100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Ida Nel, femme d’affaires

À lire également

Miss Mayotte : “Je voudrais que les gens retiennent un côté positif de Mayotte”

Dernière ligne droite pour Eva Labourdere. Du haut de ses 20ans, la Mahoraise représentera son île demain soir, lors de l’élection de Miss France2020, retransmise en direct depuis le Dôme de Marseille. Une belle occasion de mettre le territoire sous le feu des projecteurs et peutêtre, de faire mieux qu’Esthel Née, 3ème dauphine de Miss France 2009, la meilleure place jamais gagnée par une femme de l’île à ce concours.

Isma Kidza, un photographe sous tous les plans

Des ses propres mots, Isma Kidza est un “fou de la photo”. Autodidacte qui s’affranchit des règles de la photographie, ce quadragénaire capte chaque...

Salama Youssouf, un parcours exemplaire pour la première notaire mahoraise

Son nom vous est peut-être inconnu mais Salama Youssouf est entrée dans l’histoire de Mayotte depuis peu. Elle est désormais la première notaire mahoraise...

Jadelhak Cheick-Ahmed : jeunesse, réussite et partage

Jadelhak Cheick-Ahmed, 24 ans, est chef de projet pour la mise en ligne des Airbus A220 à La Réunion. Si le jeune mahorais a...

Retrouvez l’intégralité du classement des 30 personnalités les plus influentes de Mayotte dans le Mayotte Hebdo n°1026, paru le vendredi 13 janvier. Ce vendredi, c’est au tour de notre numéro une d’être présentée. Il s’agit de la femme d’affaires aujourd’hui à la tête du port de Longoni via sa société Mayotte Channel Gataway, Ida Nel.

Mayotte Hebdo : Comment êtes-vous arrivée au port de Longoni ?

Ida Nel : Quand on a démarré en 1980 et qu’on a décidé d’ouvrir un magasin alimentaire, on était à Dzaoudzi, et c’est nous qui avons emmené la première cargaison venue d’Afrique du Sud. La première chose que nous avons importée, c’étaient des oignons, et c’est comme ça que je suis arrivée au port. J’ai toujours travaillé avec le port depuis le début.

Découvrez nos 30 personnalités les influentes de Mayotte en cliquant sur ce lien

M.H. : Que retenez-vous de ces 44 ans de vie et de travail à Mayotte ?

I.N. : Il y a encore beaucoup de choses à faire. J’espère que les Mahorais vont se retrousser les manches et bosser. Ce qui m’a marquée dans le passé c’est qu’il y avait un énorme besoin. Récemment je regardais quelques-unes de mes archives datant d’il y a trente ans et ce qui me choque c’est qu’aujourd’hui on a toujours les mêmes problèmes, c’est-à-dire l’immigration, le manque d’eau, l’aménagement du territoire. C’est hallucinant que l’on parle toujours de la même chose. Il faut qu’il y ait plus un esprit d’entreprendre à Mayotte et ne pas juste attendre que le gouvernement fasse tout. Et puis de l’autre côté, si on veut que les choses évoluent, il faut faire les infrastructures nécessaires, construire des routes, mais cela nécessite une bonne volonté de la part de tous…

M.H. : Tout au long de votre carrière, vous avez fait face à quels types de difficultés ?

I.N. : Il y a beaucoup de jalousie, beaucoup ne veulent pas que Mayotte avance, ni que les autres évoluent. Mon fils et mes petits-enfants ne vivent pas ici donc si je fais tout cela c’est pour la population mahoraise. Je pense que certaines personnes essayent de me bloquer sans raison, c’est juste parce que je suis Ida Nel et que j’ai fait beaucoup de choses. Il faut laisser les gens qui veulent entreprendre le faire tranquillement. Je ne veux pas que dans trente ans on parle encore des mêmes problèmes. Cependant, quand je pense à l’avenir, je reste positive.

Deux dates importantes pour Ida Nel

1988 : « C’est l’année où le ministre des Outre-mer de l‘époque, Bernard Pons, a dit que Mayotte va se développer. Je pense que tout s’est accéléré à ce moment-là, à partir de cette date Mayotte avançait à grand pas. »

2013 : « C’est quand j’ai repris le port, au mois de novembre. On était un peu naïfs car on ne pensait pas que ça aurait été aussi compliqué, qu’il y aurait autant de freins. »

Une femme d’affaires qui a su mener sa barque

Elle est surnommée « la patronne », ou parfois tout simplement « Madame ». Un quartier tout entier de Kawéni porte son nom, la zone Nel. Il s’agit bien évidemment d’Ida Nel. Si elle arrive à la première place des personnalités les plus influentes à Mayotte ce n’est pas par hasard. Cette Sud-africaine installée sur l’île depuis 44 ans est considérée comme la femme la plus puissante et la plus riche du département, même si elle ne communique jamais sur le montant exacte de sa fortune.

Ida Nel arrive sur le territoire en 1979, en bateau, avec son mari et son fils. Mayotte n’est qu’une étape dans leur idée du tour du monde. Mais une fois sur place, « on était tellement bien reçus qu’on a décidé de rester plus longtemps », indique-t-elle. Très vite, ils se rendent compte qu’il y a tout à faire. Les besoins sont criants notamment dans le domaine de l’alimentation. Le couple voit là une opportunité d’ouvrir une épicerie. Et c’est ainsi que naît la SNIE en 1980. Le besoin est tel que la petite boutique grandit rapidement, et la famille en ouvre d’autres sur le territoire.

À la mort de son époux, Ida Nel continue à faire prospérer leurs entreprises, mais elle finit par vendre la SNIE en 2003. Elle n’en reste pas moins une femme d’affaires redoutable et se renouvelle à chaque occasion.

Aujourd’hui, elle est principalement connue en tant que présidente directrice générale de Mayotte Channel Gateway, la société qui gère le port de Longoni depuis dix ans. Une fonction qui n’a pas été de tout repos pour la sexagénaire, mais elle n’a pas l’intention de lâcher prise. MCG est délégataire du port jusqu’en 2028. À presque 69 ans, Ida Nel a encore de grandes ambitions. Elle estime être une visionnaire et elle souhaite que l’île aux parfums se développe davantage. Pour cela, « il faut réunir tous les acteurs afin qu’ils travaillent ensemble, qu’il s’agisse des politiques, du monde économique, de l’administration… », insiste-t-elle. Et si la femme d’affaires s’investit autant pour faire avancer le département c’est parce qu’elle considère être chez elle à Mayotte et elle est persuadée qu’elle y mourra.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...