L'ACTUALITÉ DE MAYOTTE 100 % NUMÉRIQUE

Les infos de Mayotte depuis plus de 20 ans !

9000 mercis !

Le président du Centre National de la Musique souhaite « structurer la filière économique de la musique à Mayotte »

À lire également

Ramadan à Mayotte : Un mois sacré sous le signe du confinement

Ce soir se déroule la “nuit du doute” pour les fidèles musulmans. Traditionnellement, si le croissant de la nouvelle lune est observé, alors débute le mois du ramadan. Une période avant tout sacrée pour les musulmans, mais aussi ponctuée de festivités quotidiennes, rupture du jeûne en tête. Cette année toutefois, c’est un ramadan confiné qui aura lieu. De quoi bouleverser les habitudes.

Mayotte TV Islam, la nouvelle web TV qui parle de l’Islam à Mayotte

Le paysage audiovisuel mahorais compte désormais une nouvelle chaîne. Mayotte TV Islam fait son entrée en proposant un programme consacré entièrement à la pratique de l’Islam sur l’île. La chaîne est pour le moment une web TV, mais elle a l’ambition de se développer rapidement.

La Meiitod d’Adrien

À Mayotte, presque tout le monde sait qui il est et ce qu’il chante. Il faut dire qu’aucun autre artiste mahorais ne peut se...

À Mayotte, le grand flou artistique autour des mesures de soutien

Les acteurs mahorais du spectacle restent dans la tourmente : alors que le gouvernement a déployé des aides aux intermittents lésés par l’annulation des événements culturels, leurs homologues locaux ne pourront pas y prétendre, ce statut juridique n’existant pas au sein du 101ème département. 

Jean-Philippe Thiellay, président du Centre National de la Musique (CNM), s’est rendu à Mayotte les dimanche 29 et lundi 30 mai derniers. L’occasion pour lui de rencontrer les artistes de l’île, mais également les élus afin de mesurer leur volonté de développer la filière économique de la musique sur le territoire. Sa visite s’inscrit aussi dans la continuité de l’annonce par le CNM d’un plan de soutien d’un million d’euros en faveur des territoires ultramarins. Interview.  

Flash Info : Pouvez-vous nous dire en quelques mots à quels objectifs répondait votre visite à Mayotte ?

Jean-Philippe Thiellay : Le Centre National de la Musique est un établissement public créé le 1er janvier 2020. Il a pour objectif de soutenir toutes les musiques de tous les territoires français dont Mayotte. Je suis venu pour me rendre compte de la situation sur place et comprendre auprès des élus comment notre établissement pouvait contribuer à structurer la vie musicale de l’île. Nous avons plusieurs dispositifs d’aide pour cela, mais il faut d’abord analyser les besoins. Cela faisait d’ailleurs longtemps que je voulais revenir à Mayotte, car j’ai connu cette île entre 2000 et 2002 lorsque je travaillais pour le ministère des Outre-mer. Mayotte a évidemment beaucoup changé, mais il reste énormément à faire dans le domaine de la musique dans lequel ce territoire a un gros potentiel.

FI : Qui avez-vous rencontré pendant ces deux jours et quel est votre bilan ?

J-P. T. : Je me suis rendu à Chiconi, ville très dynamique dans le domaine de la musique, où j’ai pu rencontrer plusieurs artistes-phare de l’île dont Baco, El Had ainsi que le manager de Zily. J’ai également échangé avec plusieurs élus et le préfet Thierry Suquet. Pour moi, ce sont principalement les collectivités qui doivent œuvrer au développement musical du territoire. Le CNM peut les aider notamment à rénover les MJC, susceptibles de servir de lieu de répétition pour les musiciens. La question du régime de l’intermittence est liée à celle de l’alignement des droits et dépasse mes compétences, mais nous pouvons déjà nettement dynamiser le monde musical à Mayotte en structurant sa filière économique. Je pense notamment à un appui du CNM dans le cadre de l’organisation de festivals ou en soutenant les entreprises qui font venir des artistes sur leurs scènes. Tout est lié, car sans dynamisme musical, instaurer l’intermittence sur le territoire n’aurait pas de sens. Il faut permettre aux artistes de pouvoir jouer et faire des cachets. Notre objectif est de structurer la filière économique mahoraise dans un délai de 18 à 24 mois maximum.

F.I : Vous avez également visité Musique à Mayotte, la seule et unique école de musique de l’île. Avez-vous des projets de partenariat ?

J-P. T. : Le CNM n’a pas de compétence concernant l’éducation musicale. Cependant, Musique à Mayotte fait un travail formidable sur la question du patrimoine musical traditionnel de l’île et c’est sur ce point que nous sommes susceptibles de lui apporter notre soutien. La valorisation du patrimoine musical de chaque territoire est une question qui nous tient beaucoup à cœur.

Mayotte Hebdo de la semaine

Mayotte Hebdo n°1077

Le journal des jeunes

À la Une

Barrages : à quelles aides ont droit les entreprises ?

Sur « potentiellement 5.000 salariés » à Mayotte, indique Christian Pichevin, directeur régional des finances publiques (DRFIP) sur l’île, 300 demandes d’activité partielle auraient été formulées...

VIDEO. Les leaders des Forces vives demandent la levée des barrages

Safina Soula et d'autres représentants des Forces vives ont appelé le reste du mouvement à la levée des barrages ce jeudi matin, lors d’une...

Miréréni-Combani : le conflit intervillages s’enflamme

Le face-à-face entre bandes de délinquants basées à Miréréni et Combani s’était quelque peu tassé avec le mouvement social. Cela n’a pas duré. Les...

Barrages : « La sécurité a toujours été la première revendication de la base »

Ce mercredi, plusieurs barrages sont encore en cours sur l’île, malgré une volonté de levée de la part de la majorité des leaders des...

Barrages : Maintien ou non ? Le flou demeure chez les Forces vives

Représentants des Forces vives et principaux groupes de barragistes peinent à s’entendre et beaucoup de gens sur l’île s’interrogent sur la direction que prend...