Mesures sanitaires et loi Mayotte : état des lieux de Sébastien Lecornu

À lire également

Les danses traditionnelles mahoraises deviennent un sport à part entière

C’est une idée on ne peut plus originale qui a émergé dans la tête d’un amoureux des danses traditionnelles locales. Mansour Ramia est à l’origine de Moovafrica, un programme de sport basé sur les danses de chez nous. Le concept est adopté à l’international par des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, le fondateur a besoin de passer à l’étape supérieure, mais le parcours n’est pas de tout repos.

Munia Dinouraini, une benjamine prête à redistribuer les cartes de la politique

Novice en politique, la benjamine de 27 ans du nouveau conseil municipal de Mamoudzou, membre de la majorité, ne veut pas faire de la figuration au cours des six prochaines années. Au contraire, elle compte bien jouer des coudes pour se faire entendre et défendre ses dossiers avec hargne. Portrait d’une enfant de M’Tsapéré, prédestinée à un tel engagement. 

Julien Kerdoncuf, sous-préfet à Mayotte en charge de la lutte contre l’immigration clandestine : “Nous n’avons pas constaté d’arrivées de kwassas liés au Covid”

Alors que l’épidémie de Covid-19 continue sa propagation à Mayotte et que le flou règne sur la situation sanitaire en Union des Comores, la LIC se poursuit, d’ailleurs amplifiée pour limiter l’impact que pourrait avoir l’importation de nouveaux cas sur le territoire. Pour autant, après une baisse, les arrivées de kwassas tendent à reprendre depuis quelques jours, sans qu’elles ne soient a priori imputables au Covid-19. Le point avec Julien Kerdoncuf, sous-préfet délégué à la lutte contre l’immigration clandestine. 

Discorde à la mairie de Mamoudzou

Rien ne va plus à la mairie de Mamoudzou. L’opposition sort les griffes via un courrier envoyé le 23 avril, demandant au maire de réunir les conseillers municipaux. Le courrier signé par neuf d’entre eux pointe du doigt la politique de la mairie pendant la crise sanitaire. L’équipe du maire Mohamed Majani dénonce un coup politique.

Invité dans l’émission « Bonjour Chez Vous ! » de la chaîne Public Sénat ce mercredi 9 juin, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu est revenu sur les dernières mesures sanitaires pour voyager dans et depuis les territoires ultramarins et a également donné quelques indications complémentaires sur le projet de loi Mayotte.

Ce mercredi matin, Sébastien Lecornu, le ministre des Outre-mer, est intervenu dans l’émission « Bonjour Chez Vous ! » de la chaîne Public Sénat. Il a dans un premier temps brassé largement la situation épidémique « inégale » depuis le début de la crise sanitaire dans les territoires concernées. « C’est toujours un peu désagréable pour nos concitoyens ultramarins de voir que dans l’Hexagone parfois nous déconfinons pendant que nous prenons des mesures de restriction [chez eux] et vice-versa », a-t-il introduit. La raison de ces deux poids deux mesures ? La circulation plus ou moins rapide au cours des derniers mois des variants brésilien et sud-africain, qui peuvent rapidement provoquer des tensions hospitalières.

D’où la mise en place d’une procédure progressive des levées des motifs impérieux. Une décision pas du tout au goût du député LR Mansour Kamardine comme l’a rappelé Patrick Roger, journaliste politique au Monde. En effet, le parlementaire a accusé Sébastien Lecornu « de tenir les Mahorais comme des chiens en laisse et de les enfermer en cage ». Réponse de l’intéressé ? « J’ai de l’amitié pour [lui], mais il y a des mots qu’il ne faut pas employer. Je sais que nous sommes en campagne électorale et qu’il faut dire des choses fortes pour se faire entendre. C’est sûrement cela… À l’inverse, nous dirions aussi que nous ne protégeons pas les Mahoraises et les Mahorais », a-t-il rétorqué. Et de pointer du doigt celles et ceux qui tiennent ou ont tenu un double discours concernant l’envoi tardif des vaccins d’un côté et l’absence d’appel à la vaccination de l’autre. Idem au sujet de l’instauration et du maintien des mesures de restriction. « Je pense qu’il ne faut pas faire de politique avec cette crise sanitaire », a martelé le ministre des Outre-mer, avant de rappeler les heures sombres de Mayotte en tout début d’année.

