Publicités

Les artistes comoriens au secours des forêts

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

Les artistes Maalesh, Cheikh MC , Eliasse, Mounawar, Costy, Dadiposlim et Goulam ont déjà répondu à l’appel lancé par le groupe anjouanais Ouvoimoja afin de produire un album en collaboration avec l’ONG Dahari. Pour ce faire, ils ont lancé un appel à dons sur Internet. Le montant à récolter s’élève à 60,000 $. Les donateurs pourront apporter leur soutien à Dahari et aux artistes, en précommandant l’album ou en achetant d’autres contreparties, y compris des circuits touristiques sur mesure organisés par Dahari.

L’album Sing for Comoros Forests sera utilisé par Dahari pour motiver les jeunes générations et la diaspora à se réunir pour l’avenir des Comores, en diffusant largement l’album dans les villages et en organisant une tournée de concerts.

Créer un album pour contribuer à sauver les forêts

Avec l’argent collecté, l’ONG Dahari va planter 150 000 arbres en 2016 avec les communautés comoriennes pour augmenter les revenus des agriculteurs, pour protéger les sources d’eau et fournir de la nourriture pour la biodiversité endémique. Le but global est d’augmenter les revenus agricoles et de sécuriser les ressources en eau de 35 000 des plus pauvres comoriens, ainsi que de sauver la roussette de Livingstone, une espèce menacée d’extinction.

Depuis 2013, l’ONG Dahari développe des techniques qui donnent du pouvoir aux communautés pour stopper la déforestation tout en assurant les meilleurs revenus. Aujourd’hui, Dahari a déjà soutenu 3500 comoriens à augmenter leurs revenus par l’agriculture et a développé les premières initiatives de gestion forestière aux Comores pour protéger les ressources en eau et la biodiversité.

60 jours pour donner

La campagne de crowdfunding de Dahari a été lancée le 2 décembre sur le site Indiegogo.com, pour une durée de 60 jours. C’est aussi l’occasion pour les comoriens de la diaspora de s’investir concrètement dans une cause vitale pour leur pays. Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page de collecte : https://www.indiegogo.com/projects/sing4comorosforests/#/

 

{youtube}HR9-OC7evRs{/youtube}

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...