100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Courtier en assurance, Master M’ze Mogné réalise son rêve et ouvre son cabinet

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Le monde des assurances n’a plus aucun secret pour lui. Master M’ze Mogné est un professionnel dans ce domaine depuis presque 20 ans. Après avoir travaillé pour les plus grands groupes nationaux, il vient d’acheter son cabinet de courtage en assurance à Mayotte. Une fierté pour lui qui en rêvait depuis le début de sa carrière.

courtier-assurance-master-mze-mogne-ouvre-son-cabinetDans son cabinet situé à Cavani dans la ville de Mamoudzou, Master M’ze Mogné n’a aucun moment de répit. Il doit gérer ses salariés et prendre en charge les clients qui ne trouvent pas de solutions d’assurances facilement. Et ils sont nombreux, le cabinet Ylang Assurances ne désemplit pas, pour le plus grand bonheur du propriétaire. « Ce n’est que le début mais ça marche très bien et je sais que l’on aura du succès », lance Master M’ze Mogné. Et s’il est aussi confiant c’est parce que la demande est conséquente sur l’île. Le nombre de véhicules ne cesse d’augmenter dans le département, il y a de plus en plus de constructions et les professionnels ayant besoin d’assurances sont nombreux. « Il y a seulement deux cabinets de courtage en assurance à Mayotte, alors qu’il y a largement de la place pour d’autres parce que le territoire est en train de se développer », indique-t-il. Et cela se fait ressentir dans la charge de travail qui incombe à l’entrepreneur. Il a engagé deux salariés et deux apprentis en BTS mais cela ne suffit pas. Ses employés sont novices dans le monde des assurances, mais faute de main d’œuvre il n’a pas d’autre choix que de s’adapter. « Je cherche désespérément quelqu’un de qualifié qui pourra me seconder parce qu’il y a beaucoup de travail et je ne peux pas tout faire », indique-t-il. Mais il faut croire que les experts en assurance sont rares sur l’île puisque Master M’ze Mogné a du mal à trouver la perle rare. « Je vais devoir faire venir quelqu’un de La Réunion », réalise-t-il.

Un rêve de longue date qui se réalise

Si aujourd’hui le quadragénaire est à la tête de son cabinet de courtage, cela n’a pas toujours été le cas. Après l’obtention d’un BTS en assurance au début des années 2000, il commence à travailler dans les grands groupes tels que MMA et Groupama. Il rentre à Mayotte en 2003 pour mettre à profit ses compétences dans les agences implantées dans le territoire pendant plus de dix ans, dans un objectif bien précis. « Je me suis dit que je veux tout faire, tout savoir. J’ai gravi les échelons et puis quand ce n’était plus possible je me suis mis à mon compte. J’y pensais depuis une dizaine d’années », raconte-t-il. Il a passé les formations nécessaires pour être qualifié en tant que courtier en assurance. « Mon cabinet de courtage se différencie d’une agence car je travaille avec plusieurs partenaires. Lorsqu’un client arrive je cherche la meilleure solution pour lui auprès des assurances avec lesquelles je travaille », explique le courtier. Même si son affaire fonctionne, rien n’est simple dans ce domaine à Mayotte. Le professionnel est confronté à des difficultés propres à l’île. « Les assurances en métropole ne veulent pas être partenaires avec les cabinets d’ici. Elles ne veulent pas assurer à Mayotte parce qu’elles ont peur. Par exemple, le pare-brise d’un bus coûte 10 000€ et quand on voit le nombre de bus cassés, ils n’ont pas forcément envie de s’aventurer chez nous. Et c’est pareil pour les voitures », explique l’entrepreneur. Malgré cela, Master M’ze Mogné a fait le pari de se lancer dans l’entrepreneuriat, et selon lui c’est la meilleure chose à faire. « C’est un risque car j’ai investi de l’argent mais je le prends parce que qui ne risque rien n’a rien. Et on devrait pousser les jeunes à créer leurs entreprises parce que tout le monde ne peut pas être fonctionnaire. » Ylang Assurances existe à Mayotte depuis plus de dix ans, et Master M’ze Mogné a profité de sa mise en vente pour l’acheter il y a deux mois. Mais il ne perd pas espoir, il espère un jour ouvrir son cabinet et tout commencer une nouvelle fois.

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

« On ne pouvait plus laisser pourrir les livres »

Les propriétaires d’une maison de la rue Pasky à Mamoudzou veulent récupérer leur rez-de-chaussée, abandonné depuis trois ans par l’association des parents d’élèves du...

Au gymnase de Cavani, 20% des 250 tests quotidiens sont positifs

Si la légère baisse des indicateurs épidémiologiques entre le 5 et le 11 janvier laisse présager une circulation moins active du virus, la course...

À Koungou, un week-end de violences qui laisse des traces

Parties d’une simple embrouille entre jeunes de Koungou, les violences de samedi, dimanche et lundi matin ont laissé place à un climat pesant sur...

Yann Le Bris, procureur de la République : « Une problématique générale d’ordre public »

Si les investigations se poursuivent dans l’espoir d’interpeller les fauteurs de trouble à l’origine du week-end agité sur Koungou et Majicavo, le procureur de...

Plus de 30 millions d’euros pour construire la cité administrative régionale

Commandé sous l'ancienne mandature, le projet de cité administrative régionale sur le site du conseil départemental est bel et bien sur les rails. Les...