 

Un retard que « j’ai du mal à accepter »

 

Car c’est bien là le problème, à Mayotte comme dans les autres territoires ultramarins : la campagne de vaccination n’avance guère assez vite au goût du gouvernement. Pour Sébastien Lecornu, le remède magique pour entrevoir un retour normal de toutes les libertés de circulation reste « le vaccin ». « Il y a les bras pour piquer, parce que le personnel soignant est complètement engagé. Pardon d’être très direct, mais ce qui manque [aujourd’hui] ce sont les bras à piquer ! Nous avons un retard que j’ai du mal à accepter : quand nous voyons les pays du monde dans lesquels les gens n’ont pas la chance d’accéder à un système de soins ou à des stocks de vaccin et que nous, nous pouvons le faire, je me dis qu’il y a quelque chose de dommage », a-t-il rappelé. Et le 101ème département ne déroge pas à cette pique. Entre le 25 janvier et le 8 juin, l’agence régionale de santé a comptabilisé 52.308 injections et 19.487 personnes vaccinées. Des chiffres trop peu élevés alors que la campagne est ouverte aux plus de 16 ans depuis le mois de mai…

Alors pour inciter les habitants à passer à l’acte, l’exécutif joue la carte de la carotte. Entre Mayotte, La Réunion et la métropole, les voyageurs vaccinés (schéma vaccinal complet) sont notamment dispensés d’auto-isolement et de motifs impérieux depuis le 9 juin. Mais pas de tests PCR ou antigéniques car « la géographie des territoires d’Outre-mer les met au contact de pays dans la zone qui peuvent toujours nous exposer aux variants ». « C’est notre capacité à détecter si les gens sont malades ou pas et à séquencer ensuite les tests positifs », a précisé Sébastien Lecornu, qui table, grâce à cela, sur une reprise de l’activité touristique.

 

Un retour devant les acteurs mahorais

 

Autre sujet évoqué ? La loi Mayotte, annoncée par le ministre des Outre-mer lui-même à l’occasion des dix ans de la départementalisation. Après un mois de consultations publiques, les différentes propositions de la population se trouvent sur le bureau du locataire de la rue Oudinot. « L’idée est de retourner devant les acteurs mahorais pour faire un premier retour, d’essayer de tracer l’architecture d’un projet de loi et de le co-construire », a-t-il détaillé. Mais cette prochaine venue est également une manière pour lui d’adresser un tacle à ses détracteurs. En ligne de mire : le Rassemblement national. « Souvent, Madame Le Pen prend en otage Mayotte sur Twitter, à la fois en se servant de ce qu’il se passe à Mayotte pour [mettre en garde] les Français de l’Hexagone et en même temps, en faisant croire aux Mahoraises et Mahorais qu’elle les protège. Evidemment, c’est absolument faux ! Je préfère une méthode beaucoup plus pragmatique, et très respectueuse, dans laquelle nous réaffirmons que Mayotte c’est la France, que nous sommes fiers qu’elle soit française. Donc là aussi, pas d’ambiguïté sur ce point. » Selon des sources concordantes, Sébastien Lecornu devrait poser pied sur l’île aux parfums les 6 et 7 juillet prochains. Quelques jours seulement après la tenue des élections départementales. Coïncidence politique ? Pas sûr puisqu’il compte présenter l’élaboration du projet de loi d’ici à septembre.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayottehebdo n°960

Le journal des jeunes

À la Une

Issihaka Abdillah : « Le paysage politique mahorais est encore très incertain »

À l’annonce des résultats du scrutin pour ce premier tour des élections départementales, certains candidats de l’île étaient déjà en train de nouer les...

Medef : Carla Baltus et sa liste reconduites à l’unanimité à Mayotte

Sans surprise, la présidente sortante du Medef Mayotte a été réélue par les adhérents du syndicat patronal. Elle repart donc pour un mandat de...

Abstention à Paris, renouvellement à Mayotte

Au centre du jeu politico-médiatique, le chef de l’État, Emmanuel Macron, doit scruter les élections départementales et régionales avec une attention particulière. C’est un...

Après plus d’un an d’absence, les cafés Naturalistes signent leur grand retour à Mayotte

Crise sanitaire oblige, les Naturalistes de Mayotte ont dû mettre en stand-by leurs conférences mensuelles, qui signent leur retour ce mardi 22 juin au...

Le cabinet mahorais de conseil au service de l’entrepreneuriat féminin depuis 20 ans

Le 15 juin dernier, le cabinet mahorais de conseil soufflait ses vingt bougies. L’occasion pour sa fondatrice et gérante, Sanya Youssouf, de rappeler son...