Coup de balai dans le centre-ville de Mamoudzou

À lire également

Quand la population mahoraise prépare la riposte

Sur les réseaux sociaux ou dans la rue, formellement ou spontanément, les initiatives se multiplient pour répondre à la délinquance qui flambe à nouveau sur l’île aux parfums. Au risque, parfois, de voir l’exaspération prendre le pas sur la loi. 

Mayotte : une naissance dont ils se souviendront

Une naissance dans la rue, ce n’est pas si courant. C’est pourtant ce qu’ont vécu Jonathan et Mouna, lundi 18 mai, date à laquelle Sarah, leur petite fille, a décidé d’arriver. Un évènement auquel ont participé quelques passants, sur les lieux par hasard. Et quand s’improvise une chaîne de soutien, cela donne une belle histoire. Récit. 

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Vendredi, le maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaïla, a annoncé son grand plan pour lutter contre l’économie informelle. Renforcement de la présence des forces de l’ordre, signature d’un pacte de sécurité avec la préfecture et création d’espaces dédiés à des activités sont les trois grands axes de travail. L’objectif : faire de la ville chef-lieu un territoire apaisé.

La fin d’une ère se profile-t-elle sur la place Zakia Madi de Mamoudzou ? C’est en tout cas le souhait de la nouvelle majorité et plus particulièrement de son maire, Ambdilwahedou Soumaïla, qui a paraphé ce vendredi un arrêté municipal, entrant en vigueur dès ce lundi, pour lutter contre l’économie informelle. En ligne de mire : les vendeurs à la sauvette qui font subir une concurrence déloyale aux commerçants du marché couvert, mais aussi ceux qui font prospérer les trafics de stupéfiants et de faux papiers, sans oublier les acteurs à l’origine d’incivilités, de délinquance routière et de prostitution. L’objectif ? « Préserver la tranquillité, la salubrité et l’emploi. » Une sorte de promesse qui résonne comme une bouffée d’oxygène en cette période troublée alors que la ville chef-lieu a connu une succession de caillassages et d’affrontements d’une violence inouïe entre jeunes désoeuvrés, automobilistes et forces de l’ordre. « Nous, services de l’État, justice, collectivités locales, parents, associations et société civile, devons agir. Chacun, à son niveau de responsabilité, doit être acteur. »

Pour ce faire, « on a changé de méthodes, de paradigmes ». Première décision avec l’ouverture 24 heures sur 24 d’un bureau annexe de la police municipale en plein cœur de la zone pour mettre en place « une surveillance dynamique dans le centre-ville », situé à quelques encablures de la barge, synonyme de porte-d’entrée sur Grande-Terre. Avec l’appui quotidiennement de la police nationale et périodiquement de la gendarmerie. « Ensemble, nous allons créer les conditions pour se sentir en sécurité. » Face à ce défi de taille, la municipalité prévoit l’installation d’une brigade canine d’intervention rapide ainsi que le renforcement des patrouilles d’agent de surveillance de la voie publique (ASVP) à pied ou à vélo. Preuve qu’Ambdilwahedou Soumaïla ne prend pas ces annonces à la légère, avec l’éclairage depuis jeudi soir du parking, « un espace sombre propice aux trafics ». Symbole d’une première pierre fondatrice !

« La confiance des échanges n’exclue pas les contrôles »

Quid alors du sort de ces femmes et de ces hommes priés de ne plus pointer le bout de leur nez ? À ce sujet, le maire de Mamoudzou explique les avoir reçus le samedi 29 août pour leur rappeler qu’ils se trouvent sur un territoire de droit et de devoir, et que par conséquent, ils doivent « respecter les règles qui nous régissent ». Ainsi, le premier magistrat envisage de leur proposer « des espaces dédiés » – sur un lieu encore inconnu pour le moment – à condition de « payer les droits ». Une manière de « soutenir ceux qui souhaitent créer de l’emploi ». Une main tendue dans un jargon politiquement correct. Mais il prévient que « la confiance des échanges n’exclue pas les contrôles », précisant que ces derniers ne relèvent pas de sa responsabilité. « Ce n’est pas notre vocation de vérifier s’ils sont en règle ! » En clair, il leur offre un semblant de régularisation et se dédouane en cas d’expulsion de l’île.

Cerise sur le gâteau, Ambilwahedou Soumaïla annonce également d’autres mesures étatiques pour accompagner les siennes. « Avec le préfet, nous allons signer fin septembre un pacte de sécurité pour la ville. » Si les contours de celui-ci restent encore flous à l’heure actuelle, il est question de lancer un message fort aux citoyens : « Désormais, vous pouvez venir tranquillement, Mamoudzou est un territoire apaisé. Vous êtes chez vous ! » Réponse lundi donc pour voir si les vendeurs à la sauvette respectent leur part du contrat ou si les courses poursuites avec les policiers repartent de plus belle…

Mayotte Hebdo de la semaine

Le journal des jeunes

À la Une

Destruction de bangas à Kahani : sur 398 personnes, une trentaine de relogés

La préfecture lançait ce lundi une nouvelle démolition d’un quartier informel à Kahani. Une opération rendue possible grâce à la loi Élan, adoptée deux...

CIDE : des cadeaux distribués aux enfants du service pédiatrie de Mayotte

Vendredi, à l'occasion du 31ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, Catherine Barbezieux, la directrice du centre hospitalier de Mayotte, et...

La loi sécurité globale : des forces de l’ordre mahorais satisfaits et des journalistes inquiets

Vendredi dernier, l’Assemblée nationale a voté l’adoption de la loi sécurité globale qui suscite l’indignation du monde des journalistes, soutenus par la population. Elle...

Sea Shepherd à Mayotte : “Nous ne sommes pas là pour faire des ronds de jambe, nous voulons des résultats”

À contre-courant. Alors que les associations locales de lutte contre le braconnage des tortues applaudissent la création d’un groupe de coopération opérationnelle fraîchement annoncé...

Coupe régionale de France : …Et à la fin, c’est M’tsapéré qui gagne !

Après plusieurs mois de tergiversations liées à la crise sanitaire, Mayotte connaît enfin le nom de son représentant au huitième tour de la Coupe...