L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La Fage au chevet des droits des étudiants mahorais

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Les néo-contractuels font leur rentrée

Au programme pour la première journée, une conférence sur "l’éducation prioritaire et le contexte plurilinguisme", des interventions de professionnels de l'Éducation nationale et des ateliers destinés aux enseignants débutants. Au cours de la deuxième journée, était proposée une conférence intitulée "Connaître le système éducatif et ses attentes, ce que l’Éducation nationale attend des élèves du 21ème siècle, les gestes professionnels et la posture de l’enseignant".

 L’AEJM (Association des étudiants et jeunes de Mayotte) accueille la première vice-présidente de la Fage (Fédération des associations générales étudiantes), Émilie Deville, du 18 au 20 janvier. Celle-ci fait la tournée des associations adhérentes de son mouvement.

Le déplacement d’Émilie Deville cette semaine a pour objectif de permettre à la Fage (première association étudiante de France) de prendre en compte de la situation des étudiants mahorais. Elle compte grâce à cela porter leur voix auprès des instances nationales et aussi pouvoir mettre en œuvre les bonnes solutions. L’association a très peu de vision sur l’outre-mer étant donné qu’elle est située en métropole, donc son intention cette année est de s’impliquer sur les territoires ultramarins. Mais cette visite a aussi pour but d’accompagner l’AEJM sur ses différentes actions et de rencontrer les acteurs de la vie étudiante ainsi que les étudiants pouvoir prendre note de leurs revendications. La fédération des associations générales étudiantes compte également mettre en place des solutions pour la problématique de des bourses et des logements.« On va se servir des différentes actions que nous allons mettre en place pour faire évoluer les choses », la représentante de la Fage. Concernant la problématique du Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires), en fin d’année 2022 Mayotte a été affilié au Crous de La Réunion, qui est par la suite devenu « Crous La Réunion et Mayotte » après plusieurs réclamations de la part des collectifs d’étudiants mahorais. La Fage va donc observer les actions du Crous, voir s’il exerce ses missions sur le territoire et faire en sorte qu’il les réalise si ce n’est pas le cas. Dans son programme réparti sur deux jours, la visite du centre universitaire de Mayotte servira à comprendre son fonctionnement, qui diffère de celui des autres établissements car le site mahorais est conventionné avec d’autres universités telles que Nîmes, Montpellier ou encore Aix-Marseille. Pour rappel, depuis sa création en 2012, c’est la première fois qu’une responsable d’association étudiante nationale se déplace à Mayotte. Après son passage sur l’île, Émilie Deville se rendra à La Réunion, puis en Guyane.

Lutter contre l’écart entre Mayotte et les autres

Le CUFR de Mayotte a énormément de retard par rapport aux autres facultés françaises. Niveau services, le centre universitaire est loin derrière et ce manque se fait sentir sur la vie de certains étudiants mahorais. En effet, l’absence de Crous pénalise les étudiants du CUFR (Centre universitaire de Formation et de Recherche) qui ne bénéficient pas des services comme ceux de la métropole, de La Réunion et des Antilles ont. D’ailleurs, à Mayotte, il n’y a pas de logements étudiants ni de transports.  Par conséquent, certains élèves doivent se lever à 5H30 pour faire le trajet jusqu’à leur établissement et reviennent chez eux à 19 heures, voire 20 heures après la fin des cours. La question des transports est l’une des revendications menées par l’AEJM qui pourra aussi compter sur l’appui de la Fage et de sa vice-présidente. Et pas que, car là où les étudiants réunionnais se dirigent vers les restaurants universitaires à l’heure de la pause, ceux du CUFR n’ont pas ce choix-là.

Pour y remédier, « l’association locale en collaboration avec la Fage ouvrira une épicerie Agroaé fin décembre 2023 », informe Émilie Deville. Celle-ci permettra aux étudiants de se nourrir et de se procurer des denrées alimentaires à des prix dix fois moins chers qu’en magasin. 38 épiceries de ce genre sont déjà présentes en métropole et d’autres verront le jour à La Réunion et dans les Antilles.

Concernant l’éducation, le centre universitaire connaît un retard comparé aux autres, le nombre des filières y est restreint. De ce fait, il est souvent compliqué de pouvoir se réorienter sans avoir à quitter pour la métropole ou La Réunion.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte hebdo n°1085

Le journal des jeunes

À la Une

Wuambushu 2 : « un quartier entier de Mamoudzou nettoyé de « ses bangas » »

Après une semaine d’opération « Mayotte place nette », le nouveau nom de Wuambushu 2, Marie Guévenoux a défendu un premier bilan sur la chaîne Sud...

Pêche illégale : Près d’une tonne de poissons saisis au port de M’tsapéré ce lundi

Dans sa lutte contre l’immigration et le travail informel, l’État a décidé d’étendre l’opération Wuambushu 2, ou « Place nette » pour sa dénomination officielle, au...

Fatma : L’événement dédié à l’art mahorais marque un vrai retour

Ce seizième anniversaire du Festival des arts traditionnels de Mayotte (Fatma) est célébré en grande pompe. En relation directe avec la commémoration de l'abolition...

Jugé en récidive, un voleur de téléphone échappe à la prison

Un jeune homme de 19 ans, jugé au tribunal judiciaire de Mamoudzou, ce lundi après-midi, pour des faits de vol commis à Tsararano (Dembéni)...

Comores : Un collectif dénonce les longs délais de délivrance des certificats de mariage

A cause de ces lenteurs, certaines familles franco-comoriennes attendent depuis 2021 la transcription de leurs certificats de mariage. La procédure, qui ne devrait pas...