100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Le volontaire du RSMA, un profil « employable immédiatement » pour Pôle Emploi

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

La signature, ce mercredi 14 septembre, d’une convention entre le régiment du service militaire adapté de Mayotte et Pôle Emploi doit faciliter l’insertion professionnelle des stagiaires volontaires. Les formations prodiguées à Combani permettent aux jeunes âgés de 18 à moins de 26 ans de présenter un profil « employable immédiatement » auprès des entreprises.

Vêtu de son uniforme, le colonel Guillaume Larabi du régiment du service militaire adapté de Mayotte déambule, ce mercredi 14 septembre, dans l’espace accueil de Pôle Emploi, situé au centre Kinga. Une visite pour le moins inhabituelle de la part d’un chef de corps, mais pas forcément étonnante dans la mesure où le quartier de Hell à Combani accueille pas moins de 850 stagiaires chaque année.

D’où la signature d’une convention, hier, entre les deux entités, qui doit mettre en œuvre la complémentarité des interventions afin de favoriser l’insertion des volontaires, construire et suivre leur parcours à travers une aide au recrutement, à l’orientation et à la constitution d’un projet professionnel, et assurer le pilotage et le suivi de l’activité après l’insertion. « Nous sommes prêts à accueillir vos publics les plus fragiles. Nous devons être là où les autres ne sont pas ! », glisse le successeur depuis juillet dernier du lieutenant-colonel Pierre-Louis Dubois. Seules conditions : être Français, avoir participé à la journée défense et citoyenneté et être apte physiquement.

« Quand un volontaire sort de chez vous, ça file droit ! »

Ce rapprochement doit ainsi permettre de faire fructifier les 85% de sorties positives – dont plus de 60% signent un contrat longue durée – à la suite de la formation professionnelle qui oscille entre quatre et dix mois. Un choix validé par Karim Madi, conseiller chargé de l’accompagnement du contrat d’engagement jeune mis en place en juillet 2020. « Sur le savoir-être, c’est complètement différent quand un volontaire sort de chez vous, ça file droit ! Il est employable quasiment immédiatement. Aujourd’hui, ce n’est pas le savoir-faire qui est forcément recherché, mais de la motivation. »

Indépendamment de ces retours alléchants, l’idée consiste aussi à pousser certains demandeurs d’emplois âgés de 18 à moins de 26 ans à rejoindre les rangs de l’organisme d’insertion socio-professionnel. « J’ai des formations en sous-effectif… Cela représente un déficit financier, sachant qu’une place coûte entre 20.000 et 35.000 euros », confie le colonel Guillaume Larabi. D’autant plus regrettable que le RSMA ouvre la porte à « une montée en qualité et en gamme qui est très importante ».

« Au mérite, ils peuvent passer chef d’équipe »

Si le chef de corps se félicite que « des jeunes sortent presque du jour au lendemain » pour répondre aux besoins du marché et des commandes publiques, il met en garde sur le plafond de verre rapidement atteint dans les micro-sociétés. « Ils peuvent être freinés dans l’évolution de leur carrière au bout de trois ans par exemple. » D’où son échange avec l’équipe dédiée aux entreprises de Pôle Emploi pour accélérer les relations avec les grands groupes, comme Colas ou Vinci, qui offrent plus de volume d’embauche et surtout davantage d’opportunités professionnelles. « Au mérite, ils peuvent passer chef d’équipe. »

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...

Le centre-ouest de Mayotte expérimente le projet alimentaire territorial

Mettre en place une politique alimentaire locale, tel est l’objectif de la communauté de communes du centre-ouest (3CO). Ce jeudi 26 janvier, elle réunissait...