L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

« Nous voulons juste étudier »

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

JAM NEPFE (Jeunes à Mayotte né(e)s en France de parents étrangers) est une association qui revendique les droits des jeunes à Mayotte dont les parents sont étrangers. Elle a pour but de faire reconnaître l’acquisition par résidence de la nationalité. 

L’association JAM NEPFE (Jeunes à Mayotte né(e)s en France de parents étrangers) a lancé une pétition qui obligerait les professeurs à informer les élèves de leurs droits. En effet, la procédure pour obtenir un titre de séjour peut être engagée dès l’âge de 13 ans, ce qui est méconnu de beaucoup. Nombreux sont ceux qui attendent l’âge de 16 ans, voire leur majorité, pour faire la demande. Par ailleurs, pour obtenir un titre de séjour, la loi asile-immigration du 1er mars 2019 exige que l’un des deux parents soit en possession d’un titre de séjour de plus de cinq ans. Le titre est cependant refusé si une personne de l’entourage est en situation irrégulière. « C’est un cercle vicieux », déclare Faoulina, 20 ans, l’une des deux représentantes de l’association. « Nous sommes nés avant cette loi, nous ne comprenons pas pourquoi nous sommes concernés. »

Habachia, 20 ans, l’autre représentante de l’association, raconte : « On étudie ici de la maternelle à la terminale. A 18 ans, on est mis dehors. On ne peut pas travailler ni voyager. Les garçons sont envoyés voler pour gagner de l’argent et les filles sont mariées ». Faoulina atteste : « Pour moi, Mayotte, c’est mon pays. Je n’ai pas choisi de naître ici mais je ne me vois pas vivre ailleurs ». Les enfants, ayant grandi à Mayotte, à l’âge de 18 ans, se voient nier l’accès aux études supérieures sans titre de séjour. « J’ai fait des études, j’ai voulu partir par la suite pour faire une licence de droit mais je n’ai pas pu. Je me suis alors rendue en manifestation et j’ai vu que je n’étais pas la seule concernée. Nous voulons juste pouvoir étudier », poursuit-elle. Les deux jeunes femmes disent se sentir Françaises, et souhaitent s’intégrer.

L’association a d’autres ambitions. Elle voudrait réunir 1.000 membres, alors qu’elle en compte un peu plus de 200 aujourd’hui. Elle revendique de vouloir faire évoluer la loi pour accéder au titre de séjour et enlever un ajout fait en 2019. Celui-ci oblige les parents à être en situation régulière pour que leurs enfants obtiennent ce titre. « On nous pousse à avoir des enfants pour régulariser notre situation », déplore la jeune femme. Pour le titre de séjour, il y a plusieurs statuts. Le plus courant est le motif « vie privée ». Pour avoir cette mention, il faut que quelqu’un de la famille soit en situation régulière. Dans le cas contraire, il faut quelqu’un avec une carte d’identité française. Le seul moyen pour eux d’obtenir ce titre de séjour est donc de faire un enfant sur le territoire français.

Wuambushu, une crainte pour l’association

Outre les difficultés administratives, l’opération de lutte contre l’immigration illégale en ce moment sur l’île inquiète. « Avec Wuambushu, on ne sait pas ce qui va se passer. Certains récemment, avant l’opération, se sont fait expulser alors qu’ils passaient les épreuves du baccalauréat. Tout peut arriver », regrette Faoulina. Les familles ont peur. Un décasage en 2018 s’était produite à Mayotte. « Beaucoup de familles se sont retrouvées à la rue. Ils nous promettent un relogement mais on n’est jamais sûrs. ». L’opération suscite une réelle crainte au sein de l’association. « Nous sommes inquiets. Les mineurs vont se retrouver à la rue quand leurs parents seront expulsés. » Habachia affirme : « Cette opération, ça fait peur. Nous avons tous peur. Aux Comores, on n’a pas d’avenir ».

L’association a reçu du soutien pour leur bataille, notamment de la part de la CGT éducation ou encore de leurs professeurs. Le changement de cette loi est leur revendication principale. « On sait que si on ne gagne pas le combat, les générations qui arrivent n’auront plus rien. Si on le gagne en revanche, ils auront quelque chose. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1090

Le journal des jeunes

À la Une

« Place nette » : un chantier d’embarcations illégales démantelé

L’opération « Place nette » continue à Mayotte. Cette semaine, une action coordonnée entre les services de l’État et la gendarmerie nationale a été menée cette...

De nouveaux cas de choléra détectés à Passamaïnty

Village qui a connu le premier cas de choléra recensé sur le territoire mahorais à la mi-mars, Passamaïnty compte cinq nouveaux cas autochtones, indique...

Assises : Des jumeaux accusés d’une tentative de meurtre à la hache pour un vélo

En février 2021, un jeune homme de 17 ans a reçu un coup de hache à la gorge à Pamandzi, pour une histoire de...

Trail du Caméléon : Pour Moustafa Maouinda, « courir, c’est un médicament »

Le club d’athlétisme de Mamoudzou (Cam) et la mairie de Mamoudzou lancent la quatrième édition du trail du Caméléon, ce dimanche 26 mai. Moustafa...

« Le festival de Cannes de Mayotte côté théâtre »

Pour sa septième édition, le festival de théâtre lycéen Baobab a été inauguré, ce mercredi 22 mai, au lycée des Lumières à Kawéni. Des...