100 % NUMÉRIQUE, WEB, MOBILE, TABLETTE

Depuis 20 ans à Mayotte !

Finances publiques : Déclaration de revenus en 2021, que faut-il retenir ?

À lire également

Attaquée de toutes parts à Mayotte, Panima tente de riposter

Entre la polémique sur la qualité des repas livrés aux confinés du RSMA, et la mise à l’arrêt d’une partie importante de son activité à cause du confinement, l’entreprise de restauration collective est sur tous les fronts. Mais face à ces multiples coups durs, son directeur, Gilles Rouinvy, ne baisse pas les bras et répond aux critiques. Entretien.

Les chiffres qui rendent le confinement compliqué à Mayotte

On le sait, le confinement à Mayotte est rendu d’autant plus difficile qu’une grosse partie de la population vit dans des habitations insalubres, dénuées du confort élémentaire. Dans une publication diffusée hier, l’Insee rappelle quelques chiffres parlants. Résumé point par point.

Rachat de Vindemia par GBH : la grande distribution de Mayotte face à la menace d’une concentration inédite

Réunion au sommet ce lundi, entre les différents acteurs économiques et politiques du 101ème département, alors que le rachat de Vindemia, filiale de Casino, par GBH, qui détient 11 magasins Carrefour, doit avoir lieu le 1er juillet. Pour l’instant, ni l’Autorité de la Concurrence, ni le Conseil d’État ne se sont prononcés contre l’opération. Mais après La Réunion, c’est au tour des acteurs mahorais de s’inquiéter de ses conséquences pour la vie économique locale.

Les poissonneries mahoraises ont le bec dans l’eau

À Mayotte, la préfecture a autorisé le maintien des activités de pêche. Une bonne nouvelle pour le secteur, qui se retrouve maintenant confronté à un problème de stockages des produits frais. Les poissonneries et les coopératives sont aujourd’hui les premières à faire les frais du manque de structures adaptées. 

Comme chaque année, l’heure est à la déclaration de revenus. L’occasion pour la direction régionale des finances publiques de rappeler la procédure à suivre. Et alors que l’État souhaite toujours plus dématérialiser, Mayotte se confronte encore et toujours à la fracture numérique qui sévit sur le territoire.

« La campagne annuelle de l’impôt sur le revenu est un moment privilégié de la relation entre les usagers de Mayotte et les services de la direction régionale des finances publiques. » Ce petit mot doux est signé Christian Pichevin, l’administrateur général de ladite institution. Ce lundi 12 avril, Monsieur Trésor public prenait l’occasion d’un point presse pour rappeler l’ouverture de la période fiscale. 70.000 déclarations sont attendues. « En 2020, pas moins de deux tiers ont été souscrites en ligne. » Si ce chiffre met en exergue la progression dans l’accomplissement des procédures dématérialisées d’année en année, l’accès à une connexion Internet dans le 101ème département empêche toujours certains résidents de procéder numériquement. Pas de problème en soi : tous ceux qui ne sont pas passés par la toile au cours des deux dernières années vont recevoir une déclaration papier. Ainsi, le service des impôts des particuliers de Mamoudzou s’attend à répondre à près de 20.000 sollicitations.

Covid-19 oblige, le centre des finances publiques de Mamoudzou espère « éviter tout déplacement » inutile quand cela est possible. Ainsi, lorsqu’un usager souhaite obtenir un entretien physique le mardi ou le jeudi via son compte fiscal personnel (sur www.impots.gouv.fr), un contre-appel est systématiquement opéré. Le but : répondre directement s’il s’agit d’une question simple ou préciser les éléments à apporter le jour du rendez-vous. « Beaucoup de demandes sont traitées de cette manière. Toutes les dispositions sont prises d’un point de vue sanitaire », insiste Christian Pichevin. Il est également possible d’échanger par e-mail (sip.mamoudzou@dgfip.finances.gouv.fr) ou par téléphone (02.69.61.81.10).

 

La déclaration automatique dès 2022

 

Autre possibilité ? Contacter les centres d’appels téléphoniques (08.09.40.14.01, accessible de 9h30 à 20h) situés en métropole. Un canal à privilégier selon la direction régionale des finances publiques à Mayotte, et qui, au niveau de la métropole, a été renforcé par l’envoi de contingents des différentes antennes régionales. Mais Mayotte fait figure d’exception. « Nous avons pu conserver toutes nos ressources au vue de la spécificité locale, [puisque nous devons jongler avec] le français et le shimaoré », se satisfait le successeur de Jean-Marc Leleu.

Dans l’optique de faciliter encore davantage les démarches des Mahorais, la déclaration automatique, validée avec les éléments préimprimés si toutes les informations sont correctes et complètes, sera applicable dès l’année prochaine, avec la mise en œuvre de la déclaration sociale nominative. « Si vous ne faites pas de déclaration, vous ne recevez pas d’avis d’imposition ou de non-imposition », rappelle Florent Guerel, le directeur du pôle gestion fiscale. Et pour dire, la DRFIP réceptionne encore près d’une centaine de demandes par jour… pour l’année 2019 ! Du chemin reste donc à parcourir à Mayotte, où 75% des usagers sont non-imposables en raison des spécificités et de la sociologie.

Toujours est-il que vous avez jusqu’au 20 mai pour faire votre déclaration papier et jusqu’au 8 juin pour celle en ligne. À vos jeux !

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°966

Le journal des jeunes

À la Une

Intersyndicale des taxis de Mayotte : « le Département prend le travail des chauffeurs de taxis »

Lassitude, incompréhension, colère… C’est dans cet état d’esprit que se trouvent les chauffeurs de taxis de Mayotte. Révoltés par un plan de transports interurbains...

Naissance/mortalité à Mayotte : l’année 2020, une exception à la règle

2020 se démarque par une baisse sensible des naissances. Un indicateur à prendre avec des pincettes puisque 2021 pourrait coïncider avec le franchissement de...

Journées européennes du patrimoine : 40 événements à Mayotte pour une 38ème édition encore sous la menace Covid

Pendant trois jours, la population aura l’occasion de découvrir les richesses du territoire à travers les nombreuses activités proposées par les collectivités et les...

Colocs ! : “Passer du tabou à libération de la parole en 13 minutes, c’est assez dingue”

Diffusée depuis le 6 septembre sur Mayotte La 1ère, la série Colocs ! alimente des débats parfois houleux sur les réseaux sociaux, après seulement...

1.2 million d’euros pour structurer le territoire et les clubs et relancer la pratique sportive

Le domaine du sport n’a pas été épargné par les conséquences de la crise sanitaire. En France, 30% des licenciés n’ont pas renouvelé leur...