : “Ni le département et encore moins la région n’ont été aboutis”

Le toilettage institutionnel est l’un de ses fers de lance. Car, depuis sa départementalisation, la collectivité unique de Mayotte doit également exercer des compétences...

Une charte d’engagement destinée aux candidats des départementales pour agir dès demain

À la veille des élections départementales, l'association Nayma a souhaité rappeler ce jeudi 17 juin aux candidats l’importance de la question environnementale sur l’île...