100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Jacques Mikulovic : « Il y a une réelle volonté d’essayer de bien faire »

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

La CGT craint que le lycée de Sada ne devienne un nouveau cluster

Alors qu’une surveillante du lycée de Sada a été contrôlée positive au Coronavirus, le rectorat et l’ARS ont décidé de maintenir l’établissement ouvert. Si l’employée n’avait passé que quelques heures dans la cour de l’établissement avant même que celui-ci ne rouvre, la CGT estime que la reprise des cours s’est décidée prématurément. 

 

Gilles Halbout parti, Jacques Mikulovic est devenu le recteur de l’académie de Mayotte. Ce lundi 9 janvier, le haut fonctionnaire a fait sa première rentrée sur le territoire en visitant l’école élémentaire K17, à Kawéni. L’après-midi, il était au lycée de Chirongui.

Flash Infos : Les Mahorais ne vous connaissent pas encore. Pouvez-vous nous dire quel a été votre parcours ?

Jacques Mikulovic : Je suis professeur des universités. J’ai un parcours varié. J’ai dirigé une université dans le nord de la France. J’ai travaillé en collectivité territoriale, j’ai dirigé l’Inspé (Institut national supérieur du professorat et de l’éducation) de l’académie de Bordeaux et plus récemment l’INSHEA (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés). Mon métier de base reste enseignant chercheur. Je travaille sur les problématiques d’éducation inclusive. Auparavant, j’ai été un prof d’éducation physique et sportive qui a suivi un cursus doctoral dans la recherche sur les problématiques éducatives.

F.I. : Connaissiez-vous le territoire avant votre prise de fonctions ?

J.M. : C’est prétentieux de dire que je le connaissais. Depuis six mois, je suis en échanges réguliers avec un certain nombre d’interlocuteurs mahorais. C’est vraiment un grand intérêt de voir cette hétérogénéité. Je pense que ce territoire mérite qu’on parle en bien de lui. Il a tous les atouts pour cela.

F.I. : Le rectorat a son importance à Mayotte au vu du nombre d’élèves et des besoins en écoles. Est-ce que vous avez conscience de l’ampleur de la tâche ?

J.M. : Oui, ce volume d’élèves doit être considéré comme un atout pour Mayotte. Cependant, ça sera un atout qui prendra des plis, si vous connaissez le tarot, si nous réussissons justement à prendre en charge tous ces jeunes par la formation, par l’éducation. Et si l’activité du rectorat est importante, elle doit se combiner avec d’autres acteurs. Le temps éducatif n’est pas exclusif à l’Éducation nationale. On doit davantage travailler de concert avec les collectivités territoriales, les parents, les associations. J’ai pu constater, sur le peu de temps que je suis ici, les nombreuses initiatives qui sont prises. Il y a une véritable volonté de tous les acteurs d’essayer de bien faire. C’est vrai que le volume rend les choses plus difficiles. Mais en même temps, c’est un défi intéressant à relever, qui doit pouvoir faire du modèle éducatif mahorais un modèle pour la métropole, justement dans cette articulation avec l’ensemble des acteurs.

F.I. : A quoi ressemblent les premières semaines d’un recteur ?

J.M. : Pour l’instant, c’est une première semaine. Je ne sais pas si c’est une semaine type. J’ai pu aller sur le terrain chaque jour. La semaine dernière, j’ai pu voir des écoles qui faisaient de l’école ouverte. Ça montre l’énergie et la volonté des équipes éducatives, d’où qu’elles viennent, associations, enseignants, chefs d’établissement. Ces innovations pédagogiques vont aider à répondre à tous ces enjeux. Le but est maintenant de savoir comment toutes ces petits activités, souvent très hétérogènes, ont en fait un tout au service d’un maximum de jeunes.

F.I. : Mayotte connaît un nouveau record de naissances (10.795). Accueillir à l’école tous ces enfants sera donc l’un de vos prochains défis à relever.

J.M. : Bien sûr. C’est vrai que ce sont des volumes importants. L’avenir de chacun de nous dépend de notre jeunesse. Cela veut dire qu’avec beaucoup de jeunesse, c’est un grand avenir qui doit se dessiner et c’est à nous de le construire.

Avis Facebook pour l’UE!
Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...