100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Collège de Dembéni : “Moi, je ne coupe pas des têtes”

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

La CGT craint que le lycée de Sada ne devienne un nouveau cluster

Alors qu’une surveillante du lycée de Sada a été contrôlée positive au Coronavirus, le rectorat et l’ARS ont décidé de maintenir l’établissement ouvert. Si l’employée n’avait passé que quelques heures dans la cour de l’établissement avant même que celui-ci ne rouvre, la CGT estime que la reprise des cours s’est décidée prématurément. 

 

Alors qu’une réunion de médiation a eu lieu, mardi matin, au collège Zakia Madi, des parents accompagnés de collégiens ont manifesté à l’extérieur. Appuyant une partie des enseignants et du personnel, ils réclament du changement dans l’établissement en raison de relations conflictuelles avec la direction. Le rectorat de l’académie tente de calmer la situation et préfère parler de “marges de progression”.

La scène était peu commune ce mardi matin, au collège Zakia Madi, situé à la sortie d’Iloni. Du gaz lacrymogène a été utilisé contre une maman qui tentait de s’interposer contre l’interpellation d’une autre. Cette intervention des gendarmes a fait suite à la manœuvre des enfants et parents pour bloquer l’entrée afin de dénoncer une situation interne. En effet, ce même matin, une réunion a eu lieu entre le rectorat et le personnel de l’établissement au sujet des tensions entre une partie de ce dernier et la direction du collège.

college-dembeni-moi-je-ne-coupe-pas-des-tetes
Après leur intervention en début de matinée, les gendarmes se sont postés aux entrées du collège.

La situation n’est pas nouvelle : une grève avait déjà eu lieu en novembre, mais un événement la semaine dernière l’a remise au goût du jour. Mercredi 9 février, vivant mal ce conflit, la gestionnaire de l’établissement a tenté de mettre fin à ce jour.Transportée à l’hôpital, celle-ci est sortie du coma. Ce geste a choqué l’ensemble de l’établissement et révélé de nouveau les tensions. Un droit de retrait d’une partie des enseignants a d’ailleurs été exercé lundi. “La situation est tendue. On a cru qu’elle s’était réglée”, concède Gilles Halbout. Le recteur de l’académie reconnaît l’existence de trois groupes, “un qui soutient la direction”, “un ventre mou” et “un autre dans la défiance”. Ne voulant pas blâmer plus l’un que l’autre, il préfère évoquer “des marges de progression” et “un souci de communication”.

Un conflit étendu aux parents et au rectorat

En parallèle de la situation dans l’établissement, le dialogue paraît tout aussi difficile entre parents d’élèves et rectorat. La discorde s’est ainsi étendue à mesure que le conflit s’est éternisé. Le recteur de l’académie vient maintenant à parler “d’éléments extrêmes” pour désigner une partie des mamans présentes devant le collège. Face à leurs critiques, il répond fermement : “Moi, je ne coupe pas des têtes, autant dans la direction que chez les enseignants. Ce n’est pas la manière de faire de l’Éducation nationale.”

college-dembeni-moi-je-ne-coupe-pas-des-tetes
Des collégiens munis de pancartes ont rejoint le groupe de mamans en début de matinée.

À l’extérieur du collège, ce mardi et sans doute de nouveau ce mercredi, Adidja Fatihoussoundi ne décolère pas. Si celle-ci n’a plus d’enfant dans le collège, elle suit de près l’évolution de la situation aux côtés d’autres mères de famille. Elle était aux premières loges quand une mère a été gazée avec une bombe lacrymogène, puis transportée chez le médecin. “Il n’y a pas d’avancée”, regrette-elle. “Le rectorat aurait dû protéger la gestionnaire de l’établissement. Pourquoi il protège la direction peu importe les conséquences ?”

De son côté, Gilles Halbout n’est cependant pas fataliste et voit la réunion de mardi matin comme une première étape. Il se dit même prêt à rencontrer les parents d’élèves par la suite. “On attend que ça”, lui répond Adidja Fatihoussoundi. “Tant que les quatre parties [direction, rectorat, enseignants et parents d’élèves] ne sont pas réunies autour d’une table et que tout le monde ne sera pas écouté, aucune solution ne sera retrouvée.”

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...