100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

40000 followers sur facebook

Atua Attoumani, première lauréate mahoraise du concours de conseil d’éducation populaire et de jeunesse

À lire également

Deux lycéens mahorais admis à Sciences Po, un espoir pour la jeunesse

La fin de l’année scolaire approche et une grande partie des élèves de terminale savent désormais vers quelles études supérieures ils vont s’orienter. Cette...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Docteure en pharmacie : le parcours de Limouandjilati Ymamou donne de l’espoir à Mayotte

À 26 ans, Limouandjilati Ymamou vient d’obtenir son doctorat en pharmacie. Le parcours n’a pas été de tout repos pour cette jeune mahoraise originaire...

CUFR : la laïcité à l’honneur avec le DU Valeurs de la République et Religions

Samedi 11 juin 2021, 29 étudiants de la promotion 2020-2021 se sont vu remettre leur diplôme universitaire Valeurs de la République et Religions. L’occasion...

Atua Attoumani est la première lauréate mahoraise du concours de conseiller d’éducation populaire et de jeunesse et occupe aujourd’hui un poste de chargée de mission pour le compte de la délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sports. Retour sur un parcours étudiant et professionnel qui pourrait donner quelques idées pour les générations futures.

Lauréate du concours de conseil d’éducation populaire et de jeunesse le 9 juin dernier, Atua Attoumani devient la première mahoraise à le réussir ! Une récompense méritée pour cette jeune femme qui ne cesse de s’ouvrir de nouvelles opportunités. « Aujourd’hui, c’est une fierté pour moi car je n’y croyais pas. Lorsque je me suis retrouvée face à l’épreuve écrite, je m’en sentais incapable », sourit-elle après coup.

Après l’obtention de son baccalauréat en 2016, Atua Attoumani s’envole en métropole pour poursuivre ses études, où elle effectue un DUT gestion des entreprises et des administrations, spécialité gestion et management des organisations. « J’ai ensuite intégré une école de management pour approfondir mes compétences. À la fin de ma licence, j’ai choisi de rentrer sur Mayotte pour prendre une année sabbatique. »

Deux expériences formatrices à l’UFOLEP

Sans emploi, elle décide finalement de postuler pour un service civique à l’union fédérale des œuvres laïques d’éducation physique (UFOLEP). « À l’issue de mon entretien, les choses se sont passées autrement. On m’a proposé un autre poste en tant que chargé de développement que j’ai accepté. » Ses principales missions ? La gestion de projets, l’organisation d’événements, la gestion administrative ainsi que la communication. Avec toujours un objectif en tête : accroître la notoriété de sa fédération via les réseaux sociaux et les médias.

Ambitieuse, Atua Attoumani reprend alors ses études et repart en métropole pour intégrer l’ESAM Lyon où elle entame sa première année de master entrepreneur dirigeant, spécialité management stratégique, en alternance. 2019 signe l’année de son retour sur l’île aux parfums. Pendant un an et demi, elle occupe la fonction de délégué départemental à l’UFOLEP, « ce qui équivaut à directrice d’association », explique-t-elle. Un poste à responsabilité qui lui permet d’échanger avec différents services de l’État et du conseil Départemental, mais aussi de participer au développement de sa structure en déployant des dispositifs sportifs et en appliquant les politiques de la jeunesse.

Responsable européenne internationale à la DRAJES

Aspirant à une vie associative « moins axée sur le sport », Atua Attoumani intègre en 2021 la délégation régionale académique à la jeunesse, à l’engagement et aux sport (DRAJES) en tant que « responsable européenne internationale ». Son rôle : déployer et accompagner les projets de mobilité européenne et internationale. « Je suis également référente de l’engagement au sein des collectivités et je déploie l’information jeunesse. J’ai découvert que toutes ces activités-là ont un gros rôle à jouer sur le déploiement des politiques en faveur de la jeunesse. »

C’est alors qu’un collègue métropolitain et sa supérieure hiérarchique la poussent à passer le concours de CEPJ. « Ils m’ont formé sur mon poste actuel et m’ont préparé à l’examen. Au début, je n’avais pas conscience [des responsabilités que cela allait engendrer et du métier de la fonction publique]. Mais je me suis très vite rendue compte qu’il y avait un réel besoin sur le territoire », conclut Atua Attoumani, fière d’apporter sa pierre à l’édifice dans l’accompagnement de la jeunesse mahoraise.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1006

Le journal des jeunes

chab-journal-des-jeunes-5

À la Une

Développement de Mayotte : « un défaut d’organisation lié à un défaut de collaboration »

Le rapport public thématique de la Cour des comptes et de la chambre régionale des comptes sur les plans de développement pour Mayotte a...

« Je pense que le regard du monde pourrait se tourner vers Mayotte »

Les relations entre l’île de Madagascar et sa voisine mahoraise continuent de se renforcer avec l’organisation des Ateliers de la coopération, ce jeudi. Une...

Yes Ko Green, premier festival éco-responsable à Mayotte

Le premier festival éco-musical gratuit et ouvert à tous est organisé ce samedi 2 juillet de 9h à 19h au M'haju à Bandrélé. Une...

Les séniors à la découverte des archives départementales de Mayotte

Le conseil départemental et le centre communal d’action sociale de Mamoudzou ont organisé ce jeudi 30 juin une visite des archives départementales pour les...

Une fête de fin d’année pour faire parler de l’école primaire Doujani 2

L’école primaire Doujani 2 a organisé une grande fête de fin d’année ce jeudi 30 juin avec l’ensemble de ses élèves. C’est sous un...