100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

Mouvement social | Les manifestants préparent « la seconde étape du mouvement »

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

Satisfaits que la situation de Mayotte résonne jusqu’en métropole via les médias nationaux, les manifestants sont sur le pied de guerre pour préparer « la seconde étape du mouvement » : mobiliser l’exécutif. En attendant, les grèves et les barrages se poursuivent. L’une des conséquences : la fermeture du service de consultations externes du Centre hospitalier de Mayotte, hier. 

Ce jeudi 8 mars, neuf barrages étaient dressés sur les routes mahoraises, à Chiconi, Chirongui, Coconi, Bandrélé, Kahani, Bouyouni, Longoni, Koungou, Tsararano. La mobilisation sociale ne montre aucun signe d’affaiblissement. D’autant plus au regard de l’intérêt soudain de la presse nationale et de l’opinion publique par-delà les frontières de l’île : « Nous avons réussi notre première étape consistant à mobiliser la métropole au travers de la presse. Maintenant, il est temps de passer à la seconde étape : faire réagir l’exécutif », explique Foumo Silahi, l’un des porte-parole du mouvement. Malgré cette « petite victoire » pour le mouvement social, les grèves et les barrages comptent bien redoubler d’intensité. L’un des stigmates de ce phénomène : la fermeture du service des consultations externes du Centre hospitalier de Mayotte (CHM), faute de « personnel disponible ». « Depuis le début des grèves, c’est la première fois qu’un service est fermé », constate-t-on du côté du service communication du CHM. En guise de remède temporaire, le CHM répartit actuellement ses effectifs dans les centres de référence (dispensaires, par exemple) les plus proches des domiciles respectifs des personnels médical et soignant.  

La crainte de ne plus maîtriser les barrages

A l’entrée du barrage de Tsararano, femmes, enfants et pères de famille sont réunis autour d’un barrage de pneus et de bambous. Si les manifestants sont satisfaits que la métropole se saisisse des problématiques mahoraises par l’intermédiaire des journalistes, la défiance à l’égard de ces derniers reste présente : « Nous avons parfois été déçus par le traitement du mouvement social », lance d’emblée un manifestant. « Beaucoup de journalistes se focalisent sur les débordements au lieu de se concentrer sur notre message de fond : la lutte pour plus de sécurité ». Les tensions désamorcées, certains manifestants font part d’un événement ayant provoqué leur colère plus tôt dans la matinée : « Deux camions de CRS ont foncé dans le barrage vers 4h du matin. C’est scandaleux ! « , dénonce un manifestant. Une information formellement démentie par la gendarmerie qui explique que les camions auraient circulé alors que les barrages n’étaient pas encore érigés.

Pour les usagers de la route, passer le barrage de Tsararano relève du parcours du combattant : « A part les ambulances et les personnes âgées, personne ne passe ! », entend-on sur la barricade alors qu’un taxi transportant des personnes en situation de handicap file entre les pneus temporairement dégagés pour laisser passer le véhicule. Pour les piétons, un petit sentier boueux est libéré afin de contourner le barrage. « Nous avons installé une certaine discipline avec l’obligation de laisser passer les travailleurs du secteur médical et social », explique Foumo Silahi. Mais certains événements tels que la fermeture du service des consultations externes du CHM témoignent de la liberté d’appréciation de ces « obligations » selon les manifestants. « Nous ne sommes pas des chefs, mais plutôt des médiateurs », justifie M. Silahi. L’une de ses craintes : « ne plus maîtriser les barrages et les manifestations si jamais l’Etat n’apporte pas de réponse forte ». Pour motiver ce dernier à agir rapidement, ce porte-parole martèle son projet de « multiplier les actions ». « Nous allons poursuivre les blocages en nous rapprochant progressivement de Mamoudzou. Et nous irons jusqu’à l’aéroport si nécessaire », ambitionne-t-il. Etape suivante : la venue de la ministre des Outre-mer à Mayotte annoncée « prochainement » par le porte-parole du gouvernement. Un événement qui sera décisif dans l’évolution de ce mouvement social qui s’annonce déjà historique.

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1021

Le journal des jeunes

chab6

À la Une

François Braun : « il faut donner les moyens aux professionnels de travailler »

Le ministre de la Santé et de la Prévention a visité le centre hospitalier de Mayotte, ce mardi 29 novembre. L’occasion de confirmer la...

Le Conservatoire du littoral entame « un plan de reconquête du littoral »

Ce mardi 29 novembre, dans les locaux la communauté de communes de Petite-terre, l’antenne de Mayotte du Conservatoire du littoral a réuni gestionnaires, institutions...

Faux en écriture au port de Longoni : le procès en diffamation dans l’impasse

Les dissensions entre les acteurs du port sont connues et débouchent ces derniers temps sur des actions en justice. Ce mardi 29 novembre, le...

Coopération économique : et si Mayotte se positionnait en leader régional ?

En réponse aux événements violents de ces derniers jours, Alain Kamal Martial prône la mobilisation d’hommes et de femmes sérieux pour relancer l’économie et...

Air Austral change de terminal à Roissy

Les travaux à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle ne sont pas sans conséquences pour les compagnies y travaillant. La Réunionnaise Air Austral, par exemple, rejoint le...