100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Avec son DEUST BTP, le conservatoire national des arts et métiers forme les bâtisseurs de demain à Mayotte

À lire également

Deux lycéens mahorais admis à Sciences Po, un espoir pour la jeunesse

La fin de l’année scolaire approche et une grande partie des élèves de terminale savent désormais vers quelles études supérieures ils vont s’orienter. Cette...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

CUFR : la laïcité à l’honneur avec le DU Valeurs de la République et Religions

Samedi 11 juin 2021, 29 étudiants de la promotion 2020-2021 se sont vu remettre leur diplôme universitaire Valeurs de la République et Religions. L’occasion...

Docteure en pharmacie : le parcours de Limouandjilati Ymamou donne de l’espoir à Mayotte

À 26 ans, Limouandjilati Ymamou vient d’obtenir son doctorat en pharmacie. Le parcours n’a pas été de tout repos pour cette jeune mahoraise originaire...

Ce samedi, le conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de Mayotte organisait sa pré-rentrée avec l’ouverture du diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques, spécialité conduite de travaux en éco-construction parcours BTP. En alternance, cette formation supérieure a pour objectif de faire émerger en deux ans les futurs bâtisseurs du territoire.

Répondre à une demande économique par une offre de formation supérieure adéquate, c’est désormais une réalité avec le lancement du diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques, spécialité conduite de travaux en éco-construction parcours BTP, par le conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de Mayotte. Un parcours professionnel qui vise à former « des techniciens supérieurs », « la future élite du territoire », dans le domaine du bâtiment et des travaux publics à Mayotte, où « la réalisation de grandes infrastructures est un enjeu des années à venir », rappelle Daoud Saindou-Malidé, en charge de la formation professionnelle, de l’éducation et de l’insertion au conseil départemental. Exemple avec les chantiers quotidiens qui fleurissent aux quatre coins de l’île ou encore le projet d’accueil des Jeux des îles en 2027.

deust-btp-conservatoire-national-arts-metiers-forme-batisseurs-mayotte

D’une durée de deux ans, cette alternance permet « d’être tout de suite dans le métier d’apprentis », se réjouit Philippe Lefèbvre, le délégué académique à la formation initiale et professionnelle. Et surtout d’« éviter une dichotomie » entre les besoins du monde de l’entreprise et les bâtisseurs de demain, insiste Enfanne Haffidhou. Pour le directeur général adjoint du pôle développement économique et attractivité au sein de la collectivité, il apparaît essentiel d’« intégrer » et de « lier structurellement » l’économie et la formation dans le but que le territoire soit « plus opérationnel et réactif ». En clair, l’objectif affiché consiste à ne plus subir l’importation de main d’œuvre formée, en apportant localement les compétences scientifiques, techniques et organisationnelles nécessaires.

Navigation entre trois sites

Et c’est là tout l’enjeu du CNAM, qui a récemment signé une convention de partenariat avec le rectorat pour travailler avec le GRETA-CFA. Ainsi, les 17 étudiants vont naviguer entre le conservatoire national des arts et métiers, le lycée Bamana pour les cours d’informatique et le centre de formation en apprentissage, comme l’explique le responsable de l’académie, Gilles Halbout. Très heureux de cette « collaboration entre de nombreux acteurs ». En attendant que d’autres BTS voient le jour dans l’enceinte du lycée des métiers du bâtiment de Longoni, dont la livraison de la première tranche est prévue en 2024. « Ce n’est que le début ! », promet-il.

deust-btp-conservatoire-national-arts-metiers-forme-batisseurs-mayotte

Car l’ouverture de ce DEUST fait avant tout la part belle à la stratégie de formation défendue par la collectivité dans le but d’exploiter tous les secteurs d’activités présents sur l’île. « Le Département a fixé le seuil de 500 apprentis en 2021 : nous l’avons atteint », se félicite Philippe Lefèbvre. « Nous avons noté une progression de 200% en l’espace de quelques années », renchérit même le recteur. Face à cette nouvelle promotion, la directrice du CNAM, Anfufati Bacar, n’a qu’une hâte : entrer dans le vif du sujet pour faire de ses protégés du jour les conducteurs de travaux d’une filière du BTP « porteuse d’emploi ».

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

Intersyndicale des taxis de Mayotte : « le Département prend le travail des chauffeurs de taxis »

Lassitude, incompréhension, colère… C’est dans cet état d’esprit que se trouvent les chauffeurs de taxis de Mayotte. Révoltés par un plan de transports interurbains...

Naissance/mortalité à Mayotte : l’année 2020, une exception à la règle

2020 se démarque par une baisse sensible des naissances. Un indicateur à prendre avec des pincettes puisque 2021 pourrait coïncider avec le franchissement de...

Journées européennes du patrimoine : 40 événements à Mayotte pour une 38ème édition encore sous la menace Covid

Pendant trois jours, la population aura l’occasion de découvrir les richesses du territoire à travers les nombreuses activités proposées par les collectivités et les...

Colocs ! : “Passer du tabou à libération de la parole en 13 minutes, c’est assez dingue”

Diffusée depuis le 6 septembre sur Mayotte La 1ère, la série Colocs ! alimente des débats parfois houleux sur les réseaux sociaux, après seulement...

1.2 million d’euros pour structurer le territoire et les clubs et relancer la pratique sportive

Le domaine du sport n’a pas été épargné par les conséquences de la crise sanitaire. En France, 30% des licenciés n’ont pas renouvelé leur...