Publicités

Trépidanses, ça commence dès samedi !

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

À Mayotte, le grand flou artistique autour des mesures de soutien

Les acteurs mahorais du spectacle restent dans la tourmente : alors que le gouvernement a déployé des aides aux intermittents lésés par l’annulation des événements culturels, leurs homologues locaux ne pourront pas y prétendre, ce statut juridique n’existant pas au sein du 101ème département. 

Flou artistique autour des arts de la scène

Les artistes et intermittents du spectacle ne peuvent, à Mayotte, prétendre au statut juridique spécifique pourtant de vigueur en métropole, du fait de l’application tardive du droit du travail dans le 101ème département. Une situation qui complique encore un peu plus l’avenir de ces professionnels, souvent écartés des décisions politiques.

 

La compagnie Kazyadance de Petite-Terre organise une semaine de spectacles dès samedi et jusqu’au 19 juin. Ces derniers porteront principalement autour de la danse contemporaine, mais pas uniquement. Théâtre, musique et marionnettes seront également au rendez-vous afin d’offrir à la population mahoraise une semaine de magie en présence d’artistes africains, métropolitains et, bien sûr, mahorais !

« Il ne s’agit pas d’un festival, mais plutôt d’un moment d’échanges entre artistes », prévient d’entrée de jeu Djodjo Kazadi, le directeur artistique de la compagnie Kazyadance, basée au lieu-dit Le Royaume des Fleurs, en face du restaurant Le Faré en Petite-Terre. En effet, la plupart des spectacles qui seront présentés au cours de la semaine du 12 au 19 juin 2021 seront des restitutions d’ateliers effectués avec de jeunes danseurs locaux. Il s’agit du travail réalisé dans le cadre d’un projet porté par la compagnie depuis plusieurs années, qui s’intitule « le laboratoire artistique ». La première session a été portée par le danseur mahorais Jeff Ridjali il y a trois ans. Depuis, la compagnie invite régulièrement des danseurs venus de l’extérieur afin d’ouvrir de nouvelles perspectives aux jeunes danseurs. Se concentrant d’abord sur la région océan Indien, Djodjo Kazadi n’a pas hésité ensuite à faire venir des danseurs contemporains africains, profitant du dispositif « Africa 2020 » lancé par Emmanuel Macron pour mettre en valeur les artistes de ce continent en France.

trepidanses-samedi
Androa Mindré Kolo (à g.), performer et plasticien de RDC, est l’un des 4 artistes africains invités par le directeur artistique Djodjo Kazadi (à d.).

Covid oblige, le dispositif « Africa 2020 » ne porte plus très bien son nom puisqu’il a été reporté jusqu’à la fin de l’année 2021. Il a toutefois finalement pu voir le jour et c’est tout ce qui compte. Combinant habilement ce dispositif et le projet du « laboratoire artistique », la compagnie Kazyadance a invité successivement quatre artistes africains pour travailler avec ses jeunes danseurs. Tous revenus à Mayotte à l’occasion de Trépidanses, ils vont montrer au public un aperçu du travail réalisé sur l’île aux parfums. Les jeunes danseurs mahorais seront bien évidemment les « stars » de ces restitutions d’ateliers, traduisant à travers leur corps l’univers de ces chorégraphes et/ou plasticiens.

 

Un melting-pot d’arts, d’univers et de cultures

 

La grande ambition de la compagnie Kazyandance est de susciter des vocations artistiques chez « la jeunesse abandonnée » de Mayotte. C’est la raison pour laquelle elle travaille principalement dans le quartier défavorisé de La Vigie en Petite-Terre. Elle souhaite offrir des perspectives aux jeunes qui en manquent cruellement à l’heure actuelle sur l’île. Constatant chez eux une forte appétence pour la danse en général, elle leur propose de canaliser leur talent, voire même de le professionnaliser via les fameux ateliers du « laboratoire artistique ». « Il fallait dans un premier temps que ces jeunes connaissent leurs racines. C’est pourquoi la première session a été réalisée par Jeff Ridjali », précise Djodjo Kazadi. Ont ensuite été invités des danseurs venus de Madagascar, de La Réunion, des Comores et dernièrement d’Afrique. Androa Mindre Kolo de la République Démocratique du Congo, Gervais Tomadiatunga du Congo Brazzaville, Idio Chichava du Mozambique et Nadège Amétogbé du Togo donneront ainsi un aperçu de leur univers via les jeunes danseurs locaux au cours de Trépidanses.

Ce n’est cependant là que l’un des aspects de l’événement. Ce dernier est en effet d’une richesse artistique extrême puisque d’autres spectacles viendront se greffer à ce socle. Ainsi, la scénographe métropolitaine Clara Walter a également été invitée pour coordonner l’événement. Un ballet de performance autour de sa scénographie traversera aussi les différents espaces scéniques du Royaume des Fleurs. Par ailleurs, les musiciens mahorais Bodo et Baco se livreront à des concerts avec leurs guests et la compagnie Stratagème donnera un spectacle de marionnettes.

Bref, il y en aura véritablement pour tous les goûts et tous les âges au cours de cette semaine de folie artistique qui commence dès samedi ! Sans être un « festival professionnel » au sens propre du terme, ce sera néanmoins un festival de disciplines artistiques et de cultures différentes avec l’expression corporelle pour fil rouge. Lilcé, jeune danseur mahorais formé par Kazyadance nous donnera le mot de la fin : « La rencontre avec Djodjo m’a ouvert les yeux sur ce que j’étais capable de réaliser au travers de la danse. Il m’a montré que je pouvais en faire mon métier alors que jusqu’à présent il ne s’agissait que d’une passion dont j’ignorais pouvoir vivre un jour. À présent, je souhaite devenir professeur de danse. » Espérons que tous les autres jeunes danseurs de Mayotte suivent un chemin aussi prometteur !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°963

Le journal des jeunes

À la Une

Un avenir incertain pour les taxis de Mayotte

La chambre des métiers et de l’artisanat a tenu un séminaire porté sur l’avenir des taxis à Mayotte ce mercredi. L’occasion de parler des...

À Mayotte, le retour des soirées signe celui du sexisme ordinaire

On dit souvent de Mayotte qu’elle est une société matriarcale. Pourtant, tout comme en métropole, si ce n’est plus, le sexisme est ici aussi...

Balades artistiques et patrimoniales à Mamoudzou

Le projet “Nouveau regard sur ma ville 2021” mis en œuvre par la communauté d'agglomération de Dembéni-Mamoudzou (Cadema) a pour objectif de faire découvrir...

Ces mahorais qui quittent l’île aux parfums pour se construire une carrière

Asma* vit à Paris. Originaire de Mamoudzou, la Mahoraise de 28 ans affirme aujourd’hui ne pas regretter un instant avoir quitté le 101ème département...

Au conseil départemental, “l’opposition constructive” ne lâchera rien

Toujours privés d’hémicycle, les nouveaux élus du conseil départemental étaient réunis ce lundi 19 juillet dans l’Hôtel de ville de Mamoudzou pour une assemblée...