Masques gratuits : la bonne action de l’OSIPH pour les familles mahoraises démunies

À lire également

Les communes mahoraises ouvriront-elles les écoles le 18 mai ?

Au niveau national, les enfants reprennent officiellement le chemin de l’école à partir d’aujourd’hui. Chez nous, la rentrée a été repoussée au 18 mai, date potentielle du déconfinement. Les plus petits seront les premiers à ouvrir le bal si leurs parents acceptent de les envoyer puisque la décision définitive leur revient. Mais l’ouverture des établissements scolaires ne dépend uniquement que du bon vouloir des maires. Pour le moment, une très grande majorité d’entre eux affirme ne pas être capable de recevoir les élèves, principalement par manque de moyens. Votre commune sera-t-elle prête à ouvrir les écoles dans une semaine ? Réponses des 17 maires. 

Transport scolaire à Mayotte : « Si le département ne bouge pas, il n’y aura pas de bus pour la rentrée scolaire »

Les chauffeurs de la société Matis ont déposé un préavis de grève pour le 18 août, après que le conseil départemental a modifié une clause de l'appel d'offre de marché public du transport scolaire. Dans le dernier texte en date, l'entreprise qui remportera la délégation ne sera plus obligée de reprendre les employés du délégataire sortant. 80 emplois pourraient ainsi être menacés, à l'instar des droits des employés, acquis pour certains depuis 2010.

Mayotte : Erasmus +, 6 mois pour changer de vie

Pour la première fois, des Mahorais ont pu bénéficier du programme Erasmus + en partant directement de Mayotte. Entre 2018 et 2020, 22 stagiaires sont partis par petits groupes en Angleterre et à Malte pour une durée de 6 mois. Les derniers sont rentrés il y a quelques jours, les yeux remplis d’étoiles. 

Pas de rentrée avant août à Mayotte pour la CGT Éduc’action

Suite au plan de déconfinement présenté par le premier ministre ce mardi, la CGT Éduc’action a décidé de taper du poing sur la table pour que la rentrée mahoraise ne se calque pas sur les modèles métropolitains. Celle-ci est en effet jugée, au regard des moyens comme de l’avancée épidémique tout simplement inenvisageable avant fin août.

L’association qui vient en aide aux personnes vulnérables organise des distributions de masques dans les écoles pour les familles les plus démunies. Vendredi, elle s’est rendue à Majicavo et à Cavani.

“Ceux-là, c’est moi qui les ai cousus, avec d’autres personnes bien sûr”, lance Sylvie en montrant un sac Comema où s’entassent plusieurs centaines de masques colorés. “J’ai un petit talent de couturière donc j’ai voulu apporter mon aide”, poursuit la jeune femme avec un sourire modeste, que l’on devine malgré son masque. Ce vendredi matin, la bénévole est aussi venue prêter main forte pour distribuer le fruit de son labeur dans deux écoles de Mayotte, à Majicavo Koropa 2 et à Cavani Sud 1.

En tout, ce sont quelque 2.000 masques que l’association OSIPH (organisation de solidarité internationale pour les personnes handicapées) a offert gracieusement aux élèves et aux enseignants. Et elle ne compte d’ailleurs pas s’arrêter là. « Nous avons fabriqué près de 20.000 masques depuis le début du confinement en mars », souligne Papy Luyeye, le secrétaire de l’association. « Donc nous allons continuer à démarcher les écoles, et aussi les entreprises pour les distribuer gratuitement », assure celui qui est aussi couturier professionnel.

À l’origine de cette bonne action ? Un constat : la crise sanitaire a rendu le port du masque obligatoire pour tous les adultes et les enfants à partir de 11 ans. Récemment, un collectif de médecins a même recommandé de porter le désormais incontournable dès l’âge de six ans, une disposition déjà effective en Espagne. Or, tous les parents n’ont pas les moyens d’équiper leurs enfants, de retour sur les bancs de l’école. Une situation d’autant plus marquée à Mayotte, où 77% de la population vit encore sous le seuil de pauvreté…

Des parents démunis

« J’ai du mal à obliger les parents qui vont déjà à Solidarité Mayotte pour avoir à manger, à aller acheter des masques à deux ou cinq euros », témoigne en effet un responsable administratif de l’école Cavani Sud 1. « Donc oui, cela va nous rendre un très très grand service », poursuit-il en récupérant avec moults remerciements le sac que lui tend un membre de l’association. D’autant plus que si l’école élémentaire Cavani Sud 1 n’est en théorie pas censée accueillir d’élèves de plus de 11 ans, la réalité est toute autre, nombre d’écoliers ayant déjà un ou deux ans de retard au moment de leur inscription.

Un travail collectif

« L’association a commencé par cibler quelques écoles où il y a des familles démunies », rapporte Sylvie, l’animatrice bénévole de l’OSIPH. Une bonne action qui fait un peu partie de l’ADN de la structure, nous explique son secrétaire Papy Luyeye. « Notre association vient en aide aux personnes handicapées, et aussi à toutes les personnes vulnérables. Et c’est devenu d’autant plus important avec cette crise de la Covid, qui a touché tout le monde. » C’est ainsi que dès le début du confinement, le couturier a voulu mettre son savoir-faire à profit. Mais il n’a pas été le seul à fabriquer les 20.000 masques, réalisés selon la norme Afnor, que l’association garde désormais dans ses cartons. Outre le travail patient des bénévoles et amateurs de couture, l’association a reçu l’aide de la boutique de tissus Comema et de la maison de couture Kitoko. C’est ainsi qu’elle a pu se fournir gratuitement, et coudre sans relâche sur une douzaine de machines mises à disposition des bénévoles. Un travail collectif donc, qui a permis de réussir cette opération, « venue tout droit du coeur », sourit Papy Luyeye.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...