L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Inauguration de la première unité d’enseignement pour enfants autistes à Mayotte

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Depuis la rentrée 2021, les jeunes autistes mahorais âgés de 6 à 11 ans peuvent bénéficier d’une scolarisation adaptée. À Bandrélé, cinq enfants ont déjà rejoint l’unité d’enseignement qui leur est dédiée au sein de l’école élémentaire de la commune.

Mal diagnostiquées, isolées, stigmatisées… Les personnes atteintes d’autisme se retrouvent bien trop souvent en marge de la société. Pour éviter cela, le gouvernement, l’agence régionale de santé et la fédération association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH) ont travaillé main dans la main pour créer une unité d’enseignement destinée à ces jeunes enfants. “Notre objectif est de favoriser l’inclusion, le vivre ensemble, l’autonomie, mais aussi la tolérance et la connaissance des personnes qui ne sont pas atteintes de ces troubles”, affirme Patrick Boutier, directeur de l’offre de soins et de l’autonomie au sein de l’ARS.

Une classe comme les autres

Dans la salle aménagée pour accueillir les jeunes enfants autistes : des tableaux, des jeux, des bureaux… Rien de bien différent de la bonne vieille salle de classe que nous connaissons tous. Ce qui change ici c’est l’accompagnement et l’attention qui est portée aux jeunes élèves. “En tout, nous sommes quatre à travailler avec les enfants. Il y a un accompagnant d’élèves en situation de handicap, une éducatrice spécialisée, une accompagnante éducative et sociale et moi-même qui suit enseignante spécialisée”, déroule Angélique Pochon, leur maîtresse. Au sein de la classe, l’éducatif se réinvente et les apprentissages sont adaptés à chacun. “Les niveaux sont très différents d’un élève à l’autre et notre but principal est avant tout de socialiser ces jeunes enfants”, détaille l’enseignante avant d’ajouter : “C’est très encourageant, dans la cour, nos élèves commencent à jouer avec les autres et les enfants qui ne sont pas en situation de handicap apprennent la différence et l’accepte.

Un plan national

En France, les troubles du spectre de l’autisme (TSA) représentent entre 0.9 % et 1.2 % des naissances. Chaque année à Mayotte, entre 88 et 117 bébés naissent avec cette pathologie. Afin que ces personnes soient diagnostiquées et accompagnées dès leur plus jeune âge, des dispositifs comme celui-ci luttent pour l’inclusion des autistes au sein de l’école et de la société, ce qui permet de changer le regard sur le handicap, de sensibiliser et d’informer. “Tous les hommes naissent libres et égaux en droit et cette notion d’égalité doit se traduire par un accompagnement spécifique”, affirme le recteur de l’académie de Mayotte, Gilles Halbout. À l’échelle nationale, 45 unités spécialisées devraient voir le jour d’ici 2022-2023. Un grand pas dans l’évolution du regard porté sur le handicap et un réel bon en avant pour l’inclusion des personnes atteintes de pathologies.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : « Tout ce travail risque de se retourner contre nous »

Ce jeudi, plusieurs représentants des Forces vives, dont Safina Soula, ont tenu une conférence de presse à Mamoudzou pour demander à leurs confrères de...

Barrages : Des élus restés sur leur faim de leur déplacement à Paris

Le déplacement en début de semaine d’une poignée d’élus mahorais n’a pas permis d’en savoir davantage sur les engagements pris récemment par le gouvernement...

Un couvre-feu à Tsingoni après les incendies criminels

Les derniers affrontements entre des bandes de Miréréni et de Combani ont entraîné de lourds dégâts matériels dans le quartier Mogoni. La municipalité de...

Crise de l’eau : Un nouveau décret pour les aides « dans les tuyaux »

L’aide exceptionnelle de l’État à destination des entreprises les plus affectées par la crise de l’eau est prolongée jusqu’au 29 février. Elle pourrait encore...

« Elle n’a jamais accepté que son seul fils épouse une Mahoraise »

Le matin du 3 juin 2016, à Labattoir, une dame de 60 ans a porté trois coups de machette à la tête d’une septuagénaire....