L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Avec Oudjerebou, les quartiers mahorais entreprennent !

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Grand mariage / Manzaraka : l’entraide encore privilégiée pour le financement

Le manzaraka, ou grand mariage, est un passage obligatoire pour tout Mahorais souhaitant s'inscrire dans la tradition. Cette cérémonie peut facilement rassembler plus de 300 personnes : colliers de fleurs, mbiwi, mais surtout liasses de billets. Le manzaraka a un coût ! Alors, comment est-il financé ? 

 

En collaboration avec l’intercommunalité de Petite-Terre et Pôle emploi Mayotte, la couveuse d’entreprises Oudjerebou a lancé l’opération « Mon quartier entreprend » dans la maison de quartier Dagoni La Vigie à Labattoir.

Plusieurs jeunes porteurs de projets ont été auditionnés dans la maison de quartier Dagoni la Vigie ce vendredi 28 avril, dans le cadre de l’opération « Mon quartier entreprend » portée par la couveuse d’entreprises Oudjerebou.  Une dizaine de candidats avait été retenue pour l’occasion ; chacun disposait de dix minutes pour expliquer son projet et répondre aux questions du jury composé de membres de la couveuse et d’un représentant de la Communauté de communes de  de Petite-Terre (CCPT). Une démarche extrêmement intéressante pour dénicher des talents et des projets prometteurs pour l’avenir de notre île.

C’est le cas Mhadji D., venu présenter « Halo Livraison ». Extrêmement à l’aise devant le jury, le jeune homme explique qu’il a conçu son projet durant la crise du Covid 19, au regard des difficultés rencontrées par sa mère diabétique pour se faire livrer ses indispensables médicaments. Cette expérience lui a donné l’idée d’un service rapprochant clients et fournisseurs. Il estime qu’il faut habituer la clientèle locale à passer commande à un prestataire qui ferait la navette entre elle et les fournisseurs. Son concept s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels, sa cible principale étant les petites et moyennes entreprises. Licence en poche, le jeune Mhadji D. entend développer son concept largement à Mayotte mais le juge également transposable hors de notre département, dans l’hexagone ou les pays limitrophes. Halo Livraison « vise avant tout à accompagner la population à évoluer au même rythme que le territoire », argue-t-il, précisant que son concept n’exclut aucun produit. L’idée est de pouvoir se faire livrer à domicile un café, des vêtements, ou même des médicaments… Mhadji D. a testé son système neuf mois durant avant de passer devant le jury, en se basant sur un panel de trente clients aux profils divers. Le jeune porteur de projet espère recevoir d’Oudjerebou l’accompagnement nécessaire au bon démarrage de son activité professionnelle. « Comment votre projet se différencie-t-il de ceux déjà existants sur le marché ? », interroge le jury. Le candidat met en avant le circuit court (paiement direct entre les clients et les prestataires de service) et l’hétérogénéité des produits proposés à la livraison.

Autre projet ayant retenu l’attention : celui de Chamsiya, diplômée en commerce (BAC + 2), qui souhaite réaliser un rêve d’enfance en devenant capitaine d’un catamaran de vingt places destiné au tourisme en mer dans le lagon. La jeune femme désire valoriser certains sites touristiques déjà bien connus, et d’autres qui le sont moins, le temps d’une excursion. Elle aussi a pris le temps de se confronter à la réalité de sa future activité professionnelle en travaillant au sein d’une entreprise locale spécialisée dans les sorties en mer. Cet exercice devant le jury d’Oudjerebou lui a permis de détailler son plan de communication pour valoriser sa future profession. L’opération « Mon quartier entreprend » se poursuit : deux séances de formation se tiennent cette semaine, tandis que la finale est prévue ce vendredi 5 mai sur la place de la mosquée de la Vigie à Labattoir.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...