test

L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Grèves des enseignants du 1er degré : quelques avancées mais Rivo reste sur ses gardes

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

La grève lancée mardi par le SNUipp-FSU (syndicat des enseignants du 1er degré) s’est poursuivie ce mercredi 9 février par un piquet de grève et un voulé devant le rectorat. Les grévistes ont obtenu d’être entendus en visio-conférence par le recteur Gilles Halbout, qui se trouve en ce moment à Paris. Il s’est engagé à recevoir les membres du SNUipp ce lundi 14 février. Le mouvement est donc suspendu jusqu’à cette date.

Une trentaine d’enseignants grévistes du 1er degré s’était réunie ce mercredi 9 février devant le rectorat afin de faire valoir leurs revendications. Selon Rivo, le secrétaire général du SNUipp, ils étaient même 80, mais « il y a eu beaucoup d’aller-retour au cours de la journée puisque le piquet de grève s’est tenu de 8h à 16h ». Si le chiffre exact des membres de ce mouvement social est difficile à déterminer, celui des grévistes a été compté par le rectorat : ils étaient 14,51% hier, contre 37% le mardi. « Nous perdons toujours beaucoup de grévistes quand nous reconduisons la grève. C’est normal, mais nous ne lâchons rien ! », s’est exclamé le syndicaliste, déterminé à faire entendre la voix des enseignants du 1er degré dans le département de Mayotte.

La récupération de l’ancienneté générale de service

greves-enseignants-1er-degre-quelques-avancees-mais-rivoEn local, la principale revendication du SNUipp porte sur la récupération de l’ancienneté générale de service pour les anciens instituteurs recrutés par l’ex-collectivité de Mayotte (CDM), qui ont intégré tardivement la fonction publique. Un cheval de bataille qui tient beaucoup à cœur au secrétaire général Rivo, qui crie à l’injustice. Il est vrai que, sans cette récupération, les anciens instituteurs mahorais n’auront qu’une très maigre retraite alors même qu’ils auront travaillé toute leur vie. Mais ce souhait récupération pose de nombreux problèmes administratifs due au changement de statut de Mayotte qui n’est devenu département qu’en 2011 après avoir été successivement collectivité départementale et collectivité territoriale.

Le recteur Gilles Halbout comprend la préoccupation des anciens instituteurs, mais ne peut faire de miracles. « Nous ne pouvons pas effectuer une réintégration complète de ces anciens instituteurs comme s’ils avaient toujours appartenu à la fonction publique », affirme-t-il. Toutefois, il leur propose quelques solutions pour améliorer leurs retraites comme des ruptures conventionnelles, ou une promotion au moment du départ à la retraite. « Mais ça ne pourra se faire qu’au moment de leur départ », précise le responsable de l’académie. C’est sans doute ce qui fait douter Rivo. Ce dernier reste très méfiant quant aux engagements du rectorat sur la question. « Ça bouge un peu, mais cela fait longtemps qu’on nous fait des promesses qui ne sont pas tenues. Cependant, je donne à ce recteur le bénéfice du doute », affirme le syndicaliste.

En revanche, le rectorat et le syndicat se rejoignent sur la nécessité de titulariser les contractuels de longue date. Mais pas sans les former convenablement ! La question d’un concours spécifique réservée aux enseignants contractuels du 1er degré de longue durée est en discussion. « Tout ce qui peut aider à pérenniser le statut de nos enseignants est bienvenu. Mais il faut réfléchir à faire les choses correctement, cela prend du temps », indique Gilles Halbout.

Une réunion prévue ce lundi pour « les revendications au national »

Suite au piquet de grève de ce mercredi, une délégation de trois syndicalistes du SNUipp, dont naturellement Rivo, a été reçue par le rectorat représenté par le recteur Gilles Halbout (en visio depuis Paris), son directeur de cabinet Martin Meyrier ainsi que le directeur général des ressources humaines. L’octroi de tickets restaurants aux enseignants du 1er degré a été acté. « C’est une bonne chose, mais cela ne faisait pas partie de notre plateforme de revendications. C’est une manière de détourner notre attention des choses véritablement importantes », ironise Rivo. Toutefois, les membres du rectorat s’engagent à discuter ce lundi 14 février au matin avec les syndicalistes sur ce que ces derniers appellent « les revendications au national », c’est-à-dire la question de la revalorisation de l’indexation et des différentes allocations. « Ce sont en réalité des mesures spécifiques à Mayotte. Il est vrai qu’elles sont sur la table depuis un moment déjà sans avoir pu être mises en place. Nous en discuterons dès ce lundi », promet Gilles Halbout.

De cette réunion prochaine dépendra la suite du mouvement de grève. Pour le moment, elle est suspendue, mais « si rien ne découle de la réunion de lundi prochain, nous lancerons un nouvel appel à la grève dès le mardi », prévient Rivo.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1097

Le journal des jeunes

À la Une

Coupure d’eau ce dimanche 14 juillet pour les travaux du Caribus

Pour permettre la réalisation de travaux dans le cadre du Caribus, la Société mahoraise des eaux (SMAE) annonce la nécessité de procéder à une...

Les maires reprennent la main sur la Cadema

En élisant Moudjibou Saïdi et Ambdilwahedou Soumaïla en tant que président et premier vice-président de la communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou, les élus communautaires tirent...

« Un lieu d’accueil pour écouter le malade et sa famille »

L’esprit était à la fête, ce jeudi 11 juillet, au centre hospitalier de Mayotte (CHM), une partie des équipes fêtait l’inauguration du Bureau des...

A Passamaïnty, l’excellence synonyme de nouveau complexe sportif

Un grand projet d’aménagement est prévu pour le village de Passamaïnty, situé dans la commune de Mamoudzou. Ce dernier vise à créer un complexe...

Les nouveaux infirmiers célèbrent leurs diplômes dans la joie

On peut croire à un manzaraka, il s’agit en réalité de la cérémonie de remise des diplômes des infirmières et infirmiers. L’Institut des études...