100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Visite ministerielle | Des mesures qui n’apaisent pas l’intersyndicale

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

La ministre des Outre-mer est arrivée hier dans la matinée pour tenter de convaincre les Mahorais que l’État ne les abandonne pas. Une mission difficile qui se heurte à la méfiance de la population locale, comme de l’intersyndicale. Pour autant, Annick Girardin a annoncé une série de mesures en termes de sécurité et de lutte contre l’immigration clandestine.

 » Vous nous avez abandonnés, madame la Ministre ». Malgré les brimades des Mahorais, Annick Girardin a tenu à démontrer que le gouvernement se mobilise pour leur sécurité. Parmi les mesures annoncées : « le maintien jusqu’à la fin de l’année scolaire de 60 gendarmes » parmi ceux débarqués récemment pour sécuriser la rentrée scolaire. La ministre a également confirmé la création d’une brigade de gendarmerie nationale à Koungou ainsi qu’annoncé « l’augmentation de 50% des effectifs de la réserve territoriale de la gendarmerie » actuellement estimée à 60 réservistes. Annick Girardin a précisé que d’autres effectifs de police viendront prochainement sur le territoire dans le cadre de la création d’une nouvelle « brigade de prévention de la délinquance juvénile ». Enfin, une « police du quotidien » sera mise en place composée de 10 policiers et 20 gendarmes supplémentaires. En matière de lutte contre l’immigration clandestine, la ministre a déclaré qu’un Etat-major opérationnel de lutte contre l’immigration clandestine serait créé. L’envoi d’un navire patrouilleur militaire ainsi que l’accroissement des capacités d’appui aérien en hélicoptères sont également prévus. Enfin, Annick Girardin a précisé qu’il serait prochainement nommé un « officier de liaison au sein du ministère de l’Intérieur comorien afin d’améliorer le dispositif de lutte contre l’immigration clandestine ». Des « sous-mesures d’urgence qui ne résoudront rien sur le long terme », estime le syndicaliste Salim Nahouda.

« La ministre sème la zizanie »

Débarquée en Petite-Terre tôt dans la matinée, la ministre des Outre-mer a tenté d’établir un dialogue avec les Mahorais. Une mission difficile qui s’est heurtée d’emblée à la défiance de l’intersyndicale et à des barrages routiers érigés par plus d’une centaine de manifestants, notamment sur le rond-point du Four à Chaux. « Des élus qui étaient au départ solidaires du mouvement ont finalement décidé d’ouvrir leurs établissements scolaires pour accueillir la ministre », s’enrage Foumo Silahi, l’un des porte-parole de l’intersyndicale. Pour le militant, la ministre « sème la zizanie au sein du mouvement social en le divisant ». Résultat : deux réunions étaient organisées hier, l’une regroupant des élus, le préfet et la ministre, et une autre réunissant l’intersyndicale « et les élus qui sont restés solidaires du mouvement », précise Silahi. Si l’intersyndicale reconnaît « un début d’investissement » chez le gouvernement, les mesures annoncées ne sont pas suffisantes : « Il faut renforcer davantage les effectifs de police et s’occuper des mineurs isolés. Et n’oublions pas l’école, qui reste un problème majeur à Mayotte », martèle Salim Nahouda de l’intersyndicale. Par voie de communiqué, celui-ci ne tempère pas sa colère : « Nous ne cautionnons pas le mépris avec lequel madame la Ministre continue de traiter toute la population de Mayotte ». Il conclut pourtant : « Nous demeurons néanmoins ouverts à de véritables négociations ». Alors que la ministre a annoncé rester quelques jours supplémentaires à Mayotte, ce souhait pourrait bien se réaliser prochainement, ou pas. Quoi qu’il en soit, la ministre a d’ores et déjà promis de revenir « très vite » pour une troisième visite sur l’Ile aux Parfums.

Programme de la ministre et manifestation

Arrivée lundi peu avant 10h, la ministre a tenu à rencontrer directement les manifestants sur les barricades de Petite-Terre. Ces barrages n’étaient pas les seuls puisque la préfecture en a dénombré douze rien qu’en Grande-Terre pour la journée de lundi, et a rapporté des caillassages en matinée sur celui de Koungou. Assise dans l’herbe, Annick Girardin a échangé un temps avec les manifestants. Puis, elle s’est rendue vers 13h place de la République, à Mamoudzou, pour un autre temps d’échange populaire. Si elle a reçu un salouva et un accueil chaleureux d’une habitante, la ministre s’est fait huer à plusieurs reprises et a été « accueillie » par une poignée de manifestantes remontées, brandissant des banderoles sur lesquelles il était marqué « Gouvernement assassin ». Puis, elle s’est rendue au sein de l’hémicycle du Conseil départemental et a discuté avec des citoyennes, dont la Femme leader Faouzia Kordjee. Après un stop à la Maison des entreprises, elle a tenu une conférence de presse puis s’est entretenue avec des élus en Petite-Terre. A l’heure où nous bouclons, le programme de la ministre pour ce mardi n’était toujours pas connu. En revanche, l’intersyndicale a confirmé que la manifestation populaire prévue aujourd’hui était maintenue, avec un rendez-vous à 8h, place de la République, à Mamoudzou.

 

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

Intrusion au CHM : un homme de 29 ans et un mineur de 17 ans interpellés

La police de Mamoudzou a arrêté deux personnes suspectés de vol, ce jeudi 26 janvier. Ils seraient les auteurs du cambriolage du centre hospitalier...

Après un droit de retrait, ce vendredi matin, la barge reprend

Quelques chanceux ont réussi à prendre les premières barges du service des transports maritimes (STM), ce vendredi matin. Ensuite, à 7h, la rotation s'est...

La Cadéma désavoue le syndicat des Eaux de Mayotte

Au premier point abordé ce jeudi soir, en réunion de conseil, la Cadéma (communauté d’agglomération de Dembéni-Mamoudzou) avait décidé de mettre sa menace à...

Pamandzi ou Bouyouni, le choix se fera en 2023

Un nouveau dossier de présentation sur le projet de la piste longue à Mayotte vient d’être publié par la direction générale de l’aviation civile...

« Est-ce que je me vois à la télé ? » : état des lieux de l’audiovisuel mahorais

Le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement de Mayotte (CCEEM) a présenté, ce jeudi 26 janvier, son rapport intitulé « État de...