Mayotte : C’est la rentrée pour les parents d’élèves non lecteurs

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Le dispositif “école des parents” a fait sa rentrée cette semaine au lycée des Lumières Mamoudzou Nord. Il est destiné aux parents de Kaweni et ses alentours allant de Koungou jusqu’à la ville chef-lieu. Très volontaires, les parents inscrits ont l’espoir d’améliorer leur niveau en français.

Le salle F104 du lycée des Lumières à Kaweni a troqué ses lycéens habituels contre leurs parents le temps d’une après-midi. Plus âgés, plus volontaires et plus studieux, ils ont fait figure de bons élèves. Ils prennent le cours d’initiation à la langue française très au sérieux, tant l’enjeu est important pour eux. “Je me suis inscrit à ce cours car nous vivons dans une société, un pays, où il est nécessaire de parler français pour pouvoir vivre”, explique Isamel, 40 ans. D’autres souhaitent s’impliquer davantage dans la scolarité de leurs enfants. “Je ne comprends pas ce qui est écrit dans le carnet de mon fils ou quand ses professeurs m’appellent. Je suis obligée de me fier à lui alors qu’il peut me mentir. J’ai envie de savoir ce qu’il fait à l’école”, raconte Assanati, 52 ans. Cette dernière reflète la principale motivation de l’ensemble des parents. Pratiquement aucun d’entre eux n’a été à l’école républicaine, alors tous ont conscience qu’il faudra redoubler d’effort et s’investir dans ce cours. “C’est une première pour moi et je sais que ça va être difficile. Mais je suis motivée et je vais y arriver”, sourit, Zakia, 46 ans.

Ils peuvent compter sur l’implication de leur professeur Noor Omarjee, surpris par le nombre de parents qui ont répondu à l’appel. “Je m’attendais à avoir 10 personnes, je me retrouve avec 30. Mais c’est une bonne chose, parce que cela signifie qu’ils sont intéressés”, relativise le professeur de français du lycée des Lumières. En effet, la salle est bondée, et la situation n’est pas adaptée pour ce type de public. “Je suis face à des adultes non lecteurs. Pour apprendre le français, il est préférable d’être en petit comité”, rappelle l’enseignant. Ce problème ne serait qu’occasionnel puisque l’arrivée d’une autre enseignante la semaine prochaine devrait scinder la classe en deux.

Des niveaux différents

Ce groupe est marqué par la différence de niveaux entre les parents. Certains arrivent à écrire leur nom et prénom et à faire l’exercice demandé, alors que d’autres déchiffrent encore les lettres de l’alphabet. “C’est le premier cours alors c’est normal. Mais je vais les regrouper selon leur niveau et à partir de là, je pourrai faire de la pédagogie différenciée, c’est-à-dire apprendre l’alphabet pour les uns et faire des exercices plus poussés pour les autres”, explique Noor Omarjee. En attendant, les plus avancés n’hésitent pas à aider les autres, y compris l’enseignant qui peine à se faire comprendre par toute l’assemblée. Ses conversations avec ces élèves d’un autre genre peuvent prêter à sourire. Il parle français, alors que les parents répondent en shimaoré. “Est-ce qu’il y a un volontaire pour être mon traducteur ?”, demande-t-il rempli d’espoir. Fort heureusement, un homme accepte de jouer le rôle, et cela permet aux parents d’être plus à l’aise. Cependant, lors des inévitables présentations, l’appréhension fait son apparition. Les parents inspirent et expirent fortement avant de prendre la parole, certains ont du mal à cacher leur stress, mais ils arrivent tous à balbutier quelques mots. “Ça a été dur pour moi de parler, mais ce n’est que le début, je sais que je vais m’améliorer”, espère Assanati.

Un cours utile à la vie au quotidien

Ce cours de français a un objectif bien précis : celui de faciliter la vie des parents d’élèves, notamment lors des démarches administratives. “Nous allons travailler sur des choses très concrètes. Nous allons leur apprendre à remplir un document administratif ou un chèque par exemple pour que cela leur serve dans la vie de tous les jours”, détaille le professeur. Il participe à ce dispositif depuis l’année scolaire 2019-2020, et selon lui, il est de son devoir de s’impliquer d’une certaine manière à l’évolution de ces parents. “C’est notre mission dans l’Éducation nationale d’aider les personnes désireuses d’apprendre le français”, rappelle-t-il. Il espère que ce dispositif sera bénéfique au village de Kaweni à l’instant où les habitants sentiront que le lycée leur est utile. Une chose est sûre, le cours est fortement apprécié par les parents qui partent tous satisfaits et souriants. “J’ai hâte de revenir la semaine prochaine”, clame l’un d’entre eux.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...