100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le concours « Castor informatique », révélateur de talents

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

La CGT craint que le lycée de Sada ne devienne un nouveau cluster

Alors qu’une surveillante du lycée de Sada a été contrôlée positive au Coronavirus, le rectorat et l’ARS ont décidé de maintenir l’établissement ouvert. Si l’employée n’avait passé que quelques heures dans la cour de l’établissement avant même que celui-ci ne rouvre, la CGT estime que la reprise des cours s’est décidée prématurément. 

 

La remise des diplômes du concours de l’Éducation nationale « Castor informatique » s’est déroulée ce lundi matin au collège de M’Gombani. Les 12 élèves arrivés en tête ont été récompensés par le principal de l’établissement scolaire qui les a chaudement félicités pour leurs brillants résultats. Étonnamment, les élèves arrivés en tête n’étaient pas forcément les plus impliqués sur le plan scolaire. 

Le concours « Castor informatique » a été mis en place pour la première fois à Mayotte cette année. Proposé par Xavier Meyrier, l’IA-IPR (inspecteur académique-inspecteur pédagogique régional) de mathématiques à tous les professeurs enseignant cette matière dans le second degré, le projet a su séduire ceux du collège de M’Gombani qui y ont inscrit leurs classes. « Ce concours s’adresse à tous les élèves du secondaire de la 6ème à la terminale », dévoile Xavier Meyrier.

Contrairement aux idées reçues sur les élèves mahorais, ceux-ci ont obtenu de très bons résultats sur le plan national. Siyam Youssouf, un élève de 6ème, est même arrivé 27ème sur 107.000 participants au niveau national dans sa catégorie. Autre sujet de satisfaction pour l’inspecteur : deux jeunes filles de 3ème, Nissya Mahamoud et Inshia Goulamali, s’y sont également brillamment illustrées. « C’est une victoire pour nous car cela montre que les femmes peuvent tout à fait intégrer l’univers traditionnellement très masculin de l’informatique, contrairement à ce que les préjugés de genre voudraient nous faire croire », se félicite l’inspecteur régional, qui précise que l’un des pionniers de la science informatique était Ada Lovelace, une femme de l’époque victorienne.

Une approche ludique qui a séduit les élèves

Les participants mahorais qui ont le mieux réussi ce concours ne sont pas forcément les meilleurs élèves de mathématiques. « L’approche ludique des questions du concours et la notion de défi à relever a réveillé l’esprit de certains qui, d’ordinaire, ne prêtaient pas beaucoup d’attention en classe », explique l’un des professeurs ayant préparé ses élèves depuis le mois de novembre. Le concours Castor informatique se compose de 12 questions faisant appel à plusieurs aspects de la science informatique : information et représentation, pensée algorithmique, jeux de logique, informatique et société, etc. « La particularité des questions est qu’il n’y a pas qu’une seule solution possible au problème posé et qu’il faut faire appel à sa créativité », souligne Xavier Meyrier. Et d’ajouter que le logiciel « donne un retour par rapport à ce que font les élèves, ce qui leur permet de pouvoir travailler tout seul sans avoir recours à l’enseignant ».

Ce concours s’inscrit également dans une vraie volonté de l’Éducation nationale d’insuffler une nouvelle dynamique à l’enseignement des mathématiques, une matière réputée « difficile ». « Pourtant, des enquêtes ont montré que c’est souvent la matière préférée des élèves dans leurs premières années, justement du fait de la dimension ludique. C’est plus tard que les difficultés apparaissent, ce qui prouve qu’une nouvelle pédagogie dans l’enseignement de cette matière est plus que nécessaire. » Par ailleurs, le fait de permettre aux jeunes de savoir comment fonctionne l’informatique est indispensable dans le monde d’aujourd’hui. « Avant, on ne faisait qu’expliquer l’usage des outils informatiques. À présent, on essaie de leur faire comprendre la logique qui sous-tend son fonctionnement », poursuit l’inspecteur.

De nombreux débouchés possibles

Le développement de l’enseignement des mathématiques et de l’informatique au sein de l’Éducation nationale vise évidemment à créer des perspectives d’avenir pour les élèves. « Le secteur informatique est en plein développement donc les débouchés dans le domaine sont nombreux », confirme Xavier Meyrier. Siyam Youssouf était déjà un passionné d’informatique avant sa participation au concours, qui lui a apporté « des billes en plus » pour s’améliorer dans cette voie. « J’adore tout ce qui touche à l’informatique », affirme-t-il. « Plus tard, j’aimerais devenir informaticien, codeur ou travailler sur des robots. Fabriquer des bras mécaniques me plairait aussi », déclare le jeune  garçon.

Le binôme féminin, constitué des deux élèves de 3ème, Nissya Mahamoud et Inshia Goulamali, s’est distingué en arrivant premières du collège et dans les 10% meilleures au niveau national. Passionnée d’algèbre, Inshia souhaite plus tard devenir prof de maths. Quant à Nissya, les mathématiques ne sont pas d’ordinaire sa tasse de thé, mais ce concours lui a prouvé qu’elle pouvait faire mentir les chiffres.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...