Publicités

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée plénière marquée par les tensions entre membres de la majorité et ceux de l’opposition.

À l’ordre du jour de cette première assemblée plénière du conseil départemental depuis les élections des 20 et 27 juin ? Une dizaine de rapports à voter et vingt-six élus à contenter. Un défi de taille pour le nouveau président de la collectivité, Ben Issa Ousseni, fraîchement nommé. Un à un, le responsable de l’exécutif énumère les rapports adoptés à l’unanimité par l’assemblée : “Rapport n°2021-00868 relatif à l’adoption du règlement intérieur du conseil départemental ; Rapport n°2021-00869 relatif aux délégations d’attributions du conseil départemental données à sa commission permanente ; Rapport n°2021-00870 relatif aux délégations d’attributions du conseil départemental données au président.”

Place ensuite à la présentation des présidents des commissions spécialisées et des domaines de compétences. Pour la gestion de l’administration générale, des transports et de la transition écologique, c’est Omar Ali, l’élu de Dzaoudzi-Labattoir, qui rafle la mise. Sa collègue de M’Tsamboro, Zouhourya Mouayad Ben, se voit confier quant à elle les dossiers sportifs et culturels, mais aussi ceux en lien avec la jeunesse. Pour ce qui est de la solidarité, de l’action sociale et de la santé, le totem reste entre les mains du canton de Dembéni puisque Madi Velou remplace son adversaire du mois dernier, Issa Issa Abdou. Mais dans l’assemblée d’apparence si docile sommeillent des tensions.

departement-seance-publique

L’opposition constructive et la majorité

Des représentants désignés au sein des diverses commissions administratives et des organismes extérieurs du conseil départemental en fonction de leurs aptitudes et de leurs compétences dans ces domaines, selon Ben Issa Ousseni. Mais ces choix font quelque peu grincer des dents le groupe dit d’opposition constructive. “Nous souhaitons être représentés dans chacune des commissions afin de garantir le principe de démocratie et de proportionnalité”, soumet la présidente, Hélène Pollozec. La benjamine de « l’hémicycle » rappelle, en vain, sa volonté d’équité au sein des différentes commissions. “Notre objectif est d’œuvrer dans l’intérêt de la population et de nous mettre au travail rapidement”, assure-t-elle. Une demande entendu… Mais pas toujours écoutée par le principal intéressé ! Si certains obtiennent finalement un siège dans des comités, d’autres se retrouvent le bec dans l’eau. Un refus justifié par une simple et bonne raison : la supériorité numérique des membres de la majorité et le professionnalisme de ceux nommés.

Impossible cohabitation ou tensions nécessaires ?

Des avis divergents certes, mais pas question pour autant d’altérer l’ambiance de travail et la mission première des nouveaux élus. “Nous sentons que l’opposition, qui est forte de propositions, a avant tout envie de travailler. L’objectif du conseil départemental demeure le développement de l’activité économique du territoire et son attractivité dans le cadre de nos fonctions régionales. Mais nous devons aussi agir au plus près de la population dans le cadre de nos fonctions départementales”, résume Ben Issa Ousseni, en bon maître de cérémonie. Un sentiment partagé par Hélène Pollozec. Suffisant pour que tout le monde tire dans le même sens ? L’avenir le dira…

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...