100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Depuis deux ans, les eaux usées se déversent dans sa cour

À lire également

Amour, sexe & séduction

Un salouva pour souligner les formes, une danse pour être sexy, des regards et des senteurs, ou encore des soins du corps : à Mayotte, la séduction est un art. Mais comme tout dans cette société en constante évolution, cette séduction change et s'adapte, tout en gardant ses caractéristiques. Une séduction qui s'encanaille aussi, car aujourd'hui le sexe est de moins en moins tabou sur l'île aux parfums. Et si la pudeur est encore de mise, on hésite de moins en moins à se faire plaisir avec des jouets coquins. À l'occasion de la Saint-Valentin, Mayotte Hebdo s'est penchée sur les petits secrets des unes et des autres. Croustillant !

Le voulé: toute une histoire

Amical, politique, pédagogique, sportif ou encore électoral, mais toujours festif : à mayotte, le voulé se consomme à toutes les sauces. mais si l'évènement est courant, pour ne pas dire obligatoire, peu savent à quand il remonte et quelles sont ses racines.

Tradition : la circoncision, ça se fête ! 1/3

On entend un peu tout sur la circoncision, affolant parfois certains et heurtant d'autres cultures. Les anciens sont pour, les nouvelles générations aussi, mais à condition que la pratique soit fiable et exercée par un professionnel de la santé, loin de ce qui se faisait jadis. D'autres plus réticents s'interrogent : Est-ce dangereux ? Pourquoi le jeune garçon doit être circoncis ? Comment se déroule l'acte ? Et de l'autre côté, qu'en est-il des événements religieux et culturels en lien ? Mais en fait, tout simplement, la circoncision, quésaco ? Quelle place tient-elle dans notre société mahoraise ? Autant de questions qui subsistent. Réponses dans notre série de la semaine.

 

« J’ai mis du temps à réaliser que je devenais une prostituée »

À 25 ans, Naima* est maman d'un garçon de dix ans. Ayant arrêté l'école au collège après sa grossesse, l'habitante de Trévani, originaire de Koungou, n'a jamais travaillé. Les écueils de la vie l'ont mené petit à petit à se prostituer durant quelques années pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. Depuis un peu plus d'un an, Naima a pris un nouveau tournant : elle ne fréquente plus ses clients et suit une formation professionnalisante dans l'espoir de trouver rapidement un emploi. 

Ayouba Sarouma a entrepris en 2007 la construction de sa maison à Dembéni. Or, depuis deux ans, les eaux usées du quartier se déversent dans sa cour à cause d’une canalisation bouchée, l’empêchant d’emménager dans sa nouvelle habitation. Sollicité pour intervenir, le SIEAM prétexte un manque de fonds.

 

En arrivant au 10, lotissement Baobab à Dembéni, une odeur nauséabonde s’échappe de la cour. « C’est invivable !« , peste Ayouba Sarouma, le propriétaire. « Je ne peux accueillir ni ma famille, ni mes amis. Il est impossible de rester plus de cinq minutes dans mon jardin… » Ce calvaire, l’habitant le vit depuis maintenant deux ans, mettant entre parenthèses son rêve de pouvoir occuper avec ses trois enfants et sa femme dans cette demeure, construite depuis plusieurs années mais toujours pas habitable. La raison de ce retard ? « La canalisation principale est bouchée par un poteau électrique qui affaisse le tuyau. De ce fait, les eaux usées n’arrivent pas à se rendre jusqu’à la station d’épuration et se déversent chez moi… Et comme la terre n’absorbe plus rien, il existe un réel risque pour les fondations de ma maison ! »

Malgré de nombreuses sollicitations et plusieurs échanges avec le Syndicat intercommunal d’eau et d’assainissement de Mayotte (SIEAM), la situation ne s’améliore guère au fil des mois. « J’ai envoyé plus de vingt emails à Michel Jousset, le directeur général des services« , insiste-t-il. Un acharnement qui, semble-t-il, fait bouger les lignes puisqu’il note que « de temps en temps, Maore Assainissement Propreté [MAP, ndlr] vient pomper un regard  [coffre d’évacuation destiné à évacuer ou récupérer l’eau de pluie, ndlr] mais au bout de dix minutes, c’est déjà de nouveau rempli« . À la louche, il estime à cinquante le nombre d’interventions de la MAP depuis l’apparition de ce problème. Interpellé, le maire de la commune, Ambdi Hamada Jouwaou, s’est même déplacé en personne en fin d’année dernière pour constater les dégâts avec l’un de ses responsables techniques. « C’est un problème de santé publique. Si rien ne change rapidement, la prochaine étape consistera à contacter l’agence régionale de santé« , souligne Ayouba Sarouma.

 

Même pas 50.000 euros dans les caisses ?

Contacté, le SIEAM, par l’intermédiaire de Michel Jousset, semble pris au dépourvu. En premier lieu, le bras droit du président confie « ne pas être au courant » et se montre agacé « d’être appelé pour ça« … Mais au fil de la conversation, il prend conscience du dossier et tente d’argumenter : « il faut refaire une extension de réseau, mais on n’a pas les budgets. » Le coût prévisionnel de l’opération, d’une durée de deux semaines, se chiffre à « 50.000 euros« . Un montant qui apparaît pourtant comme dérisoire pour une structure de cette envergure. « Ce n’est pas un manque de volonté de notre part. C’est prévu et on le fera. Mais un article ne fera pas avancer les choses plus rapidement. Ça va peut-être se débloquer d’ici deux ou trois semaines« , avance-t-il finalement. Une promesse qu’a déjà entendue Ayouba Sarouma par le passé. La dernière en date remonte à février. Sur la messagerie vocale de son téléphone, le directeur général de services avait alors évoqué que « les travaux commenceraient sous quinze jours« . Surpris par ce qu’il estime être un manque de considération et de réactivité, l’homme s’interpelle : « j’ai vraiment le sentiment que toutes les autorités compétentes s’en moquent. On me prend pour un débile ! » Réponse au début du mois de juin ?

 

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°983

Le journal des jeunes

À la Une

3,2 tonnes de déchets pris au piège à Koungou dans des filets révolutionnaires

Posés depuis une semaine à Koungou et à Pamandzi, de nouveaux filets de ramassage de déchets ont été relevés ce jeudi 20 janvier. Une...

Le premier conseil des prud’hommes donne ses pouvoirs aux femmes

Amené à traiter les litiges entre employeurs et salariés, le conseil des prud’hommes fait ses premiers pas sur Mayotte. Après les prestations de serment...

L’association Aquatic Nage Mayotte, une nouvelle bouée de sauvetage

Créée officiellement le 22 décembre dernier, l’association Aquatic Nage Mayotte a pour ambition de proposer des séances de natation aux écoliers, mais aussi des...

Un nouvel élan pour les régions ultrapériphériques européennes

Dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a réuni ce mercredi 19 janvier...

Centre pénitentiaire : Un agent de prison visé par une enquête pour des faits de violence

Des coups échangés entre un détenu et un surveillant de la prison de Majicavo, vendredi 14 janvier, ont conduit le parquet de Mamoudzou à...