100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

La fin de la remise de l’État atténuée par la baisse des prix du carburant

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Au 1er janvier 2023, l’État a arrêté de donner un coup de pouce aux usagers de la route. A Mayotte, la remise ces dernières semaines était de 8,33 centimes par litre de carburant. Les prix repartiront-ils à la hausse ? Pas à court terme tout du moins grâce à la baisse des cours mondiaux.

Pendant l’hiver austral, le tarif du carburant a connu un coup de chaud à la pompe. En juillet, le gazole avait atteint 1,77 euros par litre et 1,97 euros par litre pour l’essence (voir graphique), en dépit d’une remise de l’État de quinze centimes par litre. Cette flambée, encore importante en août, s’est ensuite estompée. Les autorités ont alors réduit peu à peu la voilure jusqu’à mettre fin à leur remise pour ce 1er janvier. Est-ce que cela veut dire que les prix vont de nouveau augmenter ? Pas tout de suite. Les cours mondiaux ont tellement baissé que les tarifs suivent aussi.

Par exemple, le prix du gazole qui était de 1,61 euros par litre en décembre (en incluant la remise de 8,33 centimes) passe à 1,53 euros par litre en janvier. Pour l’essence, l’automobiliste ou le scootériste gagnent même treize centimes par litre (1,68 euros par litre contre 1,81 euros par litre en décembre et avec la remise incluse). « L’évolution des cours de l’essence : les cotations moyennes de l’essence baissent sur les quinze premiers jours du mois de décembre de 23,9 % », explique, en effet, la préfecture de Mayotte. L’effet sur le gazole est similaire puisque « les cotations moyennes du gazole baissent sur les quinze premiers jours du mois de décembre de 17,2 % ». Cette baisse bienvenue est due aux incertitudes économiques provoquées par la reprise du Covid-19 en Chine.

Le Département et Total à la rescousse cet été

Il n’y avait pas que l’État qui avait décidé d’enrayer les prix du carburant, cette année. Le conseil départemental de Mayotte et Total (qui a un monopole sur l’île) ont aidé aussi à baisser la facture, ces derniers mois. Le premier a voté, le 28 juillet, une baisse de sa taxe spéciale de consommation sur les prix de l’essence et du gazole routier. Cela a entrainé une diminution de 74 euros par mètre cube pour une durée de trois mois. Quant à la compagnie pétrolière, une remise de vingt centimes par litre avait été décidée en septembre, puis poursuivie jusqu’en novembre. Si le conseil départemental a mis fin à sa réduction fiscale, il intervient toujours pour limiter l’inflation des prix des produits de la vie courante (voir encadré). Comme l’État, les deux n’avaient récemment plus d’intérêt à intervenir sur le prix du carburant.

Le tout est de savoir jusqu’à quand.

Un Bouclier Qualité Prix + toujours actif en 2023

A Mayotte, le « Bouclier Qualité Prix + » entraîne le maintien du prix global d’un panier de 74 produits à 200 €, jusqu’en mars 2023 malgré l’inflation. En outre, il y a onze produits pour lesquels le conseil département de Mayotte s’est engagé à diminuer l’octroi de mer, jusqu’à zéro pour certains pendant six mois à compter de décembre et renouvelable une fois.

La taxe appliquée aux ailes de poulet, produit très consommé sur l’île, est ainsi passée de 5% à 0%. L’Oudinot du pouvoir d’achat a permis la mobilisation de nouveaux acteurs dans le domaine du transport et de la distribution pour le « Bouclier Qualité Prix + » aux côtés des signataires historiques : Mayotte Tropic, Somaco, Mayotte Channel Gateway, Tilt et Transit Express Mayotte. En outre, le groupe CMA/CGM s’est engagé à effectuer une remise de 750 € sur les conteneurs 40 pieds à destination des Outre-mer.  De plus, en 2023, la franchise du colis a augmenté dans le cadre de l’application des taxes. En effet, seuls les colis dont la valeur est supérieure à 400 € sont désormais taxés (contre 250 € auparavant).

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1029

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Réforme des retraites : les grévistes mobilisés à Mamoudzou

Les rangs étaient un peu plus clairsemés que lors des précédents rassemblements. Environ 150 personnes se sont réunies ce mardi matin sur le parvis...

Concours d’informatique : des élèves de M’gombani au top niveau national

Participants au concours « Castor informatique », plusieurs élèves de sixième du collège Halidi Selemani de M’gombani, à Mamoudzou, ont obtenu d’excellents résultats, les plaçant parmi...

Hervé Madiec : « la règlementation a beaucoup changé ces dernières années »

Présent à Mayotte sous les dénominations Star Mayotte et Star « Urahafu », le groupe Suez y est le principal acteur du recyclage et de la...

Idris déploie ses ailes à la Marine nationale

Âgé de 27 ans, Idris se passionne pour l’aviation depuis l’adolescence. Et il a tout fait pour vivre de sa passion alors que rien...

Catégorie entraîneur de l’année

Magdalena Alliaud – 29 ans – Rugby Despérados Rugby Club M’tsapéré / Comité Territorial de Rugby de Mayotte Magdalena Alliaud est de ces rares entraîneuses féminines